Au Diable les bonnes résolutions !

Non mais c'est quoi c'délire ?...

Arrêter de fumer, lire davantage, perdre du poids, faire des économies… Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire de "bonnes résolutions" qu'on nous ressert à chaque début d'année civile ?

Cette coutume, dont l'origine se perd dans la nuit des temps, m'a toujours laissé pantois. Comme si on ne se traînait pas suffisamment d'injonctions comme ça ? "Mouche ton nez, dis bonjour à la dame", "…sois poli, fais ce qu'on te demande", "…Ne discute pas les ordres", "…Débrouillez-vous mon vieux, mais il faut que ce soit fait pour hier !"…

Et encore, ces injonctions nous viennent des autres, mais il nous faut également compter avec celles que nous nous fabriquons pour nous-mêmes. D'après Taibi Kahler [1], les injonctions les plus courantes, celles qui dirigent la plupart de nos actions (il les appelle des "drivers") sont :

  • Fais Plaisir
  • Sois Fort
  • Sois Parfait
  • Fais des Efforts
  • Dépêche-Toi

Un vœu pieu, c'est comme un vieux pneu...

Il paraît que chacun de nous s'approprie un, voire plusieurs de ces drivers… Puis, tout au long de la vie, nous nous appuyons dessus sans relâche pour agir à notre propre endroit comme le pire des tyrans. Charmant, non ?

Comme si tout cela n'était pas suffisant, on vient nous en rajouter une couche avec toutes ces histoires de bonnes résolutions, censées (à la faveur du renouveau symbolisé par l'année naissante) nous aider à lutter contre les plus coupables de nos penchants !

...ça ne tient pas la route !

Balivernes ! à mes yeux, ces fameuses résolutions sont avant tout des "machines à fabriquer de la culpabilité après coup". Histoire de pouvoir nous traîner nous-même dans la boue dans le cas où ces si louables objectifs ne seraient pas atteints (ce qui est – ne nous leurrons pas – le plus souvent le cas in fine).

Les résolutions ? Tiens, voilà ce que j'en fais :

Pour ma part voilà une sacrée lurette que j'ai décidé d'envoyer au diable toutes ces histoires de bonnes résolutions.

Toutes ?... Non ! Tel le petit village Gaulois, il en reste une tapie au fond de moi, qui résiste et subsiste encore, je l'avoue.

Ainsi pour cette année je me contenterai de cette seule bonne résolution : celle de ne pas prendre de bonnes résolutions que je sais impossibles à tenir.

Bien à vous.

Bernard


[1] Taibi Kahler (né en 1943) est psychologue, auteur et conseiller en communication. Spécialiste en Analyse Transactionnelle, il est aussi l'auteur des concepts qui ont donné naissance au "Process Therapy Model" (PTM) et au "Process Communication Model" (PCM).


– Commentaires Facebook –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *