Le cerveau humain ne peut pas gérer plus de 150 amis à la fois

Chat de Geluk devant son ordiOn ne peut pas être ami avec tout le monde !!

Lu dans La Tribune de Genève du Vendredi 5 Février 2010 le cerveau humain ne peut pas gérer plus de 150 amis à la fois !
C'est la conclusion d'une très sérieuse étude d'un professeur d'Oxford : Robin Dunbar, c'est son nom, s'est penché sur les réseaux sociaux, en particulier sur Facebook et affirme que posséder plus de "150 amis" est ingérable... Le néocortex du cerveau, dit-il, n'a pas la capacité de faire au-delà, il ne peut pas entretenir un lien social avec plus de 150 personnes...

///////

Un match de foot vu par quelqu’un qui n’aime pas ça…

J'aime pas le footAussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été complètement indifférent au football, et en même temps toujours au milieu des footeux.

Cela a commencé à l’école… Les instits, et plus tard les profs de gym, quand ils voulaient nous faire plaisir et avoir la paix pour une heure, nous disaient « Bon, ben vous n’avez qu’à faire un foot ! ».

A ce moment-là, tous mes camarades sautaient de joie, et moi je pensais « tu parles d’une poisse »…

En effet un gamin qui ne joue pas au foot finit toujours par s’entendre dire « bon, ça fait rien, on va te mettre dans les bois (ça voulait dire que j’allais être le gardien de but, poste détesté de la plupart des autres joueurs, allez savoir pourquoi).

J’ai donc passé pendant mes plus belles années des heures à me morfondre dans ma cage, sans arriver à me sentir le moins du monde concerné par ce qui se passait, sil l’on excepte les fois où j’entendais un boulet de canon siffler à mes oreilles, invariablement suivi une seconde plus tard par une poignée de types vociférant et gesticulant, bouches tordues et mimiques simiesques, manière bien particulière  de me signifier qu’il était pourtant facile à arrêter, celui-là…

j'aime pas le footUne fois, j’étais en terminale, mes potes m’ont convaincu d’aller assister à un match… c’était à Marseille, au stade vélodrome, en 1974 probablement… non seulement je me suis ennuyé à mourir, mais en plus les deux seules fois où je regardais ailleurs j’ai vu tout le monde se lever tout autour de moi, pour comprendre quelques secondes plus tard (décidément !) que la baballe était dans les bois, donc.

Je me suis bien jure de ne jamais y retourner, comme on peut l’imaginer. Aujourd’hui c’est mon fils aîné qui se passionne pour le foot, et particulièrement pour les rencontres disputées par cette fameuse Olympique de Marseille (l’OM, quoi)… apparemment cette équipe bouge encore, bien que j’aie depuis une sacrée lurette cessé de m’intéresser à ses exploits.

Et puis tout récemment je suis (re)tombé sur un passage de livre qui à mes yeux traduit à merveille mon sentiment d’extraterrestre par rapport à beaucoup de sports en général , et à celui-ci en particulier :


Je pensais à une promenade, le long des quais et à l’un de ces restaurants feutrés comme on en voit dans les films, des maîtres d'hôtel doucereux auraient été les complices de notre intimité ...

Dès qu'elle m'a aperçu, elle a brandi deux rectangles de papier bleuté qui se sont révélés être les billets permettant d'assister à une partie de football. C'est un jeu qui se joue avec un ballon en le frappant avec les pieds.

Nous nous y rendîmes.

Lorsque nous pénétrâmes dans les lieux, le béton vibrait. «Parc des Princes », pas de parc et plus de princes, mais c'est ainsi, environ trente milliers de personnes hurlantes, surtout un rougeaud derrière qui, le départ, a affirmé avec une force incroyable que l'arbitre n'avait pas de couilles. Étant donné la distance laquelle ils se trouvaient l'un de l'autre, cette affirmation ne pouvait relever que de la plus haute fantaisie. Il l’a pourtant proclamée une bonne centaine de fois durant la partie avec un entêtement admirable.
L'équipe en bleu était locale et j'ai pensé un instant ils étaient plus nombreux sur le terrain, mais Cécilia m’a expliqué que la chose était interdite. Simplement ils devaient courir plus vite. C'étaient «les Saint-Germain », ils m'ont paru courir vite en effet, mais pour peu de chose, tous ces jeunes gens semblaient guillerets mais un peu chiens fous alors que les rouges devant eux répugnaient manifestement à bouger.

Cécilia les soutenait car elle m'apprit qu'ils étaient bretons. Ils pratiquaient la tactique du menhir. Pendant l’entracte, qui s'appelle mi-temps, nous avons acheté sandwiches avec du saucisson et des bouts de salade fripée qui sortaient du pain. Les maîtres d'hôtel obséquieux étaient de sortie.

Ça a recommencé. Tout de suite le béton qui vibrait a tremblé et je me suis retrouvé seul assis. J'ai vu les fesses du type devant qui tressautaient de joie. 1 à 0 les bleus. J'ai dit à Cécilia que les rouges n'allaient pas se laisser faire et je pense qu'elle m'a été reconnaissante de cette preuve d'intérêt. Je ne me suis d'ailleurs pas trompé car, quelques minutes après, un Breton qui n'avait l'air de rien, a sauté en l'air et paf! Un but.

Silence total dans le stade. Cécilia jubilait. Je me suis penché vers elle et je lui ai chuchoté :
– Il leur faut un ailier de débordement pour effectuer des centres en retrait.
J'ai vu ses yeux s'arrondir, elle s'est reculée sur son siège pour m'examiner plus facilement dans ma totalité, et elle a proféré :
– Mais j'étais persuadée que tu n'y connaissais rien.
J'ai baissé le regard, modestement.
– J'ai joué un peu, autrefois ...

J'avais retenu cette phrase de haute tactique proférée quelques minutes auparavant par le monsieur qui émettait sur l'intégrité physique de l'arbitre des réserves sérieuses. Il est extrêmement agréable de se sentir être stupéfiant pour quelqu'un.

Finalement les deux équipes en sont restées au 1 à 1. En quittant nos places nous avons échangé quelques remarques bien frappées sur le peu d'envergure du match, j'ai précisé qu'il eût été préférable que l'arbitre possédât des couilles. Elle a été sur ce point tout à fait d'accord avec moi. Une grande soirée.

Dans le taxi, je lui ai fait jurer que ce serait la dernière. Je déteste toutes les formes de sport, aucune n'échappe à ma vindicte et, dans cette haine générale, le football occupe une place de choix.

Belles galères, un livre de Patrick Cauvin

Patrick Cauvin - Belles galères, Livre de Poche, 1993, P. 101 & suiv.

///////

Quand les policiers anglais rivalisent d’amabilité, ou encore utilisent leurs boucliers pour faire de la luge

étonnants bobbies...

-
Décidément, les policiers anglais sont pour moi une éternelle source d’étonnement. Déjà, en 1974 (eh oui, ça ne date pas d’hier !), alors que je me rendais à un immense festival de musique dans la ville de Redding en compagnie de mon copain Yves, deux d’entre eux nous avaient demandé de vider le contenu de nos sacs sur le quai de la gare, sans doute influencés par nos mines aussi hirsutes que bronzées, puis encouragés dans leurs soupçons par le lieu de résidence figurant sur nos passeports (Marseille !). A la fin, n’ayant rien trouvé de spécial (comme quoi il ne faut jamais se fier aux apparences), ils se sont mis en devoir de tout ranger eux-mêmes dans nos sacs respectifs, cherchant visiblement à tout remettre à sa place, avec une maladresse touchante et un sens louable de l’effort (il faut dire qu’à l’époque, faire mon sac consistait pour moi à y entasser mon linge en boule, sans forcément distinguer le sale du propre…). Au moment de nous quitter, ils nous ont rendu nos passeports avec un grand sourire, l’un d’entre eux poussant même l’amabilité au point de nous adresser quelques mots dans notre langue maternelle, en nous appelant très gentiment par nos prénoms (« Au revouâââr Yvèssss, au revouâââr Beuuuurnrâârd ! »). Je me suis dit alors que je voulais bien être interpellé par de tels personnages tous les autres jours de mon existence si nécessaire… bonjour le contraste avec nos pandores nationaux, ou du moins ce que j’en avais aperçu. Du même coup, les "bobbies" étaient devenus dans mon imaginaires des gens particulièrement étonnants, dans le bon sens du terme... Ce souvenir m’est tout récemment resurgi à la figure lorsque j’ai consulté aujourd’hui l’étonnant article retranscrit à partir de  20 minutes.fr

-

Que faire de son bouclier anti-émeute quand il neige et surtout qu'il n'y a pas d'émeute? Afin de rompre leur ennui et s'amuser un peu, des policiers britanniques avaient trouvé la solution en l'utilisant comme luge pour dévaler une pente enneigée ! Sauf qu'ils ont essuyé un blâme jeudi après que des images, filmées par un passant, aient fait le tour de l'Internet. Leur supérieur hiérarchique, le commissaire Andrew Murray, n'a pas vraiment apprécié cette utilisation détournée de leur outil de travail: «J'ai parlé aux policiers concernés et je leur ai rappelé sur un ton qui ne souffre aucune indulgence que faire de la luge quand on est en service, avec un équipement de la police et aux frais du contribuable est une très mauvaise idée s'ils ont l'intention de faire carrière sous mon commandement.»
-
«N'oublie pas de sourire, quoi qu'il arrive» Sur la vidéo, on voit les policiers au pied d'une petite colline, proche d'Oxford. L'un d'eux, qui se juche sur son bouclier, conseille alors à un collègue de «s'agripper aux sangles». Le policier s'exécute, se faisant hisser au sommet de la pente par un confrère qui immortalise l'instant sur la caméra de son téléphone portable. «N'oublie pas de sourire, quoi qu'il arrive», lui lance-t-il.
Le lugeur en uniforme dévale alors la colline, sous les éclats de rire de trois collègues.
-
/////// ///////