Plus belle Marseille, un livre de Marie Agostini

Marie Agostini, jeune auteure que nous apprécions beaucoup, et dont nous avons déjà parlé dans ces colonnes, vient de publier son dernier roman (un polar pour enfants).

Plus belle Marseille, un livre de Marie Agostini

 

Résumé du livre:

Impossible pour Lou de se tenir tranquille !
Même lorsqu'il s'agit de visiter la Villa Méditerranée avec sa classe. Au lieu d'admirer bien sagement l'architecture du bâtiment, elle découvre un cadavre !
Et la jeune fille sait parfaitement par où commencer son enquête : les plateaux de tournage d'une série qui fait fureur et dont Lou est hyper-super-méga-fan ! Seulement, l'affaire se corse. Vol de tableau, tentative de chantage, jalousie, rivalités, corruption... Difficile d'y voir clair !
En même temps, les acteurs ne sont-ils pas les maîtres de l'illusion et du mensonge?
Lou et ses amis se chargent de démêler les fils de cette étrange histoire...

Ce livre est en vente dans toutes les bonnes librairies et sur Amazon.

///////

Traduction simultanée (les traducteurs interprètes à l’honneur)

Paris froid
Crédit photo Frédéric Palliet

J'ai toujours été admiratif du travail des interprètes et autres traducteurs. Mais ce qui force toujours mon admiration dans des proportions inimaginables, c'est une prestation de traduction simultanée.

Peut-être est-ce l'ancien prof d'anglais (j'ai arrêté ces fonctions en…1986 !) qui parle ici, ou tout simplement un amoureux du langage sous toutes ses formes, mais c'est ainsi. De nombreuses performances de traduction simultanée me laissent pantois d'admiration, c'est ainsi.

Une pointure

En l'occurrence, il s'agissait ici de la prestation d'un certain Monsieur Xavier Combe, interprète de conférence, traducteur, enseignant universitaire, membre fondateur de l'Association française des interprètes de conférence indépendants (AFICI) et directeur associé de la société Pourparlers. En outre, il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont "11 + 1 propositions pour défendre le français" (2011, L'Harmattan). Une pointure, donc, si je puis me permettre, à vue de nez… Ce n'est certes pas une raison pour minimiser sa performance, réalisée en direct live sous mes oreilles avec ce que faute de mieux j'appellerai une présence d'esprit époustouflante. Mais ceci mérite quelques explications :

Ah, ce délicieux décalage...

Lors d'une interview radio ou télé réalisée avec l'aide d'un traducteur interprète, il arrive assez souvent qu'on entende un très léger décalage – voulu, à mon avis, lorsque ce n'est pas du direct – entre la voix qui s'exprime dans la langue d'origine et celle qui s'en fait - au propre et au figuré – l'interprète. En pareil cas, celui qui connait un peu la langue d'origine peut capturer – au vol – quelques bribes de ce qui se dit. C'est quelquefois mon cas lorsque l'interviewé s'exprime en espagnol ou en anglais. Et pendant le bref laps de temps qui s'écoule (chez l'auditeur que je suis) entre la phrase "originale" et la phrase traduite, j'ai parfois l'impression de comprendre parfaitement ce qui se dit sans pour autant pouvoir mettre "les bons mots", pourtant issus de mon bagage linguistique natif.

Allez donc mettre des mots là-dessus, tiens !

chaussure crocodile pour rireC'est alors, pendant que je cherche fébrilement (et bien involontairement) mes mots, arrivent ceux de l'interprète amène tranquillement, pile au bon moment, comme si rien au monde n'était plus normal.

Ajoutez à cela la difficulté consistant pour l'officiant à écouter en même temps "en temps réel" la suite de la production vocale du locuteur (de l'interviewé, si vous préférez) dans sa langue d'origine pour pouvoir la reprendre ensuite, avec toujours le même léger décalage, contredisant admirablement la vieille rengaine qui prétend qu'il est impossible d'écouter quoi que ce soit tout en parlant en même temps !

En l'occurrence, cette fois-ci la personne interviewée était la ravissante productrice et actrice Salma Hayek interrogée par Augustin Trapenard dans l'émission "Boomerang" de ce jour sur France Inter, à propos du film d'animation "Le Prophète", adapté du chef d’œuvre de l’auteur libanais Khalil Gibran.

...Et à un moment de l'interview, Salma Hayek prononça ces quelques mots : "The main story is about..." avant que sa prose ne soit couverte par la traduction simultanée.

Comprendre est une chose, dire ce qu'on a compris en est une autre

Ces quelques mots semblent ultra faciles à comprendre : On pense tout de suite (enfin… J'AI pensé tout de suite serait plus exact) à quelque-chose de fatalement plaqué sur la construction d'origine, genre "L'histoire principale est au sujet de…" Et en même temps, un petit Jimminy Cricket intérieur vient faire tinter une clochette insistante pour me prévenir qu'à l'évidence c'est pauvre, court, maladroit, nettement insuffisant et pour tout dire inapproprié… Seulement voilà, que dire d'autre ?...

La réponse, droite, incisive, implacable, et pourtant prononcée avec la même intonation modeste et bienveillante que l'interlocutrice "d'origine" vint interrompre brutalement mes pauvres pensées oiseuses :

"Le fil principal du récit porte sur..."

Mais oui !!! Bien sûr ! Après coup cela sonne comme une tranquille évidence, sauf que…sauf qu'on n'y avait tout simplement pas pensé, voilà tout !

En pareil cas, systématiquement, le seul pauvre mot qui me vienne à l'esprit est "Chapeau !". Chapeau, en l'occurrence, pour avoir introduit la notion de "fil", pour l'emploi du verbe "porter", enfin bref, chapeau bas, pour tout, point.

Bon sang, mais c'est bien sûr !

Je me contenterai donc de tirer... mon chapeau, donc, à ce Monsieur Xavier Combe, que je ne connais absolument pas, pour sa présence d'esprit, pour sa compétence, et aussi pour sa hauteur de vue (en tendant l'oreille en fin d'émission j'ai pu capturer son nom, puis en fouinant un peu sur le net je me suis fait une – bien pâle – idée de ce dont il est capable par ailleurs, comme le montre cette archive sonore où il s'exprime sur des équivalents francophones possibles au mot "buzz")

Qu'il me soit juste permis, pour finir, de glisser un dernier mot : Merci. Merci à vous, Monsieur Combe, du fond du cœur, pour me réconcilier un tant soit peu, fût-ce involontairement, avec l'espoir naïf et indécrottable que je porte habituellement en tout ce qui touche à l'humain, après que cet espoir ait été sérieusement ébranlé par les événements tragiques que notre pays a connus récemment.

Ce n'est pas parce que le pire existe que le meilleur n'a pas droit de cité... Il ne manquerait plus que cela !

 

///////

Le Petit Nicolas est devenu un [très !] grand bonhomme

 

Nicolas Bonnet

Nicolas Bonnet est un très grand bonhomme. Au propre comme au figuré.

J'ai connu ce garçon alors que nous étions l'un et l'autre salariés dans un institut de formation en informatique.

Nicolas animait des formations certifiantes de très haut niveau, principalement à destination des administrateurs réseaux.

Pour ma part, j'étais préposé aux formations d'un niveau infiniment plus prosaïque, à destination des utilisateurs comme vous et moi, c'est-à-dire "pas spécialement informaticiens" (mes champs d'intervention couvraient bureautique, internet utilisateur, windowserie et compagnie).

Nicolas était un de mes collègues, donc. Et il s'est toujours montré un compagnon agréable, à l'humour ravageur, et surtout au coeur gros comme ça. Avec lui je me sentais en excellente compagnie.

Il est même très souvent arrivé à ce garçon de me dépanner, parfois dans l'urgence, pour des questions de configuration de mon outil de travail  lorsqu'elles atteignaient un niveau dépassant de très loin mon entendement. Le genre de "souvenirs de front" qui vous marquent durablement.

Allô allô la tour de contrôle ?... Y'a quelqu'un?...

Je vous assure que lorsque vous êtes paumé, sur site client ou en centre de formation, qu'un groupe de stagiaires s'approche d'un pas débonnaire, et que les machines sur lesquelles vous êtes censé intervenir refusent de fonctionner avec une tranquille obstination, votre énergie  est tout entière mobilisée vers l'espoir fou qu'un messie viendra vous tirer de ce mauvais pas. Et c'est précisément ce  que Nico a fait, à plusieurs reprises, en direct, avec autant de gentillesse que de compétence efficace, par téléphone, à pied, en Skype ou en voiture, alors même que parfois il avait lui-même un groupe "en main" dans le même temps... Ces tranches de vie, on ne les oublie pour ainsi dire jamais, tant il est vrai que nos métiers nous amènent à côtoyer énormément de beaux parleurs, lesquels n'ont parfois pas grand chose à nous offrir en-dehors de leur savant verbiage...

Aujourd'hui Nico et moi voguons l'un et l'autre vers de nouvelles aventures. Entre mille autres choses, Nico écrit des livres - très techniques - sur son coeur de métier. C'est drôle de penser qu'à l'époque nous faisions le même boulot, et qu'en quelque sorte aujourd'hui c'est un peu pareil !

En mai, fais ce qui te plait, et en juin Nicolas Bonnet publie son troisième ouvrage

Alors voilà. Aujourd'hui, Nicolas publie son troisième ouvrage. Cela s'appelle "Windows Server 2012 R2 - Installation et configuration", et c'est publié aux éditions ENI, dans la collection "Préparation à la certification MSCA".

Par ailleurs, Nicolas vient de me donner très gentiment un coup de pouce pour la parution de mon propre livre (le tout premier), en en parlant dans son blog. Il a été le premier  à le faire. J'avais donc à coeur de lui rendre la pareille.

Vous en conviendrez, c'était vraiment le moins que je puisse faire, à mon tour, envers ce si grand monsieur dont je m'honore d'être l'ami.

 

Windows Server 2012 R2 - Le tout nouveau livre de Nicolas Bonnet
Le dernier livre de Nicolas Bonnet

 

 

///////

Le raisonnable et l’insupportable. Un texte d’Hubert Huertas

Le 07.10.2011, à 07:36, Hubert Huertas (dont je vous ai parlé dans un article précédent) nous lisait sur l'antenne de France Culture ce texte très bien senti , à mes yeux fort judicieux, même que "plus d'actualité que, ça tu meurs" :

« L’économie se venge toujours », écrivait Raymond Barre dans son livre « l’expérience du Pouvoir » publié chez Fayard en 2007. L’ancien Premier Ministre racontait comment il avait découvert que la politique était punie quand elle ignorait le réel. Faites des promesses non budgétées, et chaque euro investi dans vos discours en coûtera vingt fois plus au moment de payer la note.

Cette vérité officielle résume le conflit éternel entre l’ordre économique et l’ordre politique, en donnant l’avantage au premier. C’était pour ainsi dire une loi aussi incontournable que la gravitation universelle. A partir des années 80, avec l’avènement de Ronald Reagan et de Margareth Thatcher, ce primat de l’économie, devenu primat des marchés, a fait naître une théorie, qui divisait les hommes et les femmes politiques en deux catégories, les raisonnables et les déraisonnables. Les raisonnables acceptaient le monde tel qu’il va ("c’est comme ça et pas autrement..."), les déraisonnables imaginaient d’autres solutions, impossibles par définition, puisque le marché représentait la raison, et l’état providence la déraison.

Les derniers développements de la crise Grecque, et de la crise mondiale viennent de remettre en cause cette loi du raisonnable et du déraisonnable et c’est une révolution.

Le ministre allemand de l’économie, Philipp Rosler, un libéral pur jus qui tenait sur la dette grecque les discours les plus définitifs, en exigeant des plans d’austérité toujours plus rigoureux, est parti hier à Athènes avec des chefs d’entreprise et un nouveau catéchisme. « Dans un esprit de solidarité, a-t-il dit, il est du devoir de tous d’aider la Grèce à se remettre sur pied ». Il a prononcé ces mots déraisonnables : Solidarité, devoir, aide. Il veut même, paraît-il, augmenter la participation des banques.

Il s’est passé qu’un peu partout des mouvements de révoltes se lèvent, et que les Grecs n’en peuvent plus. Décréter qu’un retraité touchant 1200 euros doit en rendre 200 par mois, est sans doute raisonnable du point de vue de l’économie, mais insensé pour celui qui doit payer. A cette vitesse les états se délitent, et quand les états se délitent les économies s’effondrent.

Une nouvelle loi est donc en train de naître qui va modifier en profondeur la vie politique mondiale. Les notions de « raisonnable » et de « déraisonnable » vont devoir tenir compte de valeurs inédites : le supportable et l’insupportable.

Raymond Barre n’a peut-être pas eu tort de dire que « L’économie se venge toujours quand la politique l’oublie », mais il est mort trop tôt pour vérifier ce qu’on découvre aujourd’hui : la politique se venge aussi, quand l’ordre économique croit pouvoir se passer d'elle…

Pour ré-entendre cette chronique de vive voix :
http://www.franceculture.com/emission-le-billet-politique-d-hubert-huertas-le-raisonnable-et-l-insupportable-2011-10-07.html

///////

Alger, un livre, des musiques, et Hubert « comme là bas, comme avant »

Dans les années 80, j’avais un jour rencontré Hubert, un jeune homme d’à peu près mon âge, dans un tout petit coin du Centre Var ressemblant à s’y méprendre à ceux qu’on ne voit plus que dans un film de Pagnol. J'y avais des habitudes et venais y retrouver quelques amis. Je me souviens d’une après-midi où nous avions chanté et joué de la musique ensemble, Hubert et moi, au milieu d’une vingtaine de personnes, un très bon souvenir m’en était resté…

Bien plus tard, l’été dernier pour tout dire, je me promenais dans une grande surface spécialisée de ma région (en clair, la FNAC d’Aix-en-Provence) lorsque mon regard se porta sur un livre : « La petite fille qui venait d'Alger ».

J’ai été immédiatement attiré par l’objet, par le titre (...étant moi-même né dans cette ville). Le livre était signé Hubert Huertas, et j’ai cru reconnaître dans ce nom la personne de mon jeune camarade de chanson en compagnie des cigales… la 4e de couverture rappelait que l’auteur était également journaliste (c’est bien ça me suis-je dit, Hubert travaillait dans la presse écrite, au journal La Provence, à l’époque où je l’avais rencontré… et il me semblait bien l’avoir entendu causer dans le poste par la suite, sur France Inter puis France Culture, au cours des années qui ont passé à toute vitesse depuis lors).

J’ai donc fait l’acquisition de l’objet, et grand bien m’en a pris. J’ai - comment dire - pris ce livre en pleine figure comme un paquet de mer, qui m'a reconnecté avec tout un ensemble de sensations oubliées.

Je me suis même empressé de féliciter Hubert (après l'avoir retrouvé grâce à son site web). Nous avons même repris contact à cette occasion. Il est passé un samedi chez moi, et nous avons repris piano et guitare comme si de rien n’était, afin de pousser la chansonnette ensemble, et ce fut aussi sympa que la dernière fois ! Nous nous sommes d’ailleurs promis de renouveler l’expérience…au moins avant 2040…

Je vous recommande chaleureusement la lecture de son livre, cela va de soi.

LA PETITE FILLE QUI VENAIT D'ALGER

Dans ce deuxième roman sur l'Algérie, Hubert Huertas ne revient pas sur la guerre qui n'en finit pas, ni vraiment sur la séparation entre la France et l'Algérie, mais au contraire sur l'existence d'un pays tabou : La Françalgérie

Le thème : MARRE DE LA GUERRE !

Novembre 2010 : au moment où le narrateur achève le récit de cette histoire, on approche des cinquante ans de l'indépendance, une grande date de l'histoire collective, et partout l'Algérie fait la une de la France. L'Algérie ? Non, la guerre ! A lire tous ces écrits, à voir toutes ces photos, cette somme de livres, de reportages, de films, l'Algérie ne serait pas un pays mais une guerre jamais finie. Des bérets, des soldats, des souffrances et des haines. On dit même que cette guerre qui s'étale partout, à longueur de souvenirs, d'uniformes, de témoignages, de tortures, de massacres, cette guerre serait un tabou ! C'est rigolo comme concept, le tabou qu'on voit partout ! Aussi tabou que l'effigie de Staline à Moscou, pendant le stalinisme.

L'Algérie ne serait pas un pays comme les autres, avec des gens, des jeunes, des vieux, des amoureux, des malades, des génies, des crétins, un fond de l'air et des parfums. Pas un pays du vingt-et-unième siècle mais seulement un champ de bataille du vingtième. Ce pays c'est pourtant trois nations : L'ancienne colonie française, l'ancien colonisateur, et le mélange des deux, appelons ça la « Françalgérie », un pays sans frontières. Le vrai tabou n'est pas la guerre mais la Françalgérie, enfant bâtard, pelé, galeux, nation mise à l'index des deux côtés de la méditerranée, cachée comme une trahison, mais qui se promène dans les têtes et dans les rues, sous le soleil, de Dunkerque à Tamanraset. C'est dans ce pays que se faufile cette histoire.

L'histoire : UNE ADOPTION

« La petite fille qui venait d'Alger » raconte une adoption, donc une histoire intense. En 1997, les parents de la petite Sohane, une Algérienne âgée de 7 ans, sont massacrés par des terroristes. Son grand-oncle Omar, désespéré, appelle au secours l'un de ses amis d'enfance, Albert, et lui demande de recueillir l'orpheline, pour la mettre à l'abri, et l'éduquer en France.

Omar et Albert ont beaucoup rêvé jusqu'à l'âge de 20 ans, en 1962. Ils ont aussi combattu pour l'Algérie indépendante. Albert a même sauvé la vie d'Omar. En dépit des années et des déchirements intimes, ils ne se sont pas perdus de vue, mais restent convaincus d'appartenir à deux nations étrangères, dont les peuples se sont côtoyés de force, pendant cent trente ans, mais ne se sont jamais rencontrés. Omar est devenu pamphlétaire et auteur de théâtre, il se moque de son pays mais refuse de le quitter. Albert a écrit des ouvrages à succès sur la décolonisation, et dénonce le passé du sien. En 2010, après un voyage à Alger, la Petite fille va disparaître. Une fugue au bout du monde et à deux pas du périphérique, en banlieue. Sa recherche, par ses parents de Paris et son grand-oncle accouru d'Alger, va bousculer les habitudes et les idées reçues.

Pour la retrouver c'est eux-mêmes qu'ils devront découvrir.

Vous pouvez visionner ci-dessous une interview qu'Hubert a donnée dans le cadre de la semaine "Algérie, 50 ans après" qui est passée sur France Culture...

 

///////

Mon pote et le risque

Bonjour,

En ce moment le dernier film de Marc Esposito est l'affiche :

affiche du film mon pote

Date de sortie : 01 Décembre 2010
Réalisé par : Marc Esposito
Avec : Edouard Baer , Benoît Magimel
Dure : 1h45min
Synopsis : Victor est le patron d'un magazine automobile. Un jour, il va parler de son travail dans une prison. Il y rencontre un ancien braqueur, Bruno, fan de son magazine, qui lui demande de l'embaucher. Victor accepte. Une amitié naît entre les deux hommes.

Il se trouve que ce matin, j’écoutais France Inter, et que Marc Esposito était venu parler de son film. A ma grande surprise, il a annoncé qu’il s’agissait d’une histoire d'amitié qui s'inspire de la rencontre entre lui-même, alors qu’il était directeur du mensuel Première, et de Jean-Luc Levesque, ancien détenu qu'il engagea comme maquettiste, puis directeur artistique.

Il a même précisé que son ami Jean-Luc était venu déposer sur son blog un témoignage émouvant … Alors j’y suis allé voir aussitôt. Effectivement, le témoignage était bien là. Cela commence ainsi :

Marc,

A quelques câblées de la sortie de « Mon pote », je viens te remercier publiquement de m’avoir sorti de prison, il y a vingt ans. Tu as été providentiel pour ma famille et moi, juste providentiel... Tu dis que tu as juste été un homme, que tu ne prenais aucun risque, que tu aurais été une merde de ne pas m’aider, moi je te dis que tu es juste un bonhomme, un Mench, un Juste !

Il y a un risque à écouter son cœur, Marc, tu le sais très bien, c’est juste de se tromper, mais il y a aussi une récompense, c’est celle d’avoir raison. Raison de faire confiance, de se fier, juste de croire en l’autre […]

La suite se trouve sur http://www.marc-esposito.com/index.php?page=2

Ce témoignage (que Jean-Luc Levesque m'a autorisé à reproduire ici — qu'il en soit remercié) m'a tout simplement bouleversé. J'ai repensé au magnifique texte sur "Le Risque", écrit par Rudyard Kipling :

La croissance est l’un des besoins les plus urgents.

L’arbre perce la terre, la larve se transforme en papillon, l’enfant devient adolescent. On se doit de grandir et de répondre à ses besoins changeants si l’on veut se sentir pleinement vivant.

Les gens les plus heureux sont ceux qui ont le courage de croître et de prendre des risques pour vivre en fonction de leurs valeurs.

Et même si...

Rire, c'est risquer d’être ridicule...

Pleurer, c'est risquer d’avoir l’air sentimental...

Tendre la main vers l’autre, c'est risquer de s'impliquer...

Montrer ses sentiments, c'est risquer de dévoiler son Moi authentique.

Exprimer ses sentiments, c'est risquer de révéler sa véritable nature...

Exposer ses rêves et ses idéaux, c'est risquer de les perdre...

Aimer, c'est risquer de ne pas être aimé en retour...

Vivre, c'est risquer la mort...

Espérer, c'est prendre le risque du désespoir..

Essayer, c'est risquer l'échec...

...On doit risquer. Car le plus grand danger est de ne prendre aucun risque.

La personne qui ne risque rien ne fait rien, n’a rien et n’est rien. Elle évite peut-être la souffrance et le chagrin, mais elle ne peut rien apprendre, rien ressentir, elle ne peut ni vivre, ni croître. Enchaînée dans ses certitudes, elle en est esclave et a perdu sa liberté.

Seule la personne qui prend des risques est libre.

En tout cas une chose est sûre : j'ai pris immédiatement la résolution d'aller voir le film "Mon Pote" dès que possible.

Cela s'est enfin passé dimanche dernier, dans un tout petit cinéma de campagne près de chez moi.

Le résultat a dépassé mes espérances : j'ai trouvé ce film extrêmement sensible dans le meilleur sens du terme, très bien tourné, et touchant très juste au niveau des sentiments, sans jamais tomber dans ce qu'il est convenu d'appeler les "bons sentiments" (encore que... j'aime mieux ça que les mauvais :-))). Une belle leçon de vie, en résumé.

Un passage a particulièrement retenu mon attention (et mon émotion 🙂

C'est au moment où Bruno exprime sa reconnaissance à Victor, pour l'avoir embauché et lui avoir accordé sa confiance (embaucher un taulard, c'est très gentil sur le papier, mais on peut imaginer que le passage à l'acte ne doit pas aller de soi). D'une manière un peu pataude et bourrue, il lui dit à  peu près ceci (je cite de mémoire) :

"Il y a une chose que je me suis retenue de te dire des milliers de fois depuis que tu m'as embauché, parce que je ne voulais pas t'embarrasser avec ça, mais maintenant il faut absolument que je te le dise, comme ça ce sera fait... Voilà, c'est tout simplement merci".

Cela m'a d'autant plus touché que je revenais d'un voyage à Venise, que j'ai pu effectuer grâce à mon ami Tony Baldo (leader de la compagnie Tiramisu, dont j'ai déjà parlé dans ce blog). Pendant tout le séjour, j'a eu envie d''exprimer mille fois ma reconnaissance à Tony, qui était mine de rien en train de me permettre de réaliser un rêve vieux de près de 30 années...

Alors voilà." Tony, si tu nous écoutes (ici, prendre une voix à la Michel Drucker)... il y a une chose que je me suis retenue de te dire des milliers de fois pendant ce séjour de rêve, parce que je ne voulais pas t'embarrasser avec ça, mais maintenant il faut absolument que je te le dise, comme ça ce sera fait... Voilà, c'est tout simplement merci".

Bien à vous,

Bernard

///////

Une nouvelle artiste est née

Crocodile sur fond de couleur d'automne

Crocodile au milieu d'un paysage d'automne

Par Jade Caporali

Bonjour.

Aujourd'hui j'ai découvert une artiste peintre. Elle s'appelle Jade Caporali.

Un galeriste ému m'a récemment fait entrevoir ce tableau qui était exposé... dans le coffre d'une voiture (ces jeunes artistes ne savent plus quoi inventer... 🙂

J'aime beaucoup ce tableau et j'espère qu'il vous plaira. Il attend vos commentaires...

///////

Shakespeare (encore), Vérone, Schmitt et le Club des Juliette

L'article précédent évoquait la mémoire de Shakespeare, ravivée par des anglais sur les ondes de la BBC à l'occasion... du premier avril dernier.

Le hasard a voulu que je tombe quelques jours plus tard sur un texte d'Éric-Emmanuel Schmitt, texte qu'on peut trouver à la fin de son dernier recueil de nouvelles intitulé "Concerto à la mémoire d'un ange". Ce texte relate une anecdote intéressante à propos de Juliette, celle de Roméo, héroïne du même... Shakespeare.

Lisez plutôt :


À Vérone […] dans la première moitié du XXe siècle, un jardinier s'occupait d'entretenir le cimetière où se trouve le mausolée de Juliette. Les touristes venaient regarder sa tombe, les amoureux venaient s'y embrasser, et les malheureux y pleurer. Ému par les scènes auxquelles il assistait quotidiennement, le jardinier dressa des oiseaux pour que ceux-ci, à son ordre, viennent se poser sur l'épaule des âmes en peine, puis leur donnent, d'un coup de bec furtif, un baiser. Ce phénomène plut, intrigua, et, petit à petit, des lettres parvinrent du monde entier pour demander à Juliette des conseils amoureux.

Le jardinier prit l'habitude d'y répondre de sa belle plume en signant Juliette.

Lorsqu'il mourut, dans les années cinquante, les enveloppes continuèrent à s'amonceler avec, comme seule adresse, cette mention: «Juliette, Vérone, Italie». Certains Véronais décidèrent de perpétuer cette pratique et ils créèrent le Club des Juliette, un groupe de sept femmes qui rédigeraient des lettres à l'intention des malheureux ou esseulés exposant leurs problèmes.

Hier soir, j'ai rencontré les sept Juliette d'aujourd'hui, des intellectuelles, des psychologues, des sociologues, des avocates qui correspondent avec des condamnés à mort du Texas ou un gardien de phare en Chine ...

Étrange Vérone que les Italiens ont construite et qu'un anglais, Shakespeare, a rendue célèbre ...


Concerto à la méméoire d'un angeConcerto à la mémoire d'un ange
Eric-Emmanuel Schmitt
Albin Michel, 2010
ISBN : 2226195912, 9782226195913
///////

Le cerveau humain ne peut pas gérer plus de 150 amis à la fois

Chat de Geluk devant son ordiOn ne peut pas être ami avec tout le monde !!

Lu dans La Tribune de Genève du Vendredi 5 Février 2010 le cerveau humain ne peut pas gérer plus de 150 amis à la fois !
C'est la conclusion d'une très sérieuse étude d'un professeur d'Oxford : Robin Dunbar, c'est son nom, s'est penché sur les réseaux sociaux, en particulier sur Facebook et affirme que posséder plus de "150 amis" est ingérable... Le néocortex du cerveau, dit-il, n'a pas la capacité de faire au-delà, il ne peut pas entretenir un lien social avec plus de 150 personnes...

///////

Un match de foot vu par quelqu’un qui n’aime pas ça…

J'aime pas le footAussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été complètement indifférent au football, et en même temps toujours au milieu des footeux.

Cela a commencé à l’école… Les instits, et plus tard les profs de gym, quand ils voulaient nous faire plaisir et avoir la paix pour une heure, nous disaient « Bon, ben vous n’avez qu’à faire un foot ! ».

A ce moment-là, tous mes camarades sautaient de joie, et moi je pensais « tu parles d’une poisse »…

En effet un gamin qui ne joue pas au foot finit toujours par s’entendre dire « bon, ça fait rien, on va te mettre dans les bois (ça voulait dire que j’allais être le gardien de but, poste détesté de la plupart des autres joueurs, allez savoir pourquoi).

J’ai donc passé pendant mes plus belles années des heures à me morfondre dans ma cage, sans arriver à me sentir le moins du monde concerné par ce qui se passait, sil l’on excepte les fois où j’entendais un boulet de canon siffler à mes oreilles, invariablement suivi une seconde plus tard par une poignée de types vociférant et gesticulant, bouches tordues et mimiques simiesques, manière bien particulière  de me signifier qu’il était pourtant facile à arrêter, celui-là…

j'aime pas le footUne fois, j’étais en terminale, mes potes m’ont convaincu d’aller assister à un match… c’était à Marseille, au stade vélodrome, en 1974 probablement… non seulement je me suis ennuyé à mourir, mais en plus les deux seules fois où je regardais ailleurs j’ai vu tout le monde se lever tout autour de moi, pour comprendre quelques secondes plus tard (décidément !) que la baballe était dans les bois, donc.

Je me suis bien jure de ne jamais y retourner, comme on peut l’imaginer. Aujourd’hui c’est mon fils aîné qui se passionne pour le foot, et particulièrement pour les rencontres disputées par cette fameuse Olympique de Marseille (l’OM, quoi)… apparemment cette équipe bouge encore, bien que j’aie depuis une sacrée lurette cessé de m’intéresser à ses exploits.

Et puis tout récemment je suis (re)tombé sur un passage de livre qui à mes yeux traduit à merveille mon sentiment d’extraterrestre par rapport à beaucoup de sports en général , et à celui-ci en particulier :


Je pensais à une promenade, le long des quais et à l’un de ces restaurants feutrés comme on en voit dans les films, des maîtres d'hôtel doucereux auraient été les complices de notre intimité ...

Dès qu'elle m'a aperçu, elle a brandi deux rectangles de papier bleuté qui se sont révélés être les billets permettant d'assister à une partie de football. C'est un jeu qui se joue avec un ballon en le frappant avec les pieds.

Nous nous y rendîmes.

Lorsque nous pénétrâmes dans les lieux, le béton vibrait. «Parc des Princes », pas de parc et plus de princes, mais c'est ainsi, environ trente milliers de personnes hurlantes, surtout un rougeaud derrière qui, le départ, a affirmé avec une force incroyable que l'arbitre n'avait pas de couilles. Étant donné la distance laquelle ils se trouvaient l'un de l'autre, cette affirmation ne pouvait relever que de la plus haute fantaisie. Il l’a pourtant proclamée une bonne centaine de fois durant la partie avec un entêtement admirable.
L'équipe en bleu était locale et j'ai pensé un instant ils étaient plus nombreux sur le terrain, mais Cécilia m’a expliqué que la chose était interdite. Simplement ils devaient courir plus vite. C'étaient «les Saint-Germain », ils m'ont paru courir vite en effet, mais pour peu de chose, tous ces jeunes gens semblaient guillerets mais un peu chiens fous alors que les rouges devant eux répugnaient manifestement à bouger.

Cécilia les soutenait car elle m'apprit qu'ils étaient bretons. Ils pratiquaient la tactique du menhir. Pendant l’entracte, qui s'appelle mi-temps, nous avons acheté sandwiches avec du saucisson et des bouts de salade fripée qui sortaient du pain. Les maîtres d'hôtel obséquieux étaient de sortie.

Ça a recommencé. Tout de suite le béton qui vibrait a tremblé et je me suis retrouvé seul assis. J'ai vu les fesses du type devant qui tressautaient de joie. 1 à 0 les bleus. J'ai dit à Cécilia que les rouges n'allaient pas se laisser faire et je pense qu'elle m'a été reconnaissante de cette preuve d'intérêt. Je ne me suis d'ailleurs pas trompé car, quelques minutes après, un Breton qui n'avait l'air de rien, a sauté en l'air et paf! Un but.

Silence total dans le stade. Cécilia jubilait. Je me suis penché vers elle et je lui ai chuchoté :
– Il leur faut un ailier de débordement pour effectuer des centres en retrait.
J'ai vu ses yeux s'arrondir, elle s'est reculée sur son siège pour m'examiner plus facilement dans ma totalité, et elle a proféré :
– Mais j'étais persuadée que tu n'y connaissais rien.
J'ai baissé le regard, modestement.
– J'ai joué un peu, autrefois ...

J'avais retenu cette phrase de haute tactique proférée quelques minutes auparavant par le monsieur qui émettait sur l'intégrité physique de l'arbitre des réserves sérieuses. Il est extrêmement agréable de se sentir être stupéfiant pour quelqu'un.

Finalement les deux équipes en sont restées au 1 à 1. En quittant nos places nous avons échangé quelques remarques bien frappées sur le peu d'envergure du match, j'ai précisé qu'il eût été préférable que l'arbitre possédât des couilles. Elle a été sur ce point tout à fait d'accord avec moi. Une grande soirée.

Dans le taxi, je lui ai fait jurer que ce serait la dernière. Je déteste toutes les formes de sport, aucune n'échappe à ma vindicte et, dans cette haine générale, le football occupe une place de choix.

Belles galères, un livre de Patrick Cauvin

Patrick Cauvin - Belles galères, Livre de Poche, 1993, P. 101 & suiv.

///////