Comment Isabelle Padovani m’a déçu… et s’est en partie rattrapée par la suite

Je ne suis pas du genre à acheter une lotion pour faire pousser les cheveux à un chauve : si quelqu’un prétend m’apprendre à vivre une vie meilleure, il faut pour moi qui soit lui-même l’exemple vivant de ce qu’il enseigne. Question de cohérence.
[Olivier Clerc]

Qui est Isabelle Padovani ?

Mzis qui est donc Isabelle Padovani ?

Isabelle Padovani est praticienne en développement personnel, en espace de l'impersonnalité, formatrice en Communication NonViolente® (CNV). Elle se distingue dans plusieurs autres domaines et champs de compétences… À ce jour, elle a diffusé près de 400 vidéos disponibles sur sa chaîne YouTube. Et un très grand nombre d'internautes (dont votre serviteur) suivent cette chaîne attentivement. Dans un style bien particulier, très direct, empathique, utilisant l'humour et le "rire de soi", Isabelle Padovani a l'habitude de donner son point de vue sur un grand nombre de choses. Il s'agit principalement de situations de questionnements existentiels, de mal-être, de souffrance psychologique, voire de détresse. Mais elle y aborde également d'autres sujets, y compris son propre parcours, si cela vous intéresse...

Les rencontres au cœur du vivant

Isabelle Padovani anime également des sortes de rassemblements, mi-conférences, mi-séminaires, qu’elle appelle "Rencontres au cœur du vivant", et qu'elle dirige régulièrement en France, Suisse, et Belgique. En fait, le plus souvent, les vidéos qu’elle diffuse sur YouTube sont constituées d'extraits de ces fameuses rencontres. Le principe de ces vidéos est simple : un spectateur pose une question, et Isabelle Padovani donne sa réponse. Cette réponse (souvent éclairée) est le fruit de son expérience et de son inspiration du moment. Parfois, la dame utilise des récits issus de sa propre vie, qu’elle n’hésite pas à mettre en scène avec talent. Si vous n’avez jamais visionné une de ces vidéos, je vous recommande particulièrement l'extrait ci-dessous. Il y est question du "voisin d’à-côté qui fait du bruit avec son marteau", puis de la "voisine du dessus qui fait du bruit avec ses talons".

On peut constater qu’après avoir passé des dizaines d’années à s’abreuver à maintes sources du développement personnel et de la spiritualité, Isabelle est sans nul doute passée maître dans l’art de communiquer avec son public. Le plus souvent dans une sorte d’improvisation théâtrale visant à nous faire toucher du doigt sa façon d’être, de penser, de ressentir et j’en passe.

Qui suis-je, et comment les vidéos d’Isabelle Padovani m'ont séduit

J’exerce pour mon propre compte une activité de consultant, formateur passionné par tout ce qui touche à l’ingénierie de formation. Je suis également musicien amateur, guitariste (tout comme Isabelle Padovani d'ailleurs !), théâtreux, phonéographe, bon vivant, et je m’intéresse à tout ce qui touche à l’humain. C’est ainsi qu'il y a quelques années je suis tombé sur la chaîne YouTube d’Isabelle. Depuis lors, j’ai visionné un grand nombre de ses vidéos avec autant d’intérêt que d’émotion. Comme tant d’autres personnes, j’ai beaucoup appris en écoutant cette dame. J'ai même couvert un nombre considérable de pages avec les notes que j'ai prises en visionnant ses interventions filmées...

Ma décision d’aller à Toulouse pour assister à une de ces « Rencontres au cœur du Vivant ».

Certes, je ne partageais pas toutes ses options, loin de là. Notamment pour ce qui est de sa relation avec Dieu. Pour ma part je fais en effet partie de ceux qui aiment bien l’idée suivante « Si Dieu existe, j’espère qu’il a une excuse valable » … Mais enfin bon, j’ai aussi tendance à penser que la foi en elle-même est plus belle que Dieu. Du coup j'ai pris le parti de ne pas me braquer là-dessus.

Ainsi, au fil des années l’envie de venir assister à une de ces rencontres a germé dans mon esprit. En juin 2017 j’ai franchi le pas. En consultant la liste des rencontres à venir, j’en ai repéré une qui m’attirait particulièrement. Celle qui se tenait à Toulouse pendant le week-end prolongé de Pentecôte 2018 (les 19, 20 et 21 mai).

Le Mas Tolosa, près de Toulouse

La ville de Toulouse n’est pas particulièrement près de chez moi (400 km environ). Mais je me suis dit que c’était l’occasion d’aller rendre visite à des personnes qui me sont chères. De plus, cette « Rencontre » durait exceptionnellement 3 journées (le format « classique » est de 2). Ainsi je me suis inscrit en ligne. Attendre 11 mois ne me dérangeait pas, du moment que "j'en prenais pour plus".

Le programme annoncé

Le site d'Isabelle annonçait "3 jours au coeur des 3 cercles". Voici un report du programme détaillé, tel qu'il a été publié :

1er cercle : relation à soi – De la personnalité à l'individu
Passer de ce pour quoi je me prends à la réalité de ce que je Suis
Cheminer d'une base identitaire fondée sur le manque à une base identitaire fondée sur la plénitude
Augmenter ma capacité de choix, par le principe de différenciation et mon pouvoir d'action, par le principe de réalité

2ème cercle : relation à l'autre – Le secret des relations heureuses
Origine de nos modes relationnels et 4 phases du développement relationnel
Les différents types d'amour et de relation
Comment vivre des relations nourrissantes, sur tous les plans

3ème cercle : relation au monde – Clefs pour une interdépendance paisible et joyeuse
Une autre vision du monde
Vivre notre uniquité et oser l'offrir au monde
Développer notre capacité à concrétiser le monde de nos rêves

La lecture de ce programme a provoqué chez moi un intérêt des plus jubilatoires... Assurément, "on allait voir ce qu'on allait voir"...

Samedi 19 mai. Premier choc : la dame dans son bunker tout en haut dans les cintres…

C'est vous dire si j’étais exalté, au tout premier matin de cette rencontre. Exalté à l’idée de rencontrer enfin cette personne à la dimension spirituelle si élevée. Sans parler de son esprit aussi ouvert (car elle m’avait prouvé maintes fois qu’elle savait rire d’elle-même, ce qui a toujours une influence positive sur moi).

Nous sommes donc arrivés au Mas Tolosa (un lieu magnifique qui accueille de nombreuses rencontres près de Toulouse). Oui, je dis « nous » parce qu’entre-temps j’avais parlé de cet événement à ma compagne. Et en des termes si enthousiastes que cela lui avait donné envie de se joindre à moi.

Après avoir trépigné à l’entrée de la salle au milieu de 550 personnes environ (oui, quand même, ça donne une idée de l’ampleur du phénomène…) nous sommes allés prendre nos places, au tout premier rang, afin de ne pas perdre une miette de l'événement à coup sûr exceptionnel auquel nous allions tous participer !

Mais au bout d’un moment, après avoir regardé un peu partout, ma compagne et moi, nous nous sommes aperçus d'une chose. Il y avait une autre personne qui ne perdait pas une miette de ce qui se passait là. Il s’agissait de Mâame Padovani herself, dominant le public. Elle le faisait depuis une sorte d'immense corniche surplombant la salle juste en-dessous du plafond (déjà très haut). Elle nous scrutait attentivement depuis les cintres, son poste d'observation, donc. Avec une expression que j'ai trouvée glaçante, et qui me donnait l’impression d’être dans la peau d’un papillon. Un papillon avec un panneau de liège dans le dos et une épingle à un cheveu de son propre thorax...

« Allons, ce n’est qu’une impression, me suis-je dit alors. La suite va certainement me donner tort ! ». Ma compagne, quant à elle, était nettement moins rassurée…

Deuxième choc : le « karaoké » du début

Quelque temps après, à dix heures et quelques grosses poussières, la dame fait enfin son entrée, et vient s’installer à sa tribune dans un silence quasi religieux. Naïvement, je m’attends à ce qu’elle prenne la parole, mais en lieu et place, voilà qu’une musique orientale se met à sortir des haut-parleurs de la sono, et que la dame entonne carrément une mélopée portée par la musique, façon karaoké ! Après coup, on nous informera (par mail) que c’était du japonais… Bon, pourquoi pas après tout ? Le seul hic c’est que tout au long de la rencontre, à chaque début de séance (c’est-à-dire 6 fois en tout) nous aurons droit au même traitement. Mais enfin bon, une grande partie de l’auditoire semblait apprécier, alors…

Troisième choc : le chant collectif « su-a-wa » …

Lorsque la dame prit enfin la parole, je me demandai quelle mouche venait de la piquer : Loin des paroles éclairantes auxquelles je m’attendais, j’entendis avec stupeur cette personne proférer un amas de platitudes consternantes, alternant avec des sorties à visée humoristique que – pour la plupart – je connaissais déjà par le truchement de ses vidéos. Quant au nouveau contenu auquel je m’attendais, ou encore pour ce qui est des points d’éclaircissement qui – du moins le croyais-je – ne manqueraient pas d'advenir... eh bien, rien.

Le point culminant fut atteint lorsqu’il nous fut demandé d’entonner un chant collectif à partir des trois syllabes « su-a-wa ». Je ne sais plus quel effet cela était censé produire sur nous, néanmoins j’ai entonné ce chant avec beaucoup de cœur, et même de la joie (j’adore chanter), mais sur le moment je n’ai absolument pas saisi l’intérêt de la chose, et à l’heure où j’écris ces lignes je ne le saisis toujours pas.

J2 tout en fin de journée : je vais trouver la dame en direct

Tout le reste fut à l’avenant : pendant les deux premières journées, je me suis dit « Non, ce n’est pas possible, nous allons vraiment finir par démarrer, Isabelle va enfin entrer dans le vif, et mes inquiétudes vont alors s’évanouir comme neige au soleil… »

Mais force fut de constater que cela ne s’est jamais produit.

Ces bracelets nous servaient, de "pass"...

Au soir du 2e jour, je décidai donc d’aller m'en ouvrir directement à l'intéressée, rejoignant pour cela l’immense file d’attente de ceux qui « voulaient lui dire un mot en particulier », à un moment apparemment consacré à cela…

Lorsque mon tour fut venu, je fis part à Isabelle de mon profond désarroi. En gros, je lui expliquai que ne m’y retrouvais pas du tout par rapport à tout ce que j’avais appris, ressenti et/ou intégré auparavant, en visionnant toutes ses vidéos.

Croyez-vous qu'Isabelle s’en soit émue ? Pas le moins du monde ! Elle a conservé un calme olympien, puis a lâché ceci d’un air satisfait :

« C’est normal que tu ne t'y retrouves pas, les vidéos les plus récentes ont trois ans, ce qui se passe maintenant c’est différent ».

Depuis, je suis retourné sur YouTube, pour voir… S’il est vrai qu’il y a un léger décalage technique entre la captation des vidéos en salle et leur diffusion sur YouTube, ce décalage est beaucoup moins important que cela. A l'heure où j'écris ces lignes, la plus récente de ces vidéos a bel et bien été tournée et diffusée en 2018. Vous pouvez la visionner ici.

Là où ma religion fut faite...

Toujours est-il que je me suis bel et bien trouvé devant une fin de non-recevoir. Je ne sais pas si vous vous souvenez de Coluche qui dans un sketch disait à peu près « C’est un mec qui nous vend de l'intelligence, et il n’en a pas un échantillon sur lui ». À ce moment précis, après la réponse lapidaire d’Isabelle Padovani, je me souviens très bien m’être dit – avec effarement « C’est une femme qui m'a parlé d'empathie et de compassion pendant des années, et en ce moment même, il me semble qu’elle n’en a pas un échantillon sur elle ».

Eh oui. C’est bien triste mais c’est ainsi… Cette personne m’a-t-elle donné à voir sa « véritable nature » en cette occasion, ou bien avait-elle été récemment atteinte par un syndrome de sur-dimensionnement des chevilles ? Ai-je été bien malgré moi le témoin d'une forme de dérive sectaire ?... Ou encore des ravages d'une forme de "star system" ?

Je ne le saurai sans doute jamais, mais le fait est là, je voulais en avoir le cœur net, je l'ai eu. Dès ce moment-là ma religion était faite, si l’on peut dire.

Isabelle Padovani et Bernard Lamailloux posant pour la photo
Votre serviteur posant avec la dame pour la photo. Mon désarroi est-il visible ? ...

Il y a quand même eu du contenu…

À la décharge de la dame, je me dois de préciser que lors de la troisième et dernière journée j’ai tout de même trouvé çà et là quelque matière ayant éveillé mon intérêt, mais hélas de mon côté le cœur n’y était plus.

…Or, l’effet de ce contenu a complètement été sabré par un pathétique numéro de cirque

Le 3e jour donc, un épisode en particulier m’a laissé pantois : après toutes les séances de karaoké qu'elle nous avait infligées, la dame a fait encore mieux, en se mettant à exécuter tout à trac un playback, carrément. Un playback humoristique de la chanson « Je n’attendais que vous », de Garou, pendant que la sono diffusait l'interprétation du chanteur. La dame s'en donnait à cœur joie, avec force gestes, mimiques et postures… L’idée, à ce que j’en ai compris, était de railler le côté fusionnel de ce texte qui – certes – ne vole guère haut. Isabelle nous donnait à voir et à entendre le contraste saisissant avec la démonstration qui précédait. Laquelle portait sur "les différents types d'amour". Le procédé m’a même tiré un sourire en coin pendant quelques secondes.

Le problème c’est que la dame, elle, a tiré sur la ficelle en prolongeant son sketch pendant toute la durée de la chanson, se taillant ainsi – il est vrai – un franc succès parmi l’auditoire plié en deux dans sa grande majorité. Sauf que là, on n'était plus du tout dans le "rire de soi". J'en ai conçu une certaine gêne. Décidément, le rire aux dépens de l'autre (quel que soit cet autre) a encore de beaux jours devant lui. Y compris dans des cénacles où on ne s'attend absolument pas à le côtoyer...

Autres choses qui m’ont dérangé...

Le non-respect des horaires

Quelle que soit l’heure à laquelle nous arrivons le matin (ou à la reprise de l’après-midi) les portes ouvrent plus tard que l’horaire prévu, et nous sommes contraints de faire la queue. Ainsi, le dernier matin, la dame (le terme "diva" serait plus approprié) s'est tranquillement installée, après un retard royal, à sa tribune, après plusieurs allers-retours mystérieux dans son bunker du haut… Précisons que, curieusement, les horaires de fin, quant à eux, ont toujours été scrupuleusement respectés...

L’utilisation abusive du contexte (conditions matérielles) pour alimenter un propos déjà bien fumeux …

« J’ai réglé de son depuis là-haut, mais une fois ici je me rends bien compte que ce n’est pas pareil » … Voilà le type de considérations consternantes que nous avons dû endurer. À un autre moment, la dame est partie dans un développement interminable. Cela portait sur des problématiques de parking, puis de covoiturage... Je me  suis alors dit que pour ce genre de communication, la séance pourrait commencer 10 minutes avant l'horaire. Ou tout simplement à l'heure, au lieu de commencer 10 minutes après. Surtout qu'Isabelle Padovani a enchaîné immédiatement avec: « On est le dernier jour et j'ai 10 milliards de choses à vous partager » (… et donc, pas de temps à perdre. Quel aplomb !)

L’usage abusif du téléphone… par la conférencière !

…Notamment pour exprimer des requêtes concernant la climatisation, ou pour réagir à la demande d’un des participants gêné par la musique d’ambiance à l’extérieur du bâtiment.

Le côté "Non mais faut pas croire, hein ? Dans la vraie vie je suis comme tout le monde...

Dans ses vidéos, la dame emprunte volontiers de nombreuses digressions portant sur ses propres comportements "au premier degré" dans sa vie de tous les jours. Histoire de désacraliser un peu un contenu spirituel (qui - il est vrai - en a souvent besoin) et de nous montrer à quel point elle fonctionne "comme tout le monde" dans son quotidien. Ainsi, ce jour-là, nous avons eu droit à une tirade complètement surréaliste à propos d'une histoire de frustration qu'elle avait subie dans une file d'attente la veille, à l'aéroport.

En assistant en direct à ce numéro, j'ai eu cette fois-ci le sentiment qu'au-delà des apparences tout ce numéro de claquettes servait aussi un narcissisme que j'ai trouvé déplorable, limite pathétique.

Quel gâchis que tout cela !

Madame Padovani me semble avoir carrément perdu le sens des réalités. Elle m'a en effet semblé tout bonnement se prendre pour une élue des cieux. Notamment lorsqu’elle a lâché sans rire "Le don unique, je l'ai fait le premier jour. Dans la vibration (sic !)".

Quant à cette aptitude à rire de soi qui m'avait tellement emballé auparavant, je n'y ai vu à l'arrivée qu'un cabotinage de fort mauvais aloi. Quelle dérision !...

Du coup, j'ai depuis lors beaucoup de mal à retourner visionner les interventions de la dame dont la hauteur de vue m'avait tellement subjugué au départ. Sans doute le temps fera-t-il son œuvre, sans doute pourrai-je y retourner. Mais pour le moment j'avoue ne pas être encore complètement sorti de ma sidération. Nous verrons bien ce que cela donnera...

En guise de conclusion...

A l'heure où j'écris ces lignes, soit plus d'un mois après les faits, j’ai le triste sentiment de m’être fait avoir dans les plus grandes largeurs. C’est sans doute tant pis pour moi. Je n'oublie pas que l'échec n'existe pas, qu'il n'y a que des occasions d'apprendre. Même si en l'occurrence la leçon est un peu cher payée (215 et quelques euros multipliés par deux personnes…). Bien entendu, ce que j’écris ici n’engage que moi. Je n'ai pas la prétention d'avoir un avis supérieur aux autres. Mais enfin il n’en vaut pas moins non plus, et je me dis que si ces quelques lignes peuvent amener d’autres personnes (si peu que ce soit) à se poser des questions avant d’aller s’enferrer comme moi dans un plan aussi douteux, eh bien cela aura eu au moins ce mérite-là.

Pour finir il me revient en mémoire cette citation de Jean Cocteau. Elle parle des acteurs qui sombrent dans le cabotinage. Qui « en font toujours des tonnes », comme on dit, sur les planches mais aussi dans leur vie quotidienne :

Méfiez-vous du théâtre dans la vie. Un grand acteur fait son métier sur les planches, un mauvais acteur joue dans la vie. Et savez-vous quel est le plus mauvais acteur qui existe ? C’est celui qui, pour jouer un rôle et retenir la vedette du monde n’hésite pas à faire tuer des millions d’hommes. La grandeur du théâtre c’est que les morts se relèvent à la fin, les victimes du théâtre de la vie ne se relèvent pas à la fin.

Voilà.

Bien à vous,

Bernard


Mise à jour du 02/07/2018

Je viens de tomber sur une vidéo d'Isabelle Padovani postée le 20 juin de cette année. La dame y  répond à une question (apparemment posée par sa propre organisation) dont le libellé est "Alors, quoi de neuf dans les rencontres 2018 / 2019 ? Qu'est-ce qui a changé ?"

Elle y évoque longuement sa "Rencontre" de Toulouse 2018. Quelque-chose me dit que je n'ai pas été le seul à "tousser" ce jour-là...

Quoi qu'il en soit, cette vidéo a le mérite d'exister, ainsi chacun pourra se faire sa propre opinion.

Vous pouvez voir cette vidéo ici.


Mise à jour du 13/12/2018

Isabelle Padovani m'a répondu !

J'ai eu la surprise de recevoir récemment sous ces lignes un commentaire provenant d'Isabelle Padovani herself !

J'ai trouvé la démarche plutôt courageuse car après tout je ne lui avais rien demandé !

Bien que son intervention dans mon article n'ait pas été de nature à bouleverser ma façon de voir les choses, j'ai décidé de ne pas y répondre publiquement. En revanche, puisque Isabelle a bien voulu intervenir ici même au motif que "Quelqu'un lui a parlé de [ce] post", j'ai décidé de lui apporter quelques éléments de réponse, mais en privé, en utilisant l'adresse mail qu'elle a indiquée en déposant son commentaire. J'ignore encore les suites de cet échange, si suite il doit y avoir, mais en tout état de cause j'ai décidé d'en garder la plus grande part par-devers moi.

Pourquoi j'ai écrit cet article, finalement ?...

Afin de bien repréciser les choses, il me paraît utile de rappeler ce qui a motivé la parution de cet article :

Sachez qu'après mon expérience malheureuse de Toulouse, je voulais simplement faire entendre mon petit son de cloche, fût-il discordant par rapport à l'écrasante majorité des laudateurs et autres inconditionnels de la dame. Dans cette perspective j'avais tout d'abord parcouru le net à la recherche d'avis, disons "non dithyrambiques" sur les prestations d'Isabelle Padovani…. Et je n'en ai pas trouvé ! Rien, rien de rien, à l'exception de quelques petites sorties poussives et laborieuses d'individus prêts à tirer sur tout ce qui ressemble à de la spiritualité pour faire aussitôt un méchant amalgame avec une activité sectaire, sans y regarder de plus près.

Mes recherches s'étant révélées infructueuses, je me suis dit "...eh bien, puisqu'un tel témoignage ne semble pas exister, qu'à cela ne tienne, je vais l'écrire moi-même !". L'idée était d'éviter – si peu que ce soit – à d'autres personnes de tomber si allègrement dans le même panneau que moi, quand bien même je serais le seul à voir un tel panneau.

Un petit point sur cette affaire…

Au final je suis plutôt content d'avoir écrit cet article (j'avais beaucoup hésité à le faire, au début). Certes je m'attendais à une majorité de commentaires, disons hostiles. Certains d'entre eux m'ont paru d'une rare violence, sous couvert d'une fausse bienveillance de surface qui à mon avis ne trompera personne.

Qu'il soit bien clair que je n'ai absolument aucune envie de croiser le fer car je n'ai aucune prédilection pour les joutes verbales, ni même épistolaires avec des individus qui ont perdu leurs nerfs.

Mais en définitive, je suis ravi que tous ces avis soient présents sous ces lignes (jusqu'à aujourd'hui j'au choisi de n'en squeezer aucun, même si certains propos étaient "limite limite"...), afin que chacun puisse se faire sa propre idée sur la question.

J'ajoute que tout ceci m'aura tout de même permis de prendre langue avec quelques personnes au grand cœur et de bon sens (comme quoi ça n'empêche pas, hahahaha !).

Du fond du cœur, qu'elles en soient ici chaleureusement remerciées.


Mise à jour du 25 mars 2019

Effectivement, un échange personnalisé a fini par s’établir entre Isabelle Padovani et votre serviteur. Et aussi inattendu que cela puisse paraître, j’ai eu tout récemment l’occasion de m’entretenir de vive voix avec elle. Précisons que c’était à sa demande, ce qui est à mettre à son crédit.

Il n'est pas question de retranscrire ici la teneur de mon face-à-face avec Isabelle. En effet, cela appartient pour moi à la sphère privée.

En revanche je suis heureux de pouvoir aujourd’hui vous faire part de mes conclusions sur cette affaire qui, décidément, aura connu maints rebondissements :

Ma fille à l’époque de ses trois ans

Mais afin de mieux éclairer mon propos, permettez-moi d’abord de vous parler de ma fille.

Ma fille est un personnage étonnant.

C'est quelqu'un qui a vraiment à cœur d'aider son prochain. Actuellement, elle suit un master en droits de l'homme, et je ne doute pas un instant qu'elle en fera bon usage, tant pour elle que pour les autres.

En même temps, c'est aujourd’hui une jeune femme qui sait ce qu'elle veut. Et qui, très souvent, met en œuvre des capacités inattendues pour l'obtenir.

Les capacités en question m'ont toujours étonné. Et ceci dès son plus jeune âge. Je me souviens parfaitement, quand elle avait dans les trois ans, comme elle pleurait à chaudes larmes lorsque quelque-chose la contrariait. Déjà, on pouvait voir quelle ne faisait pas les choses à moitié, comme on dit. Ses pleurs étaient de vrais pleurs, bien sonores, et souvent des fontaines de larmes jaillissaient littéralement de ses yeux dans ces moments-là, comme on peut le voir parfois dans certains films d’animation.

Mais curieusement, il arrivait par moments, sans transition aucune, que les pleurs de ma fille cessent brusquement. Son petit cou se mettait alors à se hausser, puis à faire de rapides mouvements de périscope lui permettant de voir ce qui se passait autour d'elle. En effet, tout en vivant pleinement sa peine et sa frustration, elle avait à cœur d'observer l'impact que cela avait sur son entourage.

Bien entendu, après une telle interruption, les pleurs reprenaient de plus belle. Sans transition là non plus. J'étais littéralement fasciné par ce comportement. Jamais ses frères n'ont fait pareille chose, par exemple.

Certains, pour qualifier ledit comportement, parleront peut-être de “larmes de crocodile”. Je pense pour ma part qu’il s'agit de tout autre chose. À mes yeux, la réalité est à la fois plus subtile, plus complexe, plus touchante et plus étonnante :

Le crocodile est en effet un animal redoutable, retors, pourvu d'une mâchoire impressionnante et à qui on prête toutes les hypocrisies du monde pour arriver à ses sinistres fins. Mais en l'occurrence, je suis persuadé que chez ma fille il n'y a jamais eu de crocodile. Aussi étrange que cela puisse paraître, je reste aujourd'hui persuadé qu’elle était parfaitement "authentique" au moment où elle pleurait… mais qu'elle l'était tout autant quand elle guettait nos réactions. Ma fille fait en effet partie des rares personnes chez qui l'un n'empêche pas l'autre. Croyez-moi ou non, mais c'est ainsi.

À la réflexion, le plus singulier dans tout cela, c'est peut-être ce qui suit : non seulement ma fille était capable d'éprouver conjointement des émotions qui peuvent paraître contradictoires, mais elle provoquait également (chez sa mère et moi tout au moins) des émotions qui l'étaient tout autant ! À l’étonnement se mêlait le rire (car, toutes choses égales par ailleurs, situation revêtait indéniablement un aspect des plus comiques), ainsi qu'une forme d'admiration (un côté "chapeau l'artiste, elle ne perd pas le Nord !") et surtout une immense tendresse.

Aujourd'hui, ce qu'il y a de positif avec le caractère de ma fille, c'est ce que tout cela lui aura permis d'acquérir en intelligence émotionnelle. Comme je l'ai déjà dit, elle a aujourd'hui un caractère toujours aussi déterminé. Mais fort heureusement pour elle et pour les autres, elle a cessé de croire que le monde devait tourner autour d'elle et de ses desiderata. Ou d'en faire toute une histoire à chaque fois que quelqu'un n'est pas de son avis. Comme l'a écrit Germaine Greer, on peut être jeune une fois mais immature pendant toute sa vie...

Quel rapport avec Isabelle ?

En revanche, ceux qui arrivent à l'âge adulte en ayant – plus ou moins – raté le coche se débrouillent comme ils peuvent, sont souvent traversés par de grand doutes existentiels, tout en ayant une légère tendance à tyranniser les gens qui gravitent autour d'eux. Et comme, malgré tout, ils arrivent en général à se faire apprécier de beaucoup de monde (en développant les stratégies qui sont souvent des trésors de créativité), cela donne souvent des personnalités originales, intéressantes mais dont la fréquentation n'est pas toujours de tout repos. Le langage familier qualifie volontiers ces personnes d' "attachiantes".

À l'issue de mon entretien avec Isabelle (entretien qui a quand même duré deux bonnes heures), j'ai éprouvé un sentiment curieux que je n'arrivais pas à définir.

Et puis en y repensant, tout s'est éclairé : À l’image de ma toute petite fille de jadis, Isabelle n'est absolument pas quelqu'un de machiavélique. Elle n'est pas angélique non plus. Pas plus qu'elle n'est traversée par des choses bien basses, comme du cynisme ou de la mesquinerie, ou bien hautes, telles des inspirations divines. En fait, je crois bien que d’une certaine manière elle est (et vit) tout cela en même temps.

Aucune duplicité, mais…

Ainsi, elle peut faire tour à tour montre d'une humanité et d’une fragilité extrêmes offertes à l'autre sans fard, d'un sens incroyable de la main tendue, d’un amour inconditionnel, mais aussi d'un aplomb inoxydable, d'une tranquille désinvolture, d’une posture de diva, d’un sens inouï du compliment bien tourné et de tellement d’autres choses qui contrastent avec ce qui précède.

Aucune duplicité là-dedans. Aujourd’hui j’ose affirmer que dans tous ces cas-là, cette femme kaléidoscope est et reste elle-même. Peut-être que je me trompe, mais lors de notre échange elle m'a même paru en grande partie consciente de ce paradoxe.

Une histoire de caméléon

caméléons rigolos

Il était une fois un caméléon qui se promenait tranquillement au-milieu d’un marché, sur l’étal d’un tisserand, provoquant l’admiration de tous en devenant tour à tour (et sans aucun effort) vert émeraude, bleu profond, rouge chatoyant, pied de poule, écossais, et bien plus encore ! Avec un peu de concentration, il finissait même, au besoin, par se retrouver lui-même comme par enchantement tout imprimé des motifs les plus incongrus !

Lorsqu'il eût pris de son extraordinaire aptitude, ce caméléon se mit en tête de s’approprier du mieux qu’il pouvait toutes les théories du monde portant sur la couleur, afin de creuser cette si étrange question, et aussi de mieux comprendre et parfaire ses incroyables compétences. Au point qu’au bout de quelques années les gens accouraient du monde entier pour le voir faire son numéro, mais aussi pour le consulter sur ces questions-là. Ce qui était paradoxal, c'est que ce caméléon avait fini par connaître sur le bout des pattes toutes les couleurs, les nuances et les subtilités de l'univers, à une exception près : En effet, jamais il ne sut de quelle couleur il était lui-même.

La question du devenir de cet article.

Une personne animée des meilleures intentions m’a récemment fait observer que le présent article pouvait porter tort aux intérêts d’Isabelle Padovani. En effet, à l’heure où j’écris ces lignes, si quelqu’un saisit la simple requête « Isabelle Padovani » sur Google, il ou elle tombe dès les premières lignes sur l’article présent, ce qui pourrait dans certains cas contribuer à créer une forme, disons d’injustice, dans la mesure où une personne survolant l’article en tirerait peut-être des conclusions hâtives…

Voici ce que j’ai décidé de faire à ce sujet : Tout d’abord, j’ai modifié le titre d’origine. Ainsi, « Pourquoi Isabelle Padovani m’a déçu » est devenu aujourd’hui « Comment Isabelle Padovani m’a déçu… et s’est en partie rattrapée par la suite ».

Ensuite, j’ai enrichi l’article de la présente mise à jour. Et j’assume parfaitement mes choix.

Où j’en suis aujourd’hui par rapport à tout ceci

J’espère que les propos que j’ai tenus dans les paragraphes précédents vous auront éclairés sur ce point. Au final, toute cette expérience m’aura – non sans mal – permis d’en apprendre un peu plus sur ce que sont la relation à soi, la relation à l’autre et la relation au monde. Les fameux "trois cercles" mentionnés en début d'article, donc... Mais à quel prix ?

Il est Indéniable qu’Isabelle Padovani est une pointure pour ce qui est de ces questions-là. Et comme nous n’en sommes plus à un paradoxe près, force m’est pourtant de constater que ce qu’elle m’a appris de plus précieux, elle l’a fait à son corps défendant.

Qu’il me soit enfin permis de rappeler encore une fois qu’avec elle, ce qui m’a posé problème à plusieurs reprises, ce n’est jamais la personne, mais plutôt le comportement.

Isabelle, du fond du cœur, je te souhaite d’avoir plus de chance que mon caméléon de tout à l’heure, de découvrir un jour ta véritable couleur et de connaître enfin le repos.

Et je te souhaite également bon vent pour tes Rencontres et tout le reste.

Mais sans moi.

 


– Commentaires Facebook –

34 réponses sur “Comment Isabelle Padovani m’a déçu… et s’est en partie rattrapée par la suite”

  1. J’ai participé à cette même Rencontre à Toulouse comme à d’autres auparavant et depuis et je suis touchée de lire de quelle manière tu l’as vécue de ton côté…
    Pour ma part comme pour celle des dizaines de personnes avec lesquelles j’ai échangé pendant ces trois jours mais aussi de manière assez globale dans l’assistance, j’ai vraiment vécu que les gens étaient ravis de ce qu’ils vivaient.
    Je suis désolée de savoir que ça a été rude pour toi et en même j’ai l’impression aussi que tu as pu interprété des trucs car tu ne les comprenais pas…
    Quand tu dis que la dame était dans son bunker, en fait la haut, au-dessus de la salle, c’était le seul endroit où se trouvait la sono et où elle pouvait aussi se poser pour préparer ses demi-journées, et si tu te demandes comment je le sais c’est parce que je lui ai posé la question…
    Ensuite pour les chants dont tu parles, oui c’est bien du japonais, c’est de l’Onsei-Do, une pratique de Son ancestrale dont elle est enseignante et dont elle propose un stage chaque année auquel j’adore participer car c’est très puissant…
    Quant aux horaires, de mon côté j’en n’ai pas observé de bug particulier… le 1er matin il y avait eu du retard oui, mais elle avait ensuite rallonger la durée de la matinée…
    Et puis moi j’ai vraiment été touchée qu’elle prenne en compte les demandes des participants concernant la clim, il faisait chaud et elle demandait au gérant du lieu de baisser là température de la salle…. pour au final que le gérant face venir un réparateur car la clim était défectueuse…
    Ce qui est vrai aussi c’est qu’elle est humaine et donc en évolution permanente comme chacun et que ce qu’elle propose pendant ses rencontres est toujours très en lien avec son vivant…
    Je suis triste de lire ce que tu écris même si je peux comprendre que tu as été très decu… et je voudrais dire quand même que tellement la majorité des gens était vraiment extatique…
    Je me rappelle d’ailleurs que tu avais pris la parole en public, je crois le 2ème jour ( tu n’étais en tous cas pas devant) pour exprimer ton inconfort par rapport au décalage que tu vivais entre les vidéos que tu avais l’un voir sur internet et la rencontre en live…. et c’est vrai qu’Isabelle ne publie que très rarement maintenant des vidéos récentes filmées en Rencontres…
    Pour ma part, aller à des Rencontres est t

  2. J’ai participé à cette même Rencontre à Toulouse comme à d’autres auparavant et depuis et je suis touchée de lire de quelle manière tu l’as vécue de ton côté…
    Pour ma part comme pour celle des dizaines de personnes avec lesquelles j’ai échangé pendant ces trois jours mais aussi de manière assez globale dans l’assistance, j’ai vraiment vécu que les gens étaient ravis de ce qu’ils vivaient.
    Je suis désolée de savoir que ça a été rude pour toi et en même j’ai l’impression aussi que tu as pu interprété des trucs car tu ne les comprenais pas…
    Quand tu dis que la dame était dans son bunker, en fait la haut, au-dessus de la salle, c’était le seul endroit où se trouvait la sono et où elle pouvait aussi se poser pour préparer ses demi-journées, et si tu te demandes comment je le sais c’est parce que je lui ai posé la question…
    Ensuite pour les chants dont tu parles, oui c’est bien du japonais, c’est de l’Onsei-Do, une pratique de Son ancestrale dont elle est enseignante et dont elle propose un stage chaque année auquel j’adore participer car c’est très puissant…
    Quant aux horaires, de mon côté j’en n’ai pas observé de bug particulier… le 1er matin il y avait eu du retard oui, mais elle avait ensuite rallonger la durée de la matinée…
    Et puis moi j’ai vraiment été touchée qu’elle prenne en compte les demandes des participants concernant la clim, il faisait chaud et elle demandait au gérant du lieu de baisser là température de la salle…. pour au final que le gérant face venir un réparateur car la clim était défectueuse…
    Ce qui est vrai aussi c’est qu’elle est humaine et donc en évolution permanente comme chacun et que ce qu’elle propose pendant ses rencontres est toujours très en lien avec son vivant…
    Je suis triste de lire ce que tu écris même si je peux comprendre que tu as été très decu… et je voudrais dire quand même que tellement la majorité des gens était vraiment extatique…
    Je me rappelle d’ailleurs que tu avais pris la parole en public, je crois le 2ème jour ( tu n’étais en tous cas pas devant) pour exprimer ton inconfort par rapport au décalage que tu vivais entre les vidéos que tu avais l’un voir sur internet et la rencontre en live…. et c’est vrai qu’Isabelle ne publie que très rarement maintenant des vidéos récentes filmées en Rencontres…
    Pour ma part, aller à des Rencontres est toujours très nourrissant pour moi, j’en ressors à chaque fois ravie et regonflée à bloc…

  3. Waow, ça c’est du « tir à vue » carabiné !
    Je suis époustouflé en voyant comment tu la descends de A à Z, particulièrement à partir d’éléments qui n’ont rien à voir avec ce qu’elle transmet !
    Donc, pour reprendre du début : j’étais à Toulouse pour ces 3 jours et je n’ai pas tout apprécié… mais je prends ma part, je vois les endroits où ce qu’elle partageait est venu me chercher dans des zones où je n’aime pas aller me regarder !
    A part ça, je te trouve rude et pas très objectif… et je ne trouve pas ça cool dans une publication que tu balances sur Internet comme s’il s’agissait de faits…
    D’abord tu parles d’elle en haut de son « bunker », « regardant la salle avec une expression glaçante » : on a pas dû voir la même, parce que moi je lui ai fait « coucou » de la main et elle m’a répondu avec le sourire ! J’ai bien vu qu’elle nous observait attentivement, mais visiblement parce qu’elle regardait si tout se passait bien pour tout le monde, vu le nombre : elle a même demandé à ce qu’on remette des chaises ici ou là, bref, moi je l’ai juste vu s’occuper de ses participants.
    Après, t’as eu l’air choqué par ce qu’elle chante au début : visiblement, ton coeur n’a pas été touché par ces temps qu’elle offre au début de chaque demi-journée… moi j’aime et ça fait partie des choses que je viens chercher pendant ces stages… parce que ça me fait vibrer quelque part, à un endroit où les vidéos ne me font pas cet effet.
    Evidemment, les goûts et les couleurs sont dans la nature, mais comment te dire : si tu n’aimes pas, pourquoi chercher à en dégoûter les autres ?
    Ensuite, je ne vais pas reprendre tout ce que tu dis dans ton article, mais juste témoigner que je n’ai pas du tout le même vécu que toi : moi j’ai été super nourri par ces trois jours, par un contenu dense, varié, où des moments puissants dans la transmission étaient allégés par des moments de franche déconnade.
    Tu sais quoi ? Moi à une époque, j’étais pas mal nourri intellectuellement par ce qu’elle transmettait et moi, ce que j’ai vécu pendant cette Rencontre à Toulouse, c’est qu’elle a pris un virage dans ce qu’elle partage, qui s’adresse davantage au coeur et le mien a été bouleversé à plusieurs reprises (comme celui de nombreux participants autour de moi).
    Je me dis que t’as vraiment pas dû apprécier qu’elle ne te donne pas ce que tu voulais, pour que, plutôt que de juste parler de toi, dans cet article, tu écrives tout sous forme de jugements sur elle : et c’est toi qui parle de compassion et lui jette la pierre ? « Regarde la poutre dans ton oeil avant de regarder la paille dans l’oeil du voisin » j’ai envie de te dire ! En tout cas, je me demande où était passé ton coeur pendant ces 3 jours, pour qu’il entre aussi peu en résonance avec tout ce qu’elle a donné !
    Le pompon c’est comment tu la descends parce qu’elle n’a pas été en empathie avec toi quand tu lui as parlé : allo, ça te vient à l’idée que ça pouvait être juste parce qu’elle n’en avait pas les moyens à ce moment-là ?
    Moi en tout cas, je l’ai vu dans plusieurs rencontres accueillir avec beaucoup d’empathie des réactions pourtant fortes de personnes qui s’adressaient à elle : mais c’est un être humain, alors comme moi, comme toi, elle n’est pas parfaite… est-ce une raison pour la fustiger comme tu le fais et balancer toute ta colère et ta frustration sur Internet, plutôt que de lui écrire à elle ? Tu cherches quoi au fond ? A te prouver que tu as raison ? Moi en tout cas, je suis juste choqué par ce que tu as écrit, qui ne fait juste pas honneur à la qualité de ce qu’elle transmet dans ses Rencontres au coeur du Vivant, depuis des années et à la force de ce que j’ai vécu pendant ces 3 jours à Toulouse en mai dernier !

  4. Eh bien il semblerait que cet article ait déchaîné les passions, celles d’une personne au moins 🙂

    J’ai pourtant attendu plus d’un mois après la rencontre de Toulouse pour l’écrire, en m’efforçant d’être précis et pondéré, sans me laisser emporter par des jugements hâtifs. J’ai même écrit à un moment qu’il y avait quand même eu du contenu lors de cette rencontre…

    Et j’ai aussi pris la peine de préciser « Ce que j’écris ici n’engage que moi. Je n’ai pas la prétention d’avoir un avis supérieur aux autres. » Cela étant, j’entends bien que cet avis soit respecté tout autant que les autres, même s’il n’est pas partagé.

    Je me rends bien compte que j’ai pu choquer, voire blesser (sans intention aucune) quelques inconditionnels ou aficionados d’Isabelle en écrivant cet article, mais je ne vais tout de même pas m’empêcher de ressentir ce que je ressens !

    J’aimerais d’ailleurs soulever la question suivante : En quoi le fait que l’écrasante majorité des participants aient été satisfaits de la prestation de Toulouse devrait disqualifier mon propre ressenti ? Tout d’abord j’ai été loin d’être le seul, et quand bien même cela serait, je vous assure que cela ne changerait rien.

    Aujourd’hui, plus de 5 mois après cette rencontre, je suis enfin parvenu à visionner les dernières livraisons d’Isabelle sur le net, en tâchant, comment dire, de faire « la part des choses ». Voici un lien :

    Comment faire face à l’agressivité ? (vidéo ajoutée sur YouTube le 20 sept. 2018)

    Ironie du sort, cette vidéo m’a aidé à voir un certain nombre de choses sous un autre jour… à commencer par les différents commentaires de cet article ! 🙂
    Par ailleurs, la dame y dit notamment « Nous vivons dans un monde où l’on ne nous a pas appris à exprimer la gratitude, ni à la recevoir. » Pour ma part je partage totalement ce point de vue, comme tant d’autres d’ailleurs…

    Dans cette vidéo, en réponse à la question d’un participant travaillant dans la relation d’aide, et contraint de faire face à diverses formes d’agressivité ou d’appréciations négatives, elle a notamment ces mots :

    « Quand tu es dans un rôle de ressource, tu as besoin d’empathie pour tous les moments où l’adulte en toi se retrouve en face d’enfants qui n’ont pas trouvé les moyens d’accueillir le cadeau de ce que tu leur offrais. »

    Et je suis allé jusqu’à me demander si moi-même je n’étais pas un de ces « enfants qui n’ont pas trouvé les moyens d’accueillir le cadeau de ce [qu’Isabelle] m’a offert » ce jour-là…

    Mais peut-être aussi qu’à force de voir dans ses contradicteurs (si peu nombreux soient-ils) des enfants qui ne trouvent pas le moyen d’accueillir ses cadeaux, la dame a plus ou moins entamé ses propres facultés de remise en question, tout en infantilisant de facto tous ceux qui ne seraient pas en accord avec elle !

    Il est vrai qu’apparemment, Isabelle reçoit une immense majorité de témoignages tels que « Merci pour ce que vous faites, ça m’a donné du soutien dans ma vie quotidienne, et ça m’a aidé à faire quelque chose que je n’aurais pas réussi à faire jusque-là. » (Toujours extrait de sa vidéo citée ci-dessus). Si tel est bien le cas, je n’ai aucune envie de jeter la pierre (quelle horreur !) à cette personne qui se met si souvent en scène, et dont l’ego a – plus ou moins – fini par s’en trouver surdimensionné à mes yeux (car oui, qu’il me soit permis de répéter ici que j’ai le très net sentiment que tel est bien le cas). Après tout, j’ignore totalement si, pour ma part, je n’aurais pas attrapé une tête au moins aussi grosse, sous le feu incessant de tant de témoignages de satisfaction, d’admiration et que sais-je encore, exprimés sur une aussi longue durée ?

    Alors oui, je retourne avec intérêt regarder les vidéos d’Isabelle Padovani sur sa chaîne YouTube, mais dans un état d’esprit assez différent : Oui, cette dame continue – tout comme par le passé – à m’apprendre des choses que j’écoute avec autant d’intérêt et… disons un peu plus de recul.

    Reste que je mesure avec effroi à quel point certains me dénient le droit d’être en désaccord avec eux, ou alors, s’ils daignent me l’octroyer, c’est avec la certitude que je n’ai rien compris.

    Cela étant, je reste avec joie à votre écoute, comme dit la Dame…

    1. Bonjour,
      Comme vous j’ai beaucoup écouté et j’écoute toujours Isabelle, comme vous j’etais à Toulouse à la Pentecôte.
      Je n’ai pas vécu la même rencontre que vous. Je ne suis pas la seule.
      Cela ne vous enlève pas le droit de dire que vous n’y avez pas trouvé ce que vous-même alliez y chercher, ni celui d’être triste et déçu.
      Mais dans votre article, vous faites « pisser le chacal », me semble-t-il…😉

    2. « Quand tu es dans un rôle de ressource, tu as besoin d’empathie pour tous les moments où l’adulte en toi se retrouve en face d’enfants qui n’ont pas trouvé les moyens d’accueillir le cadeau de ce que tu leur offrais. » Cette phrase tombe à pic pour me donner une énergie d’Amour envers des élèves et qui vient en remplacement d’une autre énergie qui jusqu’à présent me faisait mal ; celle qui m’anime parfois lorsque je suis confrontée à des élèves que je trouve fermés et réticents à ce que je leur propose au point d’avoir envie parfois de les laisser tomber et de passer à une activité autre où je recevrais plus de gratification… Merci de l’avoir mise en exergue dans votre texte, elle éclaire un nouveau point de vue que je vais tâcher d’adopter désormais.
      Concernant votre billet d’humeur, je trouve touchante votre démarche : « Vous auriez bien aimé l’apprécier encore (celle que vous appelez la Dame), mais vous ne pouvez point. »
      C’est ce qu’Isabelle appelle « être confronté.e à la question : est-ce que là, ici et maintenant, j’en ai les moyens ? » De toute évidence pour vous, la réponse était Non… et alors ? Il n’y a pas de problème ! En CNV, on apprend également (et principalement) lorsqu’on fait une demande (celle que vous aviez dans votre coeur en allant à cette conférence) à être confronté.e à un NON bien sonnant et bien percutant. De toute évidence, ça vous a fait triste, vous ne vous êtes pas senti comblé (loin s’en faut ;-), ni rejoint, ni même entendu dans votre besoin d’être « enchanté » comme semblaient l’être un bon nombre d’autres. Vous avez le droit de sentir de la tristesse. Face à une telle situation, Isabelle Padovani, dans ses enseignements, nous invite à apprendre à « deuiller », c’est-à-dire à s’accueillir dans un espace intérieur où nos propres oreilles Girafe prennent le temps de prendre acte et de se mettre à la hauteur de notre manque et de l’émotion qu’il engendre en nous.
      Ce peut être avec des paroles que l’on se prodigue ou en silence. Comme si vous vous asseyiez sur un banc à côté de vous et que vous écoutiez ce qui se passe EN VOUS et qui veut se dire (et qui n’a pas toujours pas été entendu apparemment, je veux dire par vous-même). C’est l’auto-empathie ou la Self-Compassion. Vous pouvez être pour vous-même votre propre Accueillant. Celui (ou celle en vous) qui saura, symboliquement, vous tenir la main, frotter doucement votre dos ou juste être là… en silence… et accueillir avec douceur et bienveillance ce qui souffre en vous suite à cette confrontation.
      Et cet accueil réalisé, peut-être pourrez-vous vous connecter à la beauté du magnifique besoin qui se cache sous votre déception. A vous de le découvrir et d’en goûter la magnificence en vous posant la question : « Qu’est-ce que j’aurais tellement aimé vivre à la place et que je n’ai pas pu vivre ces jours-là ? »… Et c’est là que la souffrance a toutes les chances de disparaître car au lieu de rester focalisé.e sur le manque béant et évident (auquel cette rencontre vous a confronté), toute votre attention sera focalisée sur la beauté de l’énergie que vous auriez tellement aimé vivre à la place (partage, amour, connexion, donner / recevoir, accueil inconditionnel, compréhension, unité, accord universel, célébration, …)
      Nous sommes tous connectés, nous sommes tous reliés, nous avons tous la même nature, et nous pouvons le reconnaître car nous avons tous les mêmes besoins.
      Fraternellement

  5. Bonjour Bernard,
    Pour avoir adoré les vidéos d’Isabelle, j’ai toujours été effrayée par l’effet « groupie » autour de sa personne, qui s’avère dans les commentaires que tu as reçus. Je n’ai pas assisté aux derniers événements, pas faut d’avoir envie mais au dernier moment, trop de mauvais pub, ou « venez me rencontrer en personne », m’ont découragée, et les publications web me donnent le même sentiment d' »égo qui gonfle ».
    J’aime beaucoup le fait que tu aies attendu pour répondre aux commentaires, soit dit en passant. Et puisque du coup, je me sens en confiance, j’en profite pour lâcher la déception que je ressens face aux formations cnv en France et à la cooptation/copinage qui s’instaure, et je ne parle pas que du nombre de places saturées, mais aussi d’un usage « étrange » des « techniques » de cnv. En gros, derrière des formules pleines de peusdo bienveillance, on retrouve un joli égo prêt à bondir, mais enrobé de « est-ce que tu pourrais me dire quel est ton besoin? » un peu agressif. Il y a quelques années, Marshall Rosenberg avait arrêté les formations de formateurs car l’esprit qu’il souhaitait insuffler n’en faisait plus partie, et j’ai l’impression que la même dérive revient en ce moment, ce qui me fait fuir. Ce n’est que mon avis, et j’ajoute que la plupart de ces formation m’ont énormément nourrie , donc je n’ai aucun regret.
    Bref, je suis assez heureuse de lire quelqu’un qui sait prendre ce qu’il y a de bon, tout en conservant son esprit critique. Merci.

    1. Bonjour à toi, échalote blogueuse.

      Ah quand-même, quelqu’un qui me donne l’impression d’être autre chose qu’un non-comprenant ou un Schtroumpf grognon ! Merci pour ton commentaire qui me va droit au coeur 🙂

    2. Bonjour Bernard,
      Moi je tiens à saluer votre courage dans l’expression de votre ressenti concernant cette personne.
      Ma femme vient de me quitter alors que nous avons 3 beaux enfants dont un bébé de 12 mois et, après un choc émotionnel lié à l’annonce d’un traumatisme familial antérieur non dévoilé de son côté, cette dame a pris ma place tous les soirs dans le lit conjugal, durant près de 2 ans, quand ma femme écoutait en boucle sa chaîne.
      Au premier regard, cette dame me fait peur, j’ose parler aussi de techniques rodées mais habilement mises en oeuvre de manipulation de masse; Utilisant un vocabulaire propre, fixant des tarifs pour des retraites spirituelles hors normes, elle a eu un impact indéniable sur la déconnexion du réel de ma moitié, qui a part la suite continué à glisser sur la vague de la quasi totalité des courants alternatifs que regroupe le mouvement New Age.
      Comment ces personnes arrivent aujourd’hui à s’approprier autant de cerveaux normalement bien faits? Comment l’approche holistique peut-elle autant tromper (pas sur tous les points bien évidemment) beaucoup de gens?
      Est-ce juste la peut fondée de devoir se confronter vraiment à la dure réalité d’un monde de plus en plus gouverné par l’Intelligence Artificielle?
      Je le pense peut-être.
      Cela n’empêche que je ne cautionne pas ces courants et que je trouve absolument sous estimé encore, l’impact que ce dévouement envers une quête de la recherche de son VRAI SOI engendre au sein des familles, à commencer par le couple lorsque la moitié n’est pas en accord total.
      J’en ai payé le prix fort et croyez moi, je me rappèlerais de cette dame!
      Cdt.

  6. Ton article aussi m’a fait du bien. Allez, soyons cnv : je pense que ton besoin d’authenticité n’a pas été nourri ;-). Je plaisante (quoique!).
    Je retrouve dans les commentaires les formules qui me font maintenant bondir quand on applique les formules cnv sans être connecté à l’autre. Je suis affreusement déçue, je le reconnais par le système qui se met en place, et qui me fait peur, rien de moins. On parle de communication, et comme toute « technique » de communication, elle peut-être manipulatoire. Car pratiquée sans le lien, la cnv n’est qu’une technique. Il suffit de voir l’usage du mot bienveillance dans la publicité. Les discours des populistes qui soi disant viennent du cœur et emportent les foules.
    Mais je sais que si je veux retrouver cette authenticité, il reste les vidéos de Rosenberg, celles de Padovani.
    Une phrase fondamentale pour moi en cnv, et qui est trop souvent oubliée est : Connect before correct.
    Je vois bien trop de gens qui veulent corriger avant de se connecter. C’est normal. Le besoin d’empathie est trop grand. Mais je refuse de me faire corriger à grands coups de pseudo bienveillance.
    Se connecter, ça vient du cœur. Si je ne peux pas me connecter à l’autre totalement, je ne prononce pas une seule formule de cnv, je sais que je serai dans le faux, je vais donner des conseils, ou formuler un jugement. Bref, ça sera violent pour tout le monde.

    Et comme on vit chacun dans une réalité différente, je ne peux pratiquer ça que quand c’est vraiment trop inconfortable, et donc nécessaire. Le reste du temps, regarder ce qui se passe pour moi est largement suffisant. Et la cnv m’a aussi permis d’être beaucoup plus assertive et de couper la relation quand je n’ai pas les moyens (ça aussi, ça choque pas mal de de monde).
    Tu as exprimé ta déception avec des faits, et je ne la comprends que trop bien je crois. Évidemment, il est facile de se connecter dans ces cas là :–)
    Mais heureusement qu’on ne passe pas son temps à essayer de comprendre des gens avec qui on est en désaccord, on a qu’une vie quand même, et le droit d’aller là où c’est confortable de temps en temps! Et à mon sens la première chose à apprendre, c’est à se guérir soi-même, se donner de l’empathie, être chez soi. C’est le plus difficile, sans aucun doute.
    Encore une fois, la seule phrase, à mon sens, qu’on devrait afficher en gros, énorme et gras dans toutes les formations et événements cnv, c’est « Connect before correct ». Je ne l’ai pas entendue souvent à bien y réflechir. Pourtant, ça éviterait bien des dérives et des conseils qu’on a pas demandés. C’est la base pourtant.

  7. Bonjour Bernard,

    Quelqu’un m’a parlé de ton post, alors je suis venue le lire, car tous les feed-backs sont toujours précieux pour moi.
    Je mesure, en lisant la teneur de ton article, combien tu as été déçu lors de cette Rencontre : du coup, je vois que tout ce que tu écris se colore de cette déception, en s’éloignant d’une vision objective de ce qui se passe…
    Ce que je vois le plus dans ce que tu écris, c’est combien tu as été choqué que je ne sois pas davantage en empathie avec toi lorsque tu es venu me parler, alors même que je parle tellement des vertus de l’empathie dans tout ce que je transmets.
    Du coup, tu en conclus que « j’ai pris la grosse tête » ou que je ne suis pas congruente, etc.
    La réalité est autre, et toute simple : je suis un être humain. J’ai des aspirations. Et j’ai des limites. Et je n’ai pas toujours les moyens d’incarner mes aspirations. Alors lorsque je suis dans une Rencontre, que je donne tout le meilleur de moi pendant la journée, que je prends le temps pendant les pauses d’écouter chaque personne qui vient me parler, tant qu’il y en a une (restant ainsi souvent 1h à 2h sur place après la fin de la Rencontre), il m’arrive parfois de ne pas avoir les moyens de l’accueillir à la mesure de ce que à quoi j’aspire et de ce dont il aurait besoin.
    Et il semble que cela a été le cas avec toi.
    J’en suis désolée.
    Cela ne fait pas pour autant de moi l’être que tu décris dans ton article.
    Mais je reçois que ton expression dans cet article est à la mesure de ta déception et de ta colère que je n’ai pas été celle que tu attendais…
    Je le reçois.
    J’aimerais te dire que je n’ai jamais prétendu incarner à chaque seconde tout ce dont je parle : je suis réaliste, je me connais et je témoigne souvent de mes limites. Je comprends aussi que celles et ceux qui viennent à moi aimeraient que je n’en ai pas. Mais ce n’est pas ma réalité.
    Depuis là, je t’envoie un sourire du coeur, avec l’espoir qu’il touchera le tien, à l’endroit peut-être où il t’arrive aussi parfois, en tant qu’être humain, de ne pas avoir les moyens à chaque instant d’incarner tes valeurs et aspirations.
    Du coeur,
    Isabelle Padovani

    1. Je pense personnellement que nous idéalisons ces personnes qui nous délivrent des messages, de la sagesse
      Nous les plaçons tellement haut (comme votre exemple de bunker) que lorsque nous les rencontrons nous sommes déçus
      Car oui ce sont finalement que des êtres humains
      Éclairés certes mais humains
      C’est je pense ce pourquoi de votre déception
      Vous étiez Bernard
      Et non le Je Suis
      Le Souffle de Vie
      Le Ying et le Yang
      L’Ombre et la Lumière
      Vous n’étiez pas dans le partage mais dans l’individualité
      Vous étiez tout simplement un être humain en quête de sensationnel
      Et non
      Éclairé ne veut pas dire surhumain extraterrestre
      Mais quoiqu’il en soit merci Bernard
      Au travers de votre témoignage vous m’avez ouvert une immense porte

  8. Wow je suis un peu scotchée. Pour avoir vu toutes ses vidéos et assisté à une Rencontre C est bien l une des rares personnes où je n ai jamais ressenti de besoin de se mettre « au dessus »… Je n ai jamais trouvé autant de bienveillance chez quelqun dans les milieux spirituels et développement perso… D ailleurs depuis que je connais son travail et que je me suis habituée à son sens de l empathie je suis devenue intolérante à toute forme de violence que j observe ailleurs chez certains éveillés. concernant les estrades et le fait d être en hauteur c est toujours quelque chose qu elle tourne en dérision, sur le fait qu elle aimerait ne pas être en hauteur mais que les moyens techniques l y obligent . Comme quoi, quoi qu on fasse on va toujours decevoir, parce que ça ne prendra pas soin des besoins de tout le monde… En espérant que vous trouverez d autres personnes/approches qui comblent plus vos attentes. Belle journée

  9. Bonjour à chacun d’entre vous.
    Comme beaucoup je ne connais Isabelle qu’au travers des vidéos présentes sur youtube.
    Ses exposés ont une certaine préciosité pour qui se sent appelé à leur introspection intérieure. Mais assez rapidement je me suis posé la question de savoir qui est réellement cette Isabelle qui s’exprime en un langage connu de ceux qui eurent un jour à accoster les rivages de ce monde fascinant de la connaissance de soi.
    Isabelle est-elle une véritable éveillée comme ont pu l’être un Arnaud Desjardins , un Douglas Harding , un Richard Alpert ( Ram Dass ) ou encore l’exquis Stephen Jourdain pour ne me cantonner qu’à des Occidentaux exceptionnels.
    Personnellement je ne saurais répondre à cette question.
    Je ne connais pas suffisamment le parcours d’Isabelle.
    Mais je sais qu’un parcours authentique peut être long et astreignant. Ainsi en est-il pour nombre de chercheurs rigoureux et qui sont parvenu au bout de leur quête insatiable. Qu’il me soit permis de rendre hommage par exemple à cet être magnifique ( le Français Vishwananda ) qui n’hésita pas à tout quitter pour demeurer auprès de l’immense Sage hindoue Ma Ananda Mayi.
    Qui est Isabelle Padovani ? Je ne sais pas.
    Mais je sais que la Voie ne se résume nullement dans la participation à des stages à 250 euros × par 500 participants par-ci et 300 par là.
    Isabelle peut avoir le verbe des discoureurs et n’être elle-même que coquille vide.
    Je ne saurais le dire…
    J’ai lu avec grande attention le témoignage de notre ami qui s’est rendu à ce stage de Toulouse et qui nous livre ici avec toute la ferveur du pèlerin sincère ses impressions. Elles méritent d’être accueillies et non rejetées comme ce fut le cas dans nombre de témoignages de ceux qui apparamment côtoient Isabelle depuis des années et dans les écrits desquels- je suis au regret de le dire- je discerne beaucoup d’agressivité…
    Notre ami a le droit de témoigner et nous savons que si un véritable Maître met souvent le disciple à l’épreuve , un vrai Disciple peut aussi mettre un Maître authentique à l’épreuve.
    C’est cela me semble t-il que s’instaure une vraie relation qui peut – et doit- n’être pas infantilisante et être dans l’exigence.
    Un vrai Disciple est exigeant envers lui-même s’il ne veut pas être dans la pâle imitation de ces foules d’ésotouristes qui affluent aux pieds des maîtres comme des vautours ou de débiles ignares tout juste bons à vénérer le gourou comme ils iraient en bigots le dimanche à l’église en parfaits petits saints qui ne font de mal à personne et qui ne pêchent que par omission.
    N’en déplaise à de chastes oreilles en définitive notre ami qui a osé témoigner de son vécu durant ces trois jours à Toulouse est peut-être le seul qui s’est élevé en disciple véritable.
    Il aurait pu s’asseoir, faire le canard , et glousser comme sans doute nombre de dindons présents à chacune des envolées d’Isabelle.
    Et non ! Il a osé défier le correctement pensable.
    Cette expérience lui sera sans doute salvatrice demain ou après-demain.
    Breton d’origine j’aime les crêpes. Et je revois encore ma grand-mère les faire se retourner dans la poêle en un geste rapide mais précis.
    Voilà le sens de la conversion véritable qui est metanoïa.
    Et que celui qui n’a décidément rien compris quant à ce que peut être un engagement dans la Voie continue à n’envisager le réel que dans son seul regard au risque de la cécité…

  10. Bonjour,

    Je dis d’abord que je n’ai pas de parti-pris névrotique.

    En cherchant des exemples de « miniatures de vidéo » pour améliorer mes propres vidéos, je tombe sur Isabelle P et sur ton post tellement en « contraste » avec ce que semble exprimer le reste des internautes, vu le nombre d’abonnés à sa chaîne, le nombre de vues etc…donc, ça m’interpelle…
    et cela fait résonner chez moi une forme de « discernement » qui m’a toujours habité depuis que j’ai activement pris mon évolution en main (depuis 35 ans) et commencé à fréquenter « certains milieux » qui se nomment spirituels, « se croient spirituels » oserai-je dire.

    Une sorte d’instinct m’a toujours préservée ; je veux dire que je n’ai jamais, ni encensé , ni été déçue non plus par un « maître », guide, gourou, enseignant etc…car quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse, je sais qu’ il est dans un « rôle », moi dans le mien et que nous avons des choses intéressantes à échanger./

    Et je peux dire que j’ai appris de chacun quoiqu’il se passe. Parfois l’enseignement est quelconque, mais il se passe un truc qui m’apprend beaucoup…c’est sûrement ton cas dans cette aventure.
    Je veux dire, parfois on va au ciné, on trouve le film nul mais on rencontre une personne sympa à côté de soi…le scénario n’était pas celui que tu attendais ! On peut même y rencontrer l’homme ou la femme de sa vie comme on dit naïvement !!!

    Comme au théâtre oui ! Il y a des rôles qui se disent spirituels, d’autres se disent politiques, d’autres encore guérisseurs ou salopards etc…chaque personne s’identifie à un ego, donc à un rôle pour remplir une mission; ce qu’il sait faire de mieux selon ses prédispositions, ses expériences, son éducation.
    Isabelle met bien en avant le fait qu’elle est dans une quête spirituelle depuis l’âge de 7 ans c’est juste pour impressionner le public, parce que tout le monde est « en quête » (en évolution) depuis toujours et pour l’éternité…

    Et on a beau se targuer de spiritualité, chacun à un ego. Et il faut un ego très fort, très costaud pour rassembler 550 personnes !!! D’ailleurs les egos spirituels sont souvent assez costauds, bien trempés, car il faut faire croire à des choses non tangibles, être inspiré pour cela et oser.

    Mais il conviendrait d’arrêter de croire que l’ego est « mauvais » en soi; il est une création de l’esprit (donc un rôle) et certain, comme moi, savent qu’il est possible de s’identifier à un ego (en évolution à chaque instant ) qui rend les autres heureux par le rire, le chant, le rassemblement, la bienveillance etc…parce qu’ils savent qu’ILS SONT les autres, les pierres, les végétaux, les animaux, les planètes et que si les autres sont heureux, il le sont aussi. On pourrait dire : « soyez égoïste, rendez les autres heureux » !

    Je crois que c’est ce que fait Isabelle. C’est intéressant de voir qu’elle l’a joué « je suis comme vous » ce jour là ! Et que cela t’a fortement interpellé non ?
    Conscient ou pas, c’était peut être son enseignement ce jour là.
    Ou du moins celui que tu as saisi, malgré toi. Cela t’a coûté 500€ pour l’apprendre OK ! C’est un business comme un autre. Il faut bien que l’argent circule.

    il y a toujours un moment où on redescend de son propre piédestal. Je dis bien TON propre piédestal, car quand on a autant d’attente (d’où la déception), c’est qu’il y a un équilibre à retrouver. On va chercher à l’extérieur pour mieux se retrouver ensuite, se connaître, intégrer.
    Alors finalement moi je trouve que 500€ ce n’était pas si cher payer pour te rendre compte de cela. C’est précieux.

    On ne peut résonner qu’avec ce qui nous habite, ce qui est dans notre conscience. Je te trouve très courageux d’avoir osé ton opinion en tous les cas, qui a autant de valeur que celle de n’importe qui et qui va peut être servir à rééquilibrer d’autres personnes.
    La religion a toujours été l’opium du peuple malheureux et il est prêt à « adorer » toutes les idoles pour se sentir mieux…jusqu’au jour où il n’a plus besoin de l’idole. Mais il faut des idoles ( même racine que idée, idéal = image, fantôme). Quand l’idole s’incarne, il faut l’intégrer dans toutes ses facettes ! C’est cela le plus difficile, mais on ne l’a pas choisi par hasard n’est-ce pas ?

    Respectueusement pour toi et Isabelle Padovani
    PS : j’accompagne moi-même par les contes de fées pour « toucher la simplicité et l’innocence », une manière de me préserver de projections idolâtres dans un sens comme dans l’autre

  11. Bonjour Bernard et bonjour aussi à toutes celles et ceux qui ont exprimé leur commentaires et que j’ai lus avec un grand intérêt.

    Celui qui m’a le plus résonné est celui d’Elisandre. Il m’a donné envie de mettre mon grain de sel aussi et de vous partager mon ressenti.

    J’ai passé une grande partie de ma vie à être déçue et à ruminer ensuite ce sentiment de déception. Aujourd’hui, j’essaie simplement de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain et de retenir de chaque expérience ce qu’elle me permet de mieux connaître en moi car mon objectif principal est d’être heureuse dans cette vie et donc de m’aimer comme je suis.

    Chaque personne avec qui la rencontre a pu déclencher en moi ce sentiment de déception a aujourd’hui sa place dans mon coeur avec gratitude et reconnaissance car elle m’a montré une part de moi que je n’aimais pas et que j’aime un peu plus aujourd’hui.

    « être sérieux et ne pas se prendre au sérieux » est une de mes devises favorites.

    Je vous quitte en rêvant d’un grand rire collectif qui nous rassemble toutes et tous, au delà de notre imperfection et de nos vérités qui s’entrechoquent de façon dissonante quand elles pourraient se froter dans la joie de la rencontre avec cet autre qui m’enseigne 🙂

    Une humaine imparfaite qui s’est reconnue en chacune de vous !!!

    Marie-Christine

    1. Bonjour Marie-Christine.

      Merci pour votre témoignage rempli d’une modération et d’une bienveillance que j’apprécie beaucoup. Effectivement, j’ai été déçu, très déçu, même, mais je tiens à préciser que (contrairement à votre témoignage) je ne « rumine pas » spécialement ce sentiment de déception. En effet, ma vie est aujourd’hui plus heureuse et plus équilibrée que jamais. Et heureusement. Car je ne sais pas comment je me serais remis de ce qui fut pour moi une véritable claque.

      Je ne pense pas non plus qu’Isabelle Padovani m’ait « montré une part de moi que je n’aimais pas »… à ceci près que je pense avoir (auparavant) fait preuve d’aveuglement en adulant comme j’ai pu le faire ce « drôle de bébé » avec cette « bien curieuse eau de bain ».

      Alors bien sûr, n’ayant aucune envie de me pourrir la vie, je tâche aujourd’hui de faire la part des choses. En même temps, je reste tout de même persuadé que la leçon était plutôt cher payée. Et qu’au regard des enseignements si précieux que j’avais reçus dans le passé (je parle des si nombreuses vidéos de la dame), ce à quoi j’ai pu assister en direct relève de la pure carabistouille. J’ai d’ailleurs constaté depuis lors que je suis loin d’être le seul à ressentir ceci. Mais quand bien même ce serait le cas, cela ne changerait rien. L’histoire nous a hélas montré que les foules n’ont pas toujours raison, loin de là…

      Quant au star system, il fait décidément bien des ravages, y compris là où on s’y attend le moins.

      Bien à vous.

  12. Bonjour Bernard !
    Il y a un Grand Comptable de la vie. Toutes les vidéos de la dame étaient gratuites et t’ont aidé ! A un moment où l’autre,d’une manière ou d’une autre on rend. C’est un équilibre dynamique…

  13. Merci beaucoup d’avoir partagé cette expérience . Je regarde depuis plusieurs mois les vidéos d’isabelle et j’avoue comme le plupart de ceux qui viennent à la connaitre j’imagine qu’elle réveille en nous de vraies émotions, de véritables interrogations et qu’elle nous aide à trouver des réponses où en tout cas à comprendre un peu mieux comment avancer plus sereinement dans la vie où en tout cas essayer. Il est vrai que dès les premières écoutes j’ai été tellement bouleversée par ce que j’entendais que je me suis dis pour la première fois j’entends et j’écoute quelqu’un qui me donne confiance et que je peux croire … alors que « dans la vraie vie » je ne fais confiance à personne et je remets toujours tout en doute …. J’étais même rapidement prète à faire comme vous et à me dire que ce serait surement une belle expérience forte de pouvoir la rencontrer « en vrai »…. Mais avec toujours cette peur principale d’être déçue… et du coup de casser cette seule issue que j’ai pour le moment d’avancer…. A vous lire je peux m’imaginer très facilement à votre place et me retrouver exactement dans votre manière de penser et de réagir face à ce que j’aurai ressenti si je l’avais vécu ….aussi je ne peux que vous remercier d’avoir ecris cet article . Je vais pouvoir continuer pour ma part à écouter ses vidéos qui m’apaisent et m’enrichissent . Merci

    1. Merci Catherine. Je me suis posé beaucoup de questions avant d’écrire cet article… Même si j’imaginais que j’allais déclencher les foudres de quelques chiens de gardes déguisés en disciples bienveillants (ce sont les plus redoutables), je ne m’attendais pas à être traîné dans la boue, je ne pensais pas que les choses allaient prendre de telles proportions, ni que les chiens de garde en question seraient si tenaces et si nombreux.
      Comme je l’ai déjà écrit, je n’avais jusqu’alors trouvé sur le net aucun avis défavorable qui tienne vraiment la route à propos des prestations d’Isabelle, ou plutôt de ce qu’elles étaient devenues à mes yeux.
      Du coup, je me suis enhardi à écrire l’article que j’aurais bien aimé trouver de mon côté, en espérant que cela pourrait éclairer ne serait-ce qu’une seule personne, en l’aidant à ne pas commettre une erreur du même type que celle qui fut la mienne. Juste histoire qu’il puisse exister, au milieu d’un écrasant concert de louanges, un autre son de cloche, si ténu soit-il, même s’il n’avait guère plus de poids qu’une bouteille à la mer.
      Cette bouteille aura au moins eu le mérite d’arriver jusqu’à vous, et je m’en réjouis.
      Je vous souhaite la paix.

  14. Bonjour, Bernard,
    Merci d’Avoir partagé votre ressenti.
    Avez-vous ressenti de la déception car vous avez besoin de cohérence? Vous aimez quand les actes et les paroles vont de pair?
    Est-ce que vous vous questionnez sur Les besoins d’Isabelle quand elle organise une conférence où les participants paient 250€ pour un week-end? Ressentez vous de la méfiance? Avez vous besoin d’etre Rassuré en vous disant qu’elle «  œuvre pour un monde meilleur «  et non pour l’argent?
    Personnellement je ne pratique pas la cnv. Je viens de visionner une vidéo de Marschall qui m’a beaucoup interpellée.
    En lisant les réactions à ce poste je me sens frustrée car plusieurs personnes qui répondent ont visionné les vidéos et assisté à des conférences d’Isabelle. Pourtant j’ai l’impression que dans la réponse à ce poste ils ne mettent pas en pratique la cnv ( le non jugement).
    Personnellement je suis méfiante quand je vois le prix des conférences , des vidéos,… j’aimerais que les formations en Cnv soient accessible au plus grand nombre afin que plus de personnes puissent communiquer avec de l’emphatie,… cependant 250€ pour 2 jours de formation n’est pas dans mes moyens .
    J’aimerai trouver une formation moins chère qui rentrerai dans mes moyens et ou j’aurais la conviction que la personne qui nous transmet son savoir, ses connaissances et son expérience le face avec l’envie de partager cela afin d’aider le plus grand nombre et non afin de gagner plus que 1,5 le smic.

    Cécile

    1. Bonjour Cécile et merci de votre commentaire. Il existe, je le sais, une certaine confusion entre Isabelle Padovani et la CNV en général. Ceci est certainement dû au rôle qu’elle a elle-même tenu dans la diffusion de cette discipline dans la francophonie. Cependant, Isabelle s’est appropriée de nombreuses autres disciplines au cours de sa vie. Ainsi, sans vouloir me faire l’avocat du diable comme on dit, je pense que les « Rencontres » d’Isabelle ne se cantonnent pas – loin de là – au seul thème de la CNV. Et ceci même s’il y est largement abordé, et même si par ailleurs elle anime des formations sur ce sujet. Donc, dire « 250 Euros pour un cours de CNV » est, en la matière, aller un peu vite en besogne à mes yeux.

      Je me permets d’attirer votre attention sur ces deux « offres » différentes que l’on peut consulter sur le site administrés par Isabelle :

      1) D’abord les « Rencontres » …
      http://www.communification.eu/#rencontres

      2) Ensuite son offre de formation en ligne autour de la CNV…
      http://www.communification.eu/#le-club-cnv

      Ainsi vous pourrez peut-être disposer de quoi faire un peu plus la part des choses…

      Bien entendu, tout cela n’ajoute ni n’enlève rien au contenu de mon article, que j’assume plus que jamais.

      J’espère vous avoir été utile.

      Bien à vous.

  15. Bonsoir,
    Merci Bernard pour cet article, tellement bien écrit… un plaisir à lire.

    Merci pour ce partage qui vient faire résonner en moi des sensations connues après quelques temps auprès de « guides » et de leurs acolytes. Combien s’arrêtent aux apparences?… le problème se pose pour ceux, tels que vous ou moi, qui voient au-delà des apparences et qui prennent la mesure de l’écart entre le discours et les actes… oui un véritable éveillé est, à mon sens, celui dont le discours et les actes sont en adéquation parfaite, même dans les choses les plus simples de la vie… personnellement j’avais commencé à me laisser séduire par ses vidéos et c’est en cherchant l’agenda de ses rencontres que je suis tombée sur votre article… et ce que vous décrivez résonne tellement avec ce que j’ai déjà pu vivre, que j’ai atterri de suite.
    Il est intéressant de lire les réactions des acolytes: intolérance, jugement, violence… les cours de CNV semblent difficiles à assimiler et sont donc à revoir… 😊
    Merci donc pour votre article, pour votre jolie plume aussi, pour le délicieux portrait de votre fille, et pour m’avoir fait économiser 215 euros!
    Bonne continuation
    Emmanuelle

    1. Merci à vous Emma, j’ai écrit cet article dans l’espoir qu’il puisse contribuer à éviter à – ne serait-ce qu’une seule personne – de se fourvoyer comme je l’ai fait. Vous faites désormais partie de la petite poignée de personnes qui me témoignent de ce que ce fut effectivement le cas, ce qui me conforte dans mes convictions. Et ne prêtez pas trop d’attention aux chiens de garde, aussi nombreux soient-ils. Au bout du compte ils n’empêchent jamais les caravanes de faire tranquillement leur chemin.

      Bien à vous.

  16. J’ai beaucoup visionné et aimé les vidéos généreusement offertes par Isabelle Padovani. C’est un cadeau précieux pour réfléchir à la CNV. J’ai pris du recul en les visionnant plus attentivement. Et c’est bien à partir de cet existant que j’ai pu continuer à nourrir mon intégration du processus. (Constitué d’une trentaine de jours de modules, immersion, approfondissement)
    J’ai d’autant plus pris de distance que j’ai lu des échanges musclées entre I.Padovani et Jean Philippe Faure…
    Concernant les rencontres, le format m’interroge et me dissuade : amphithéâtre + public nombreux = conférence de quelques heures. Si je passe 2 à 3 jours, je cherche une alternance d’apport théorique et de temps de pratique en sous groupe avec plusieurs animateurs pour accompagner.
    Ceci posé, et qui n’engage que moi, j’ai envie de connaître les attentes (besoins) de ceux qui participent aux rencontres.

  17. Bonsoir Bernard,
    je découvre votre article et les commentaires qui suivent. Sans faire très long, j’ai juste envie de vous témoigner que j’ai ressenti la même chose que vous en me rendant à une de ces rencontres (à Paris, il y a quelques années) : un fort décalage entre les vidéos et le réel, ainsi qu’une sensation d’être en présence d’un gourou tellement la « foule en délire » m’a semblé n’avoir aucun recul.
    J’ai aussi tiqué sur l’organisation et les horaires, et la façon assez cavalière de la dame d’arriver lorsque cela lui convient (mais toujours avec une explication valable située en dehors de sa responsabilité).
    Quand à la méthode d’infantiliser les interlocuteurs en désaccord, c’est une technique répandue dans les milieux « psy » : c’est forcément la faute de votre névrose ou de votre chacal (c’est selon la méthode) si vous avez un sens critique…
    Ce qui est encore plus fort chez Isabelle et qui m’a mise très mal à l’aise lors de cette rencontre, c’est effectivement qu’elle arrive à retourner n’importe quel argument en arguant du fait que « comme tout le monde, elle n’est pas parfaite ». C’est d’ailleurs ce qu’elle écrit plus haut. Certes, c’est entendable, mais quand on prend la responsabilité de se placer en temps que « maître spirituel », il me semble tout de même assez sage de savoir parfois dire « Je vous présente mes excuses » plutôt que « C’est pas ma faute, je suis imparfaite ».
    Enfin, j’ai moi aussi été choquée par un moment de rire collectif aux dépens d’une personne, « bienveillant » le rire, ça va de soi…
    Bref, merci d’avoir pris le temps de formaliser vos critiques dans un article clair et cohérent, ce que je n’avais pas pris le temps de faire moi-même. Il me paraît d’utilité publique qu’un son de cloche un peu différent soit disponible sur la toile 🙂

  18. Bonjour Monsieur 🙂
    Dis donc je n’avais pas vu que cette affaire a encore eu des rebondissements! Certes ton article arrive en 3ème position dans les recherches Google sur le nom d’Isabelle Padovani, mais une réponse par mail et deux heures au téléphone…c’est pas un peu beaucoup pour une seule voix discordante sur internet?!
    « Allez, laisse tomber, on ne peut pas plaire à tout le monde », c’est pas un peu la base de la spiritualité version dicton de grand mère plein de bon sens ?
    Allons, ça n’était certainement pas le but de cet entretien j’imagine, qui devait avoir une teneur autrement plus élevée. J’oublie toujours : « ne faites pas pas de supposition » 😉
    J’dis ça, j’dis rien comme dirait un copain bloggueur…

  19. Bonjour,

    Je vous remercie pour cet article.
    Il est pour moi celui qui ose dire, comme l’enfant dans l’histoire des Habits Neufs de l’Empereur : ‘mais il est tout nu !’.

    1. Bonjour Nathalie.

      Merci pour cette métaphore, à laquelle je n’avais pas du tout pensé mais qu’à la réflexion je trouve parfaitement appropriée.

      Bien chaleureusement.

      PS : Drôle de synchronicité : quelques jours à peine après votre commentaire, un de mes amis vient de m’apprendre un aphorisme provençal : « Gaou de carriere, doulous d’oustaou ». Littéralement « Coq dans la rue, douleur à la maison ».
      Étonnant, non?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *