La collection d’Yves Dauteuille

Yves dAuteuille est un monsieur absolument normal (en apparence).

Les greniers sont les cales des navires terrestres. Ils abritent tout ce qui a été nécessaire pour réussir la traversée du temps, comme les vraies cales sont pleines de tout ce qu'il faut pour réussir la traversée de la mer.

Pierre MAGNAN, "Les courriers de la mort".

 

Yves Dauteuille vit à Annecy. Il n'a pas de grenier, mais, plus prosaïquement un garage, où il entrepose tout un tas de vieilleries, qui se sont accumulées, ainsi qu'il le dit lui-même, "comme les sédiments dans le delta du Nil". C'est un peu son grenier à lui, si vous voulez...

Des petites annonces bien... particulières

Soucieux de "[...] ne pas imposer à [s]es héritiers, lors de [s]on décès, des trajets à la déchetterie qui viendraient altérer la solennité du moment", ce monsieur a eu l'idée toute bête de tenter sa chance en publiant des petites annonces sur "Le Bon Coin" dans le but de les vendre à qui en voudrait, ce  qui, à bien y réfléchir, est encore plus profitable aux héritiers si on n'a pas tout dépensé d'ici-là...

Il a fini par les réunir dans... un livre !

Couverture du livre "La Collection", écrit par Yves Dauteuille, publié chez Flammarion

Pourquoi faire une compil de petites annonces dans un livre ? Quel éditeur accepterait de publier une liste aussi incongrue, me direz-vous ?

Ce à quoi je répondrai avec un sens de la répartie qui m'étonne moi-même : "C'est que vous ne connaissez pas le style loufoque, poétique, drolatique et inattendu du monsieur !". En effet, faisant preuve d'une imagination débordante, il entreprend de casser complètement les règles de cet exercice de style convenu pour nous inviter, à chaque fois, à un voyage des plus inattendus.

Je fais moi-même partie des fans de ce monsieur (ayant été atteint, à l'époque de ces annonces, par l'incroyable buzz qui s'en est suivi) et vous invite chaleureusement à faire l'emplette du livre que je me suis empressé d'acquérir dès que j'en ai eu connaissance.

Avertissement : à ne pas lire la nuit...

Attention toutefois, cet ouvrage fait partie de ceux "...à ne pas lire la nuit". Rassurez-vous, il n'a rien du thriller... non, c'est tout simplement parce que, pour ce qui me concerne, je n'ai pas pu m'empêcher de rire à gorge déployée toutes les  trois lignes au moins. Si vous avez une petite famille, des animaux de compagnie, voire des voisins, vous voilà prévenus.

J'ai sélectionné quatre annonces, pour vous donner envie...

  • La table à langer.
  • Faire son pain est à la mode.
  • Arrosoir surpuissant
  • Deux pneus hiver (jamais portés)

Il s'agit de quatre annonces qui étaient parvenues sur mon écran, telles quatre bouteilles à la mer, et qui déjà m'avaient bien plu à l'époque. Cela vous donnera déjà une idée (tout le reste est à l'avenant).

Pour en prendre connaissance, il vous suffit de cliquer sur l'image ci-dessous.

J'espère que cela vous donnera envie d'acheter le livre, tout comme je viens de la faire...

Régalez-vous bien !

Dernière minute : Je viens de découvrir que le hasard (?) a tenu à se joindre à cette facétieuse ambiance, puisque ce livre, qui a pour titre "La Collection" est paru chez Flammarion... hors collection !

 

 

/////// ///////

Traduction simultanée (les traducteurs interprètes à l’honneur)

Paris froid
Crédit photo Frédéric Palliet

J'ai toujours été admiratif du travail des interprètes et autres traducteurs. Mais ce qui force toujours mon admiration dans des proportions inimaginables, c'est une prestation de traduction simultanée.

Peut-être est-ce l'ancien prof d'anglais (j'ai arrêté ces fonctions en…1986 !) qui parle ici, ou tout simplement un amoureux du langage sous toutes ses formes, mais c'est ainsi. De nombreuses performances de traduction simultanée me laissent pantois d'admiration, c'est ainsi. Continuer la lecture de « Traduction simultanée (les traducteurs interprètes à l’honneur) »

///////

Quand ça se passe tout près de chez moi et que c’est bourré de talent…

Ventrebleu de Cornegibouille... Quel talent !

J'espère ne pas vous lasser, mais que voulez-vous, en ce moment il pleut énormément de talent près de chez moi, je n'y suis pour rien, j'vous assure...

Bien au-delà des divers "pas mal" et autres tièderies que j'ai vu passer en commentaires, je trouve ce travail tout simplement fantastique. Eh oui, j'assume, c'est ainsi.

Entièrement tourné par une équipe d'élèves de première (c'est le cas de le dire) d'une classe "option cinéma" au lycée Cézanne, à Aix-en-Provence. Ce sont tous des potes à mon petit dernier (j'espère ne pas l'embarrasser en écrivant ceci... d'un autre côté je ne vois pas pourquoi je le dirais pas, non mais !...).
Continuer la lecture de « Quand ça se passe tout près de chez moi et que c’est bourré de talent… »

///////

Le Petit Nicolas est devenu un [très !] grand bonhomme

 

Nicolas Bonnet

Nicolas Bonnet est un très grand bonhomme. Au propre comme au figuré.

J'ai connu ce garçon alors que nous étions l'un et l'autre salariés dans un institut de formation en informatique.

Nicolas animait des formations certifiantes de très haut niveau, principalement à destination des administrateurs réseaux.

Pour ma part, j'étais préposé aux formations d'un niveau infiniment plus prosaïque, à destination des utilisateurs comme vous et moi, c'est-à-dire "pas spécialement informaticiens" (mes champs d'intervention couvraient bureautique, internet utilisateur, windowserie et compagnie).

Nicolas était un de mes collègues, donc. Et il s'est toujours montré un compagnon agréable, à l'humour ravageur, et surtout au coeur gros comme ça. Avec lui je me sentais en excellente compagnie.

Il est même très souvent arrivé à ce garçon de me dépanner, parfois dans l'urgence, pour des questions de configuration de mon outil de travail  lorsqu'elles atteignaient un niveau dépassant de très loin mon entendement. Le genre de "souvenirs de front" qui vous marquent durablement. Continuer la lecture de « Le Petit Nicolas est devenu un [très !] grand bonhomme »

///////

Le raisonnable et l’insupportable. Un texte d’Hubert Huertas

Le 07.10.2011, à 07:36, Hubert Huertas (dont je vous ai parlé dans un article précédent) nous lisait sur l'antenne de France Culture ce texte très bien senti , à mes yeux fort judicieux, même que "plus d'actualité que, ça tu meurs" :

« L’économie se venge toujours », écrivait Raymond Barre dans son livre « l’expérience du Pouvoir » publié chez Fayard en 2007. L’ancien Premier Ministre racontait comment il avait découvert que la politique était punie quand elle ignorait le réel. Faites des promesses non budgétées, et chaque euro investi dans vos discours en coûtera vingt fois plus au moment de payer la note. Continuer la lecture de « Le raisonnable et l’insupportable. Un texte d’Hubert Huertas »

///////

Alger, un livre, des musiques, et Hubert « comme là bas, comme avant »

Dans les années 80, j’avais un jour rencontré Hubert, un jeune homme d’à peu près mon âge, dans un tout petit coin du Centre Var ressemblant à s’y méprendre à ceux qu’on ne voit plus que dans un film de Pagnol. J'y avais des habitudes et venais y retrouver quelques amis. Je me souviens d’une après-midi où nous avions chanté et joué de la musique ensemble, Hubert et moi, au milieu d’une vingtaine de personnes, un très bon souvenir m’en était resté… Continuer la lecture de « Alger, un livre, des musiques, et Hubert « comme là bas, comme avant » »

///////

Mon pote et le risque

Bonjour,

En ce moment le dernier film de Marc Esposito est l'affiche :

affiche du film mon pote

Date de sortie : 01 Décembre 2010
Réalisé par : Marc Esposito
Avec : Edouard Baer , Benoît Magimel
Dure : 1h45min
Synopsis : Victor est le patron d'un magazine automobile. Un jour, il va parler de son travail dans une prison. Il y rencontre un ancien braqueur, Bruno, fan de son magazine, qui lui demande de l'embaucher. Victor accepte. Une amitié naît entre les deux hommes.

Il se trouve que ce matin, j’écoutais France Inter, et que Marc Esposito était venu parler de son film. A ma grande surprise, il a annoncé qu’il s’agissait d’une histoire d'amitié qui s'inspire de la rencontre entre lui-même, alors qu’il était directeur du mensuel Première, et de Jean-Luc Levesque, ancien détenu qu'il engagea comme maquettiste, puis directeur artistique.

Il a même précisé que son ami Jean-Luc était venu déposer sur son blog un témoignage émouvant … Alors j’y suis allé voir aussitôt. Effectivement, le témoignage était bien là. Cela commence ainsi : Continuer la lecture de « Mon pote et le risque »

///////

Une nouvelle artiste est née

Crocodile sur fond de couleur d'automne

Crocodile au milieu d'un paysage d'automne

Par Jade Caporali

Bonjour.

Aujourd'hui j'ai découvert une artiste peintre. Elle s'appelle Jade Caporali.

Un galeriste ému m'a récemment fait entrevoir ce tableau qui était exposé... dans le coffre d'une voiture (ces jeunes artistes ne savent plus quoi inventer... 🙂

J'aime beaucoup ce tableau et j'espère qu'il vous plaira. Il attend vos commentaires...

///////

Shakespeare (encore), Vérone, Schmitt et le Club des Juliette

L'article précédent évoquait la mémoire de Shakespeare, ravivée par des anglais sur les ondes de la BBC à l'occasion... du premier avril dernier.

Le hasard a voulu que je tombe quelques jours plus tard sur un texte d'Éric-Emmanuel Schmitt, texte qu'on peut trouver à la fin de son recueil de nouvelles intitulé "Concerto à la mémoire d'un ange". Continuer la lecture de « Shakespeare (encore), Vérone, Schmitt et le Club des Juliette »

///////