De « Plaisir d’amour » à « En amour avec toi »

Histoire d'un voyage de 234 ans…

La chanson dont il est ici question prend sa source dans le célèbre "Plaisir d'amour", celui qui ne dure qu'un moment, vous savez? alors qu'un chagrin d'amour dure toute une vie...

Cette très ancienne chanson est de Jean-Paul-Égide Martini (1741 – 1816). C'était un musicien francophone d'origine allemande qui s'est évertué à composer tout un tas de trucs, mais bon, la postérité n'a retenu pratiquement que celui-là, écrit en 1784…

Bien plus tard, au début des années 1960, outre-Atlantique, Elvis Presley réutilise cette mélodie, qu'il trafique un peu, et dont il réécrit les paroles comme suit:

Wise men say only fools rush in
But I can't help falling in love with you
Shall I stay?
Would it be a sin
If I can't help falling in love with you?
Like a river flows surely to the sea
Darling so it goes
Some things are meant to be
Take my hand, take my whole life too
For I can't help falling in love with you

Cela donnera le succès planétaire "Can't help falling in love" qui sera finalement enregistré en 1961 (Éditions Gladys Music Elvis Presley Enterprises). On peut retrouver très facilement cette version en recherchant par exemple "Can't help falling in love Elvis" sur YouTube. Mais si on enlève le nom d'Elvis de notre requête, on s'apercevra alors que le titre a été repris par une foultitude d'artistes internationaux dont Bob Dylan, Céline Dion, U2, UB 40, Haley Reinhart, Andrea Bocelli, Michael Buble, Pentatonix et de très nombreux autres artistes.

Pour ma part j'apprécie particulièrement les interprétations de Pentatonix et de Céline Dion.

Tout récemment un ami m'a remis en mémoire cette chanson. Le titre signifie littéralement "Je ne peux pas m'empêcher de tomber amoureux de toi". Je me suis souvenu alors que nos amis québécois, lorsqu'ils sont amoureux, utilisent pour décrire leur état une construction complètement calquée de l'anglais, puisqu'ils disent "Chuis en amour"…

Cela m'a donné envie d'écrire une adaptation francophone de "Falling in love with you" qui s'appellerait tout simplement "Tomber en amour avec toi".

Le texte donne ceci :

Chuis bien parti
Et j'n'en reviens pas
Depuis qu'chuis tombé
En amour avec toi

Une folie
Une erreur sûrement pas
Je suis bien tombé
En amour avec toi

Comme une rivière
Descend vers la mer
Chacun de mes pas
Me rapproche de toi

Prends ma main
Ne la lâche pas
Je suis tombé
En amour avec toi

Dans la foulée, j'ai écrit quelques petits arrangements et j'ai enregistré le tout.
Vous en trouverez le résultat ci-dessous...

 


– Commentaires Facebook –
///////

Une caricature de la pensée positive – à hurler de rire

Une caricature de la pensée positive proposée par l'humoriste Constance

Bonjour

 

Vite fait en passant, je voudrais partager avec vous mon enthousiasme pour une comique : Constance, et son one woman show "Partouze sentimentale".

Le lien suivant pointe sur un sketch où l'artiste fait une caricature de la pensée positive, lorsque celle-ci est mal assimilée.

Mais en bricolant un peu vous pourrez sûrement visionner le spectacle en entirerr si le coeur vous en dit.

Bien à vous,

 

Bernard

 


– Commentaires Facebook –
///////

Amour, amitié

 

Pierre Vassiliu et Bernard Lamailloux en 1980

 

Cette année-là, j'avais eu la chance d'être invité pour quelques jours au centre de vacances de Clermoulins, dans le Doubs. Le dernier soir, Pierre Vassiliu y donnait un concert.

Au moment de chanter son dernier titre, l'artiste demande aux musiciens qui l'accompagnent de quitter la scène, puis propose aux spectateurs qui le souhaitent de venir carrément sur scène s'emparer d'un des instruments laissés disponibles, pour venir improviser avec lui un accompagnement pour le  dernier morceau de son tour de chant.

Mes amis m'ont alors littéralement poussé sur la scène (en fait ils n'ont pas eu beaucoup à insister), et l'un d'eux a même immortalisé la scène sur un cliché !

Ensuite nous sommes allés dîner en petit comité avec le monsieur et son équipe (rappelons que j'étais pote avec les organisateurs). Le repas fut mémorable, et Vassiliu s'est montré aussi sympa et humain en petit comité qu'il l'avait été sur scène auparavant.

Aujourd'hui ce monsieur n'est plus, et j'ai eu l'idée de reprendre une des chansons qu'il chantait à l'époque, en s'accompagnant lui-même à la guitare. J'adore ce texte et cet accompagnement beaucoup plus subtil qu'il n'y paraît à première ouïe…

 


– Commentaires Facebook –
///////

Le temps précieux de la maturité

Si la maturité était un paysage...
Paysage de Provence depuis la colline de la Quille (F13610)

Bonjour,

Une nouvelle année qui commence est traditionnellement une occasion de bonnes résolutions pour soi-même, et d'envoi de vœux aux autres. Aujourd'hui j'ai décidé de mêler les deux en partageant avec vous ce texte qui – comme par hasard – m'est tombé sous les yeux tout récemment.


J’ai compté mes années et j´ai découvert qu’à partir de maintenant, j’ai moins de temps à vivre que ce que j’ai vécu jusqu’à présent…

Je me sens comme ce petit garçon qui a gagné un paquet de friandises: la première il la mangea avec plaisir, mais quand il s’aperçut qu’il lui en restait peu, il commença réellement à les savourer profondément.

Je n’ai plus de temps pour des réunions sans fin où nous discutons de lois, des règles, des procédures et des règlements, en sachant que cela n’aboutira à rien.

Je n’ai plus de temps pour supporter des gens stupides qui, malgré leur âge chronologique n’ont pas grandi.

Je n’ai plus de temps pour faire face à la médiocrité.

Je ne veux plus assister à des réunions où défilent des égos démesurés.

Je ne tolère plus les manipulateurs et opportunistes.

Je suis mal à l´aise avec les jaloux, qui cherchent à nuire aux plus capables, à usurper leurs places, leurs talents et leurs réalisations.

Je veux l’essentiel, mon âme est dans l’urgence … il y a de moins en moins de friandises dans le paquet…

Je veux vivre à côté de gens humains, très humains, qui savent rire de leurs erreurs, qui ne se gonflent pas de leurs triomphes, qui ne se sentent pas élus avant l’heure, qui ne fuient pas leurs responsabilités, qui défendent la dignité humaine, et qui veulent marcher à côté de la vérité et l’honnêteté.

Je veux m´entourer de gens qui peuvent toucher le cœur des autres… des gens à qui les coups durs de la vie ont appris à grandir avec de la douceur dans l’âme.

Oui … je suis pressé de vivre avec l’intensité que la maturité peut  m’apporter.

J’ai l’intention de ne pas perdre une seule partie des friandises qu´il me reste…

Je suis sûr qu’elles seront plus exquises que toutes celles que j´ai mangées jusqu’à présent.

Mon objectif est d’être enfin satisfait et en paix avec mes proches et ma conscience.

J’espère que le vôtre sera atteint, parce que de toute façon, vous y arriverez…


« Le temps précieux de la maturité »
Mário Raul de Morais Andrade,
poète, romancier et musicologue brésilien

(1893 – 1945).
Source :  https://lejardindejoeliah.com/2017/09/04/maturite/


– Commentaires Facebook –
///////

Tarte au saumon

C'est un de mes grands classiques, transmis il y a fort longtemps par Claudine Contet. Qu'elle en soit ici chaleureusement remerciée.

 

Temps de préparation : 15 minutes

Temps de cuisson : 30 minutes

 

Ingrédients :

  • 250 g de pâte feuilletée ou brisée
  • 4 œufs
  • 4 échalotes
  • 4 biscottes
  • 200 g de crème fraîche ou de lait
  • 300 g de saumon frais (ou 2 boîtes de 250 g)

Matériel :

Prévoir un moule à tarte de 24 cm de diamètre

Préparation :

  1. Préchauffez votre four au thermostat 7 à 8. Pour un four à chaleur tournante compter 220 degrés.
  2. Détaillez la chair du saumon en petits morceaux. Hacher les échalotes, écraser les biscottes et la chair du saumon. Ajouter les œufs entiers, la crème.
  3. saler, poivrer, assaisonner au goût.
  4. Mélanger avec soin.
  5. Foncer le moule à tarte. Remplir avec la préparation.
  6. Cuire pendant 30 minutes dans le four déjà préchauffé (voir point 1 🙂 )

 

Voilà. Si vous utilisez un robot mixer, privilégier l'ordre suivant :

  • échalotes
  • saumon + crème
  • œufs + biscottes

– Commentaires Facebook –
///////

Cheesecake

Cette recette du cheescake m'a été transmise par mon ami Tony Baldo. Je me suis régalé à la faire, et à déguster le résultat. De nombreux amis m'en ont fait compliment, alors je suis heureux de la partager à mon tour.

Temps de préparation : 30 minutes

Temps de cuisson : 55 minutes

 

Ingrédients (pour 8 personnes) :

Pour la croûte :

- 250 g de biscuits (petits bruns) émiettés [1]

- 125 g de beurre fondu

- 1/2 cuillères à café de muscade râpée (si on aime [2])

Pour la garniture :

- 500 g de fromage blanc (type faisselle, ou enocre ricotta, ou brousse…)

- 150 g de sucre

- 2 cuillères à soupe de farine

- 3 œufs

- 25 cl de crème fraîche

- parfum au choix (1 cuillère à café d'extrait de vanille ou d'orange ou zeste de citron ...)

Préparation :

    1. Préchauffez le four à 180°C. Tapissez de papier sulfurisé beurré un moule de 23 cm de diamètre. Idéalement, le fond du moule doit être amovible, sinon, bien laisser dépasser le papier pour démouler le gâteau en tirant dessus (n'empêche : le moule en silicone c'est le top pour ça).
    2. Mélangez les biscuits, la muscade et le beurre fondu. Tapissez le fond du moule de ce mélange en tassant bien avec le dos d'une cuillère. Mettre au réfrigérateur.
    3. Battez la faisselle au fouet jusqu'à ce qu'elle soit lisse, puis ajoutez le sucre et la farine, puis les œufs un par un. Ajoutez ensuite la crème et le parfum. Versez sur la croûte (si la croute "dépasse" de la crème, enlevez le surplus à la cuillère, cela risque de brûler).

    4. Cuire au four (180°C) 50-55 min jusqu'à ce que ce soit ferme au toucher. Laissez refroidir, démoulez et servir frais.

Notes :

[1] Pour ma part, je mets 125g de Petits BRUN et 125g de Speculoos)

[2] Et si on n'aime pas on apprend à aimer, non mais… J


– Commentaires Facebook –
///////

La collection d’Yves Dauteuille

Yves dAuteuille est un monsieur absolument normal (en apparence).

Les greniers sont les cales des navires terrestres. Ils abritent tout ce qui a été nécessaire pour réussir la traversée du temps, comme les vraies cales sont pleines de tout ce qu'il faut pour réussir la traversée de la mer.

Pierre MAGNAN, "Les courriers de la mort".

 

Yves Dauteuille vit à Annecy. Il n'a pas de grenier, mais, plus prosaïquement un garage, où il entrepose tout un tas de vieilleries, qui se sont accumulées, ainsi qu'il le dit lui-même, "comme les sédiments dans le delta du Nil". C'est un peu son grenier à lui, si vous voulez...

Des petites annonces bien... particulières

Soucieux de "[...] ne pas imposer à [s]es héritiers, lors de [s]on décès, des trajets à la déchetterie qui viendraient altérer la solennité du moment", ce monsieur a eu l'idée toute bête de tenter sa chance en publiant des petites annonces sur "Le Bon Coin" dans le but de les vendre à qui en voudrait, ce  qui, à bien y réfléchir, est encore plus profitable aux héritiers si on n'a pas tout dépensé d'ici-là...

Il a fini par les réunir dans... un livre !

Couverture du livre "La Collection", écrit par Yves Dauteuille, publié chez Flammarion

Pourquoi faire une compil de petites annonces dans un livre ? Quel éditeur accepterait de publier une liste aussi incongrue, me direz-vous ?

Ce à quoi je répondrai avec un sens de la répartie qui m'étonne moi-même : "C'est que vous ne connaissez pas le style loufoque, poétique, drolatique et inattendu du monsieur !". En effet, faisant preuve d'une imagination débordante, il entreprend de casser complètement les règles de cet exercice de style convenu pour nous inviter, à chaque fois, à un voyage des plus inattendus.

Je fais moi-même partie des fans de ce monsieur (ayant été atteint, à l'époque de ces annonces, par l'incroyable buzz qui s'en est suivi) et vous invite chaleureusement à faire l'emplette du livre que je me suis empressé d'acquérir dès que j'en ai eu connaissance.

Avertissement : à ne pas lire la nuit...

Attention toutefois, cet ouvrage fait partie de ceux "...à ne pas lire la nuit". Rassurez-vous, il n'a rien du thriller... non, c'est tout simplement parce que, pour ce qui me concerne, je n'ai pas pu m'empêcher de rire à gorge déployée toutes les  trois lignes au moins. Si vous avez une petite famille, des animaux de compagnie, voire des voisins, vous voilà prévenus.

J'ai sélectionné quatre annonces, pour vous donner envie...

  • La table à langer.
  • Faire son pain est à la mode.
  • Arrosoir surpuissant
  • Deux pneus hiver (jamais portés)

Il s'agit de quatre annonces qui étaient parvenues sur mon écran, telles quatre bouteilles à la mer, et qui déjà m'avaient bien plu à l'époque. Cela vous donnera déjà une idée (tout le reste est à l'avenant).

Pour en prendre connaissance, il vous suffit de cliquer sur l'image ci-dessous.

J'espère que cela vous donnera envie d'acheter le livre, tout comme je viens de la faire...

Régalez-vous bien !

Dernière minute : Je viens de découvrir que le hasard (?) a tenu à se joindre à cette facétieuse ambiance, puisque ce livre, qui a pour titre "La Collection" est paru chez Flammarion... hors collection !

 

 


– Commentaires Facebook –
///////

Quand tu danses

Quand mes enfants étaient tout petits, j'avais l'habitude de leur chanter des chansons tous les soirs (avec ma guitare) pour les endormir. En mélangeant des airs célèbres, avec d'autres, beaucoup moins, et pour cause : c'était mes propres compositions.

Mais les enfants ne faisaient pas toujours la différence, à cet âge-là... quelle importance, après tout ? C'est ainsi que des années plus tard il leur est parfois arrivé de découvrir avec stupeur que tel morceau n'avait pas DU TOUT été écrit par leur papa.

Par exemple, ma fille qui vivait au Mexique à l'âge de 21 ans a été un jour interpellée par des amis qui s'écriaient, "Vite, écoute la radio, ils passent un chanteur français, il s'appelle Jean-Jacques Goldman !".

Le monsieur chantait en effet "Quand tu danses", et ma fille s'est aussitôt mise à protester, sur un ton véhément et outragé : "Non mais quel toupet ! Cette chanson a été inventée par mon papa, tout spécialement en mon honneur; alors que je faisais mes toutes premières pointes sur les planches de la salle polyvalente de notre village !".

C'est-y pas mignon à craquer, tout ça ? Franchement. Je vous le demande...


– Commentaires Facebook –
///////

Evidemment…

Cette chanson a été écrite et composée par Michel Berger pour France Gall suite au décès de leur ami Daniel Balavoine. Elle a été interprétée pour la première fois en 1987 (album "Babacar"... non, il ne maque pas un L 🙂 ).

 


– Commentaires Facebook –
/////// ///////