Quand les policiers anglais rivalisent d’amabilité, ou encore utilisent leurs boucliers pour faire de la luge

étonnants bobbies...

-
Décidément, les policiers anglais sont pour moi une éternelle source d’étonnement. Déjà, en 1974 (eh oui, ça ne date pas d’hier !), alors que je me rendais à un immense festival de musique dans la ville de Redding en compagnie de mon copain Yves, deux d’entre eux nous avaient demandé de vider le contenu de nos sacs sur le quai de la gare, sans doute influencés par nos mines aussi hirsutes que bronzées, puis encouragés dans leurs soupçons par le lieu de résidence figurant sur nos passeports (Marseille !). A la fin, n’ayant rien trouvé de spécial (comme quoi il ne faut jamais se fier aux apparences), ils se sont mis en devoir de tout ranger eux-mêmes dans nos sacs respectifs, cherchant visiblement à tout remettre à sa place, avec une maladresse touchante et un sens louable de l’effort (il faut dire qu’à l’époque, faire mon sac consistait pour moi à y entasser mon linge en boule, sans forcément distinguer le sale du propre…). Au moment de nous quitter, ils nous ont rendu nos passeports avec un grand sourire, l’un d’entre eux poussant même l’amabilité au point de nous adresser quelques mots dans notre langue maternelle, en nous appelant très gentiment par nos prénoms (« Au revouâââr Yvèssss, au revouâââr Beuuuurnrâârd ! »). Je me suis dit alors que je voulais bien être interpellé par de tels personnages tous les autres jours de mon existence si nécessaire… bonjour le contraste avec nos pandores nationaux, ou du moins ce que j’en avais aperçu. Du même coup, les "bobbies" étaient devenus dans mon imaginaires des gens particulièrement étonnants, dans le bon sens du terme... Ce souvenir m’est tout récemment resurgi à la figure lorsque j’ai consulté aujourd’hui l’étonnant article retranscrit à partir de  20 minutes.fr

-

Que faire de son bouclier anti-émeute quand il neige et surtout qu'il n'y a pas d'émeute? Afin de rompre leur ennui et s'amuser un peu, des policiers britanniques avaient trouvé la solution en l'utilisant comme luge pour dévaler une pente enneigée ! Sauf qu'ils ont essuyé un blâme jeudi après que des images, filmées par un passant, aient fait le tour de l'Internet. Leur supérieur hiérarchique, le commissaire Andrew Murray, n'a pas vraiment apprécié cette utilisation détournée de leur outil de travail: «J'ai parlé aux policiers concernés et je leur ai rappelé sur un ton qui ne souffre aucune indulgence que faire de la luge quand on est en service, avec un équipement de la police et aux frais du contribuable est une très mauvaise idée s'ils ont l'intention de faire carrière sous mon commandement.»
-
«N'oublie pas de sourire, quoi qu'il arrive» Sur la vidéo, on voit les policiers au pied d'une petite colline, proche d'Oxford. L'un d'eux, qui se juche sur son bouclier, conseille alors à un collègue de «s'agripper aux sangles». Le policier s'exécute, se faisant hisser au sommet de la pente par un confrère qui immortalise l'instant sur la caméra de son téléphone portable. «N'oublie pas de sourire, quoi qu'il arrive», lui lance-t-il.
Le lugeur en uniforme dévale alors la colline, sous les éclats de rire de trois collègues.
-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *