L’écologie serait-elle conservatrice ?

Extrait d'un échange très intéressant lors de l'émission "L'Esprit Public" diffusée sur France Culture le 19 novembre 2017.

Intervention de François-Xavier Bellamy (homme politique, philosophe et enseignant) :

François-Xavier Bellamy Nous ne sommes pas assez conservateurs. Nous avons construit notre économie sur l'idée du progrès, sur l'idée de l'accélération, sur l'idée du mouvement... nous ne cessons de remplacer en permanence les produits de consommation que nous achetons, auxquels nous substituons petit à petit des versions nouvelles.

Une économie du remplacement permanent

Notre économie de la croissance et de l'invention et dans fait une économie du remplacement permanent, et de ce point de vue-là c'est en fait une anti-économie. C'est une économie qui c'est retournée contre elle-même puisque l'économie au sens le plus classique du terme consiste à économiser. Or on ne peut plus rien économiser aujourd'hui.

On ne peut plus rien économiser aujourd'hui...

Si vous acheter un smartphone et que vous décidez pour l'économiser de ne pas en faire trop usage, que vous le mettez dans un rangement et que vous ne vous en servez pas, même si vous n'en faites rien, deux ans plus tard il ne vaut plus rien. Sa valeur marchande s'est effondrée. Donc ce culte du progrès nous appauvrit terriblement puisqu'il fait faner dans nos mains tout ce que nous avons construit et tout ce que nous avons acheté. L'économie de la consommation et une économie de la destruction, littéralement, puisque consommer c'est détruire.

Comment notre économie aboutit à la crise écologique que nous connaissons aujourd'hui

Une économie qui mesure son taux de croissance à l'intensité de la destruction de biens qu'elle produit, c'est une économie qui ne peut pas aboutir à autre chose qu'à la crise écologique que nous connaissons aujourd'hui. Mais l'idéal de la conservation ne me paraît pas suffisant. Ce qui importe pour nous c'est de transmettre ce que nous avons reçu, et de transmettre un monde qui soit encore vivable par des êtres humains demain.

Ce qui est certain, c'est que pour pouvoir le transmettre nous gagnerions beaucoup à pouvoir devenir un peu plus conservateurs. 


Réponse de Thierry Pech (directeur général du groupe de réflexion Terra Nova) :

Thierr Pour conserver le patrimoine naturel (...et de ce point de vue-là il faut certainement être conservateur), il va falloir changer beaucoup de choses. Il va falloir procéder à une démarche progressiste. Prenons un exemple : Parmi les principaux facteurs d'émission de gaz à effet de serre, il y a l'agriculture, et l'élevage. On mange beaucoup trop de viande, et il va nous falloir en manger beaucoup moins. Pour cela, il va falloir manger autre chose, et par exemple des légumineuses.

Pas d'inquiétude pour les progressistes...

Or les légumineuses posent des problèmes de digestion. Rassurez-vous, la machine du progrès a du grain à moudre pour 100 ans ! Les progressistes ont de l'avenir, précisément pour conserver le patrimoine naturel. 

 


François-Xavier Bellamy :

Ce que conservatisme et progressisme ne sont pas :

 Le conservatisme ne consiste pas à dire qu'il ne faut rien changer. Et le progressisme ne se définit pas par le fait qu'il est nécessaire de faire des progrès. Faire des progrès, tout le monde est d'accord pour que ça, ce n'est pas le propos. Le progressisme considère que le monde ancien et moins bien que le monde nouveau. Le conservatisme consiste à aimer le monde tel qu'il est, à considérer que parce qu'il est beau, parce que le monde tel qu'il est mérité d'être transmis, il faut tout changer pour parvenir à le transmettre.

Défi climatique vs défi écologique

C'est l'amour du réel qui caractérise une forme du conservatisme. Comme le disait Hans Jonas, l'humanité n'a pas le droit au suicide, et de ce point de vue-là le défi écologique est bien plus grand que le défi climatique puisqu'il englobe bien d'autres dimensions qui touchent aux vivants dans sa généralité. 

 

Extrait de l'émission présentée sur France Culture par Émilie Aubry, diffusée en direct et en public du studio 105 de la maison de la Radio dimanche 19 novembre 2017, avec Christine Ockrent, Gilles Finchelstein, François-Xavier Bellamy et Thierry Pech


– Commentaires Facebook –
/////// ///////

Et toi, tu habites où ?…


Si on n'y réfléchit pas trop, on peut croire que pour que le facteur trouve notre maison, les types de voie qui figurent dans une adresse tournent autour de rue, avenue, boulevard et une toute petite poignée d’autres… Que nenni !

Aujourd’hui, j’ai découvert (en me baladant sur le site d’une administration) qu’on peut aussi habiter une allée, une arcade, une autoroute, un aérodrome, une barrière, un bassin, un bourg, un canal, un carrefour, une chaussée, un chemin, une cité, une corniche, un cours, une descente, une digue, un écart (???), un escalier, une esplanade, un faubourg, une grand rue, un hameau, une impasse, une jetée, une montée, un parvis, un passage, une place, une porte, une poterne, une promenade, un quai, un quartier, une rampe, un rempart, une rocade, un rond-point, une route, une ruelle, une sente, un sentier, un square, une terrasse, un terre-plein, un tertre, une traverse, une venelle, une villa et un village.


– Commentaires Facebook –
///////

Les cairotes sont cuites…

 

Franck Houdoire - Alias Monsieur Copain, auteur de la version originale de la chanson "Les cairotes sont cuites".

Mon ami Franck aime bien dire de sornettes...
Ensuite il flaque tous ces trucs sur internet...

En fait l'histoire est un peu plus compliquée : Franck Houdoire (alias Monsieur Copain) est un auteur compositeur interprète que j'ai connu sur... Myspace, un réseau social aujourd'hui oublié (ou presque) qui était très prisé des musiciens, à l'époque. On y mettait nos morceaux en ligne en un rien de temps (audio seulement, la plupart du temps), et on attendait tous plus ou moins fébrilement les avis des autres (sur un mode "J'ai bien apprécié tes morceaux, maintenant si jamais tu veux écouter les miens c'est par là..."). Ah là là ma pauv'dame, c'était toute une époque" 🙂 Continuer la lecture de « Les cairotes sont cuites… »


– Commentaires Facebook –
///////

WordCamp Marseille – Annonce

Marseille accueille le #WordCamp Marseille 2017
Crédit photo : Thomas Calmet

Vendredi 15 septembre prochain, je participe au WordCamp Marseille 2017 (un événement organisé par et pour la communauté WordPress).

Le WordCamp de Marseille

Le WordCamp de Marseille est un événement public. Il réunit notamment divers informaticiens, internautes et autres geeks. Tous impliqués, d'une manière ou d'une autre, dans la création, la maintenance, la mise à jour et le développement de WordPress. Continuer la lecture de « WordCamp Marseille – Annonce »


– Commentaires Facebook –
/////// ///////

Le jour où je me suis déguisé en superman…

Bonjour,

Oui, cette image est bien curieuse... En vérité, j'ai enfilé beaucoup de déguisements dans ma vie, mais pas encore celui de Superman.

Le jour où Bernard Lamailloux s'est déguisé en Superman

Cette photo est en fait un montage réalisé pour illustrer un article paru sur formerplushaut.com (mon site pro).

Cela s'appelait "Les démago-pédagogues". Tout un programme, n'est-ce pas ?

 


– Commentaires Facebook –
///////

A tout ce qui nous lie

Il y a des chansons comme ça, dont je me dis que j'aurais vraiment aimé les avoir écrites. S'agissant de celle-ci, j'adore tout : la paroles, la musique, l'arrangement... La partie de guitare n'est pas forcément spectaculaire, mais elle est particulièrement sophistiquée. C'est pour moi une pure merveille... et si je vous dis qu'elle m'a donné pas mal de fil à retordre, vous pouvez me croire 🙂

 

Avec mes respectueux hommages aux deux créatrices de la chanson : Aurélie Tyszblat, pour le texte, Véronique Lherm (une vieille connaissance... ex-membre du duo Les Cosmopaulettes) pour la musique.

Vous pouvez écouter leurs morceaux et vous procurer leurs albums sur aurelieverioca.com. Je vous y invite très chaleureusement.


– Commentaires Facebook –
///////

Autonomie et relation d’aide…

Comment une brochette de taupes mortes m'a durablement donné à réfléchir sur l'idée d'autonomie

Comment une brochette de taupes mortes m'a durablement donné à réfléchir sur l'idée d'autonomie...


Une bien étrange coutume

Dans certains coins particulièrement reculés de la Normandie profonde, on peut encore trouver des clôtures de champs agrémentées d’ornements bizarres.

En regardant de plus près, on peut y reconnaître des cadavres de rongeurs. En train de pourrir, en un parfait alignement. Ceux-ci sont habilement épinglés par la peau du dos, à même les barbelés. Continuer la lecture de « Autonomie et relation d’aide… »


– Commentaires Facebook –
///////

Jamais su danser mais ça va venir…

Jamais su danser...

Bonjour,

Danser ??? Il y a quelques années j'avais pondu un petit post intitulé "J’aime pas danser, mais je me soigne" pour vous dire tout le bien que je pensais du petit livre de Xavier Hanotte intitulé "Je suis un ours". Il y proposait entre autres une définition très personnelle du verbe "danser" qui commençait ainsi...

"Inutile de s'appesantir — c'est le mot ! — sur le talent chorégraphique des ours."

Continuer la lecture de « Jamais su danser mais ça va venir… »


– Commentaires Facebook –
///////