Ressources pédagogiques  (12 articles)

Les articles appartenant à cette catégorie se proposent de mettre à la disposition des lecteurs un ou plusieurs documents (le plus souvent multimédia, mais pas que) destinés à être utilisés en soutien d’une activité pédagogique. Mis en œuvre dans le cadre d’une activité pédagogique, ces documents sont soit conçus par un expert, soit issus du travail, de l’expérience et de l’inventivité d’un ou plusieurs formateurs de terrain.



///////

Un excellent moyen pour briser la glace

Une glace qu'on ne brise pas forcément...
Briser la glace ?...

Un icebreaker, qu'est-ce que c'est ?...

Icebraker (littéralement "brise-glace") est au départ un terme emprunté au domaine informatique. Il désigne un programme ou un dispositif destiné à contourner les défenses d'un ordinateur.

Il est également employé dans le monde de la formation et des ressources humaines. Ici, il s'agit d'une activité permettant à des personnes qui ne connaissent pas les unes les autres de se sentir plus détendues lorsqu'elles sont ensemble. Le but est en somme d'accélérer les processus de cohésion de groupe...

Continuer la lecture de « Un excellent moyen pour briser la glace »


///////

///////

Illusion d’optique – La femme sans âge

La fameuse "femme sans âge"...
La fameuse "femme sans âge"…

Si par hasard vous ne la connaissez pas, demandez-vous quel âge vous donneriez à la femme ci-dessus, à 10 ans près... En fait, spontanément, certains y voient une jeune femme, presque de dos, et d'autres une vieille femme de profil. Si vous aviez quelque difficulté à apercevoir "l'autre" femme, pas de souci, vous allez tout voir dans un instant .

Continuer la lecture de « Illusion d’optique – La femme sans âge »


///////

Laissez tomber vos tours de table, préférez-leur la balle magique !

Vous n'aimez pas la monotonie, et vous ne connaisssez pas la balle magique ? Alors lisez ce qui suit, vous allez a-do-rer !

Pour recueillir les attentes des participants dans diverses circonstances, par exemple au début d'une réunion ou encore d'une session de formation, un usage aussi vieux que les conseils d'administration veut qu'on ait recours à ce qu'on appelle le tour de table. Vous qui lisez ces lignes, il est fort probable que vous ayez une expérience de cet exercice de style plutôt convenu, conçu pour permettre à des personnes présentes dans une assemblée de se présenter, et/ou de donner leur avis sur un point quelconque. Voilà comment cela se passe le plus souvent :

Continuer la lecture de « Laissez tomber vos tours de table, préférez-leur la balle magique ! »


///////

Formation et humour

Formation et humour, pourquoi serait-ce incompatible ?

 


Donne un poisson à un homme, il mangera un jour. Apprends-lui à se servir de Twitter et il oubliera de manger.

(Tweet de @florenzo84_).


Patient est le pompier, car il commence à chaque fois au bas de l’échelle.

(Lao-Tseu).

Bonjour,

Dans un contexte de formation, certains intervenants se réfugient dans une attitude très sérieuse, factuelle, centrée sur la tâche… alors que d'autres n'hésitent pas à employer tous les moyens pour favoriser une atmosphère détendue… C'est affaire de tempérament, me direz-vous…

C'est aussi une affaire de posture, et plus profondément de croyances à propos de soi et les autres. Si vous faites partie de ceux qui déclarent volontiers "Moi je pars du principe qu'on n'est pas là pour rigoler, je refuse donc catégoriquement de me transformer en pitre", eh bien, continuez sur cette voie, car comme nous le verrons plus loin rien n'est pire que le rire forcé. Et je vous rejoins sur un point : en pareilles circonstances il ne faut surtout pas agir contre nature, cela se sent immédiatement.

...Toujours est-il qu'il y a quelque-chose de bizarre, mystérieux, en tout cas indéniable : une personne n'est plus tout à fait la même après avoir ri. Ceci s'applique bien entendu aux formateurs comme à leurs apprenants !

Alors, que faut-il penser de tout ceci ? Continuer la lecture de « Formation et humour »



///////

///////

Apprendre mieux : pédagogie et développement personnel font-ils bon ménage ? (1/2)

Comment sortir de la bouteille

Pédagogie, développement personnel : cherchez l'erreur ? Pas forcément ! Lisez donc ce qui suit…

L’éducation est une épée à double tranchant. Elle peut devenir dangereuse si elle n’est pas maniée correctement. (Wu Ting-Fang)

Comme nous commençons à le voir, le mieux-apprendre est tout sauf une science. Cette « discipline pédagogique de l’action » repose plutôt sur le bon sens, mais aussi sur notre propre capacité à oser nous remettre en question et tenter quelque chose de nouveau. Il est aisé de comprendre que sur ce registre-là, une grande partie du succès ou de l’échec d’une démarche d’apprentissage tient aux représentations mentales que les uns et les autres se font de l’apprendre, de « l’idée qu’ils s’en font », en quelque sorte. L’acte d’enseigner, de former, n’étant pas de tout repos, il est naturel qu’en pareil cas nous ne mettions pas toujours le plus grand empressement à sortir du connu pour aller vers ce qui ne l’est pas…

En outre, pour accepter ne serait-ce que l’idée d’apprendre (dans le sens « enseigner ») en s’amusant, il est indispensable d’être au clair avec nos propres croyances et émotions. En général, plus on possède un bagage intellectuel conséquent, plus on est en mesure d’invoquer – à juste titre – de raisons pour expliquer que notre propre conduite ne doit pas se laisser guider par nos émotions.

Les croyances limitantes, ça limite, mais d'un autre côté, les croyances portantes, ça porte... 🙂

J'ai abordé plusieurs fois ici la notion de "croyance", en particulier pour ce qui concerne les croyances en nos propres capacités. Nous savons qu'une croyance limitante a pour effet de diminuer de facto nos performances dans la matière étudiée. Mais il faut également bien considérer qu'à l'inverse, une croyance diamétralement  opposée (qu'on peut appeler croyance portante) aura pour effet... de les augmenter ! En d'autre termes, nous ne savons jamais avec exactitude jusqu'où nous pouvons aller, mais ce qui est sûr, c'est que si nous "n'y croyons pas", nous irons moins loin... et que si nous "y croyons", nous irons plus loin ! D'où les nombreux aphorismes du style "Ils ne savaient pas que c'était impossible, du coup ils l'ont fait".

Les émotions sont de très mauvais maîtres, mais…

Quant aux émotions, si nous savons tous instinctivement qu'elles sont de très mauvais maîtres, on ignore parfois – jetant inconsidérément le bébé avec l’eau du bain – à quel point elles peuvent se révéler d’excellents auxiliaires, à condition toutefois que nous ayons acquis une capacité à « arbitrer » de manière satisfaisante nos éventuels conflits intérieurs en la matière. Faute de quoi la solution – et c’est bien compréhensible – que nous adoptons le plus souvent consiste tout simplement à nous couper purement et simplement de nos émotions pendant l’exercice de nos fonctions (ce qui me paraît dommageable pour tout le monde, surtout en situation de formation). Or, on sait confusément qu’il est illusoire de vouloir les accrocher, ces satanées émotions, au mur, à côté de notre manteau en arrivant le matin, pour les récupérer le soir en partant. Mais bon, faute de mieux, on fait comme si…

Se couper de ses émotions, est-ce rédhibitoire ?

Celui qui « se coupe de ses émotions »  pourra peut-être accéder à toutes les connaissances livresques et théoriques qu’il voudra (...dans certains cas, ce sera même pour lui un salvateur refuge), mais il prendra – de ce fait – le risque de passer à côté de phénomènes (beaucoup plus nombreux qu’il n’y paraît) se prêtant peu, voire pas du tout à l’analyse intellectuelle. Et il passera – vis-à-vis de ses connaissances moins lettrées que lui – comme quelqu’un de très brillant, mais en même temps, ce faisant, il risque fort d'être perçu comme quelqu'un « qui passe à côté de l’essentiel », ce qui ne manquera d’ailleurs pas de l’irriter au plus haut point. L’évidence, pas plus que l’essentiel, ne se prêtant volontiers à l’explication (« si tu ne comprends pas ce qui est évident, nous ne pouvons rien pour toi ») nous nous dirigeons encore vers un dialogue de sourds, et notre fameux lettré, déconfit et frustré par cet état de choses, n’aura de cesse que de se réfugier auprès de ses pairs, nettement plus "civilisés" que tous les goujats  !

L’histoire d’un formateur en informatique qui rêvait de donner des cours de ressources humaines…

rêve

Je me souviens très bien qu'il y a bien longtemps, alors que j'étais un jeune formateur en informatique, très à l'aise dans le domaine de « la logique », du « démontrable »,du «  factuel »… j’étais en même temps très intrigué et très attiré par le contenu de tous les catalogues de stages de formation tournant autour des ressources humaines, de l'animation et du management d'équipe, et plus généralement du comportement. Je me demandais bien à partir de quoi on pouvait arriver à dire quoi que ce soit de pertinent… et – surtout – faire face aux attentes et réactions des participants, sur des sujets aussi vastes que la manière de communiquer en situation difficile ou hostile, l’accompagnement au changement, la gestion de son propre stress, la prise en compte de celui des autres, les attitudes appropriées en situation d’entretien, de réunion, de conflit, la préparation de sa retraite, la dynamisation des équipes, le renforcement de sa propre performance managériale, l’animation d’une équipe de travail en situation non hiérarchique, ou à distance, et j’en passe…

Dis-moi, cher ami, comment fais-tu, toi ?

A un de mes amis, qui exerçait cette activité (et semblait d’ailleurs s’en tirer parfaitement indemne), je me souviens même m’être ouvert de mon attirance pour ces sujets, et en même temps de l’angoisse qu’ils suscitaient en moi. Par exemple je me souviens parfaitement avoir formulé mes craintes d’alors à peu près en ces termes : « Comment diable pourrais-je me passer de la présence physique des ordinateurs, présence qui m’a toujours rassuré lorsque un de mes participants, manifestant des états d’âme inattendus, semblait vouloir amener le groupe vers des rivages ne faisant pas vraiment partie du programme prévu… comment, disais-je, imaginer pouvoir me passer de cette présence si salvatrice pour moi (…celle des ordinateurs), puisqu’il m’a toujours suffi d’un effort minime, parfois d’un simple geste désignant les ordinateurs de la salle, pour que les choses rentrent très vite dans l’ordre, parfois à ma grande surprise, et – toujours – pour mon plus vif soulagement ? »

 

S’il vous manque un élément… inventez-le !

Capturons nos rêves...

…Après avoir entendu le récit de mes inquiétudes d'alors, mon ami  éclaté d’un rire sonore, puis m’a répondu quelque-chose dans ce goût-là : « Eh bien, qu’à cela ne tienne, si tu n’as plus d’ordinateur dans ta salle pour te rassurer, tu n’auras qu’à t’en inventer un et faire comme s’il y était ! Pour y arriver facilement, va donc suivre une formation en développement personnel, et si c’est bien fait, tu verras, tout marchera comme sur des roulettes ! ».

Sur le moment j’ai trouvé cette idée totalement incongrue… et pourtant, j’ai mis un point d’honneur à suivre le même cursus de développement personnel que mon ami (en effet, j’avais entièrement confiance en son témoignage... Du coup, j'en ai pris pour deux ans, à raison d'un weekend par mois !). Et je suis en mesure d'affirmer aujourd'hui qu'entre ça et je ne sais quelle démarche épistémologique (je pouffe...) il n'y a vraiment pas photo pour qui veut vraiment apprendre à "retomber sur ses pattes"...

Tout est dans la tête…

Par la suite, l’expérience m’a montré qu’effectivement TOUT était dans ma tête, et que j’étais en quelque sorte « mon pire ennemi » à chaque fois qu’il s’agissait d’adopter des postures, des attitudes, ou des comportements… auxquels je ne parvenais pas.

Peut-être ai-je eu besoin quelque temps d’imaginer la présence d’un ordinateur lors des premières interventions en communication (que j’ai dispensées par la suite, quelques années plus tard, et que je continue à dispenser aujourd’hui) ? Très franchement je ne m’en souviens plus. Il est probable que non.

Car la formation en développement personnel que j’ai suivie, donc, m’a également montré que j’avais également un meilleur ami… et que là aussi il s’agissait… de moi-même ! La différence c’est que maintenant j’ai beaucoup plus de choix ! Libre de suivre les injonctions de mon pire ennemi ou de mon meilleur ami, il m’arrive rarement d’hésiter. Je peux donc désormais maîtriser un éventail de situations infiniment plus grand qu’à l’époque. Encore une fois, il n’y a pas photo, pour moi c’est donc « Merci le développement personnel ! »

Comment peut-on présenter le développement personnel ?

Défini par certains sociologues comme un « bricolage » syncrétique de pratiques et de croyances (sic !), le développement personnel vise à harmoniser les rapports du conscient avec l'inconscient et ayant pour but le développement de la personnalité de l’individu pour une meilleure connaissance de soi, des autres, et des mécanismes de relations interpersonnelles. Il a favorisé l'émergence du concept de « scénario de vie », qu’il définit comme une approche personnelle de la vie, où chacun peut se forger sa  propre image de soi et sa manière de faire face aux problèmes. Ce concept  a été repris par plusieurs  théories managériales (avec le MBTI) qui l’ont traduit (avec plus ou moins de bonheur) par la recherche d’un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

équilibre de vie

Tout en puisant ses origines chez des psychanalystes (notamment Carl Gustav Jung et Alfred Adler), le développement personnel se place dans une optique résolument pragmatique, à l'anglo-saxonne : Plutôt que d'entrer dans une (parfois très longue ) période d'analyse introspective (un peu comme on entre en religion), le développement personnel  nous permet plus prosaïquement de modifier, parmi  nos habitudes, représentations et schémas de comportement, ceux que nous jugeons inadaptés (...aux autres, au contexte, aux circonstances, que sais-je encore ?).

Quels concepts abordés (et surtout travaillés) en développement personnel peuvent-ils être utiles en situation d’enseignement et d’apprentissage ?

Un éléphant ça peut aider...

Là aussi, je donnerai une liste forcément subjective, et forcément incomplète…

Les croyancesElles tournent autour de tout ce qui nous permet ou nous interdit de faire quelque chose.
  
La confiance en soiUn cuisant déficit chez beaucoup d'entre nous… Si nous n’en sommes pas suffisamment pourvus, nos apprenants le sentent forcément ! Comment pouvons-nous prétendre les aider efficacement, dans ces conditions-là ?
  
Les facultés sensorielles : auditives, kinesthésiques (le toucher), gustatives, olfactivesLeur étude nous montre à quel point chacun de nous perçoit la réalité d'une manière qui lui est propre (d'où des notions telles que les intelligences multiples, ou le "mode préférentiel d'apprentissage"…)
  
Les métaphoresD'une puissance extraordinaire (parce que s'adressant directement à nos perceptions), elles sont à la base même de toute activité pédagogique.
  
La communication interpersonnelleSavoir décortiquer son fonctionnement permet incontestablement d’être beaucoup plus efficace, notamment par les techniques d'écoute active et de reformulation.
  
La congruenceCorrespondance exacte entre l'expérience et la prise de conscience
(…cohérence interne, si on veut)
  
La gestion des objectifs personnelsPour mettre en place des stratégies qui tiennent la route
  
La gestion du changementOu comment progresser sans se renier…
  
Les pièges du langageNous accordons à la parole des vertus magiques… pour le meilleur, mais aussi pour le pire !
  
La ligne du tempsNos différentes façons de gérer et cadrer le temps
  
Éléments de dynamique des groupesÉtude de plusieurs mécanismes courants (comme celui de la pression de conformité)
  
Les émotionsTrès mauvais maîtres, mais excellents auxiliaires, comme on l’a vu…
  

Citons quelques méthodes...

On peut aujourd’hui dénombrer les méthodes de développement par dizaines (faisant un choix forcément subjectif, je citerai simplement ici l’analyse transactionnelle, l’art-thérapie, le coaching, la communication non violente, l'ennéagramme, l’hypnose, la méthode Coué, la programmation neurolinguistique, le qi gong, la relaxation, le rêve éveillé, la scénothérapie, la sophrologie, le training autogène et le yoga).

Bon. C'est bien gentil tout ça, mais que choisir ? Et que faut-il éviter ?

J'imagine qu'à ce stade, une personne intéressée par tout ça ne saura pas forcément "par quel bout l’attraper"... ce qui est parfaitement compréhensible 🙂

Surtout que ces techniques (et leurs inévitables débordements) charrient inévitablement avec elles comme une odeur de soufre, tant il est vrai que dans l'imaginaire collectif, on y associe souvent des histoires de manipulation, ou de dérives sectaires, de gourous... parfois à juste titre !

Manipulations

Encore une fois, gardons-nous bien de jeter le bébé avec l'eau du bain. Pour comprendre comment tout cela fonctionne, prenons un exemple qui vous surprendra peut-être, celui des pédophiles : on sait que ceux-ci sont naturellement enclins à choisir des activités - ou même une profession - les mettant en contact avec les enfants. D'où le syllogisme courant : La plupart des pédophiles travaillant avec la petite enfance, certaines personnes en concluent un peu hâtivement que la plupart des travailleurs de la petite enfance seraient pédophiles (?!), sur le modèle archi-connu de "Tous les chats sont mortels. Or Socrate est mortel, donc Socrate est un chat".

Eh bien il en va de même avec la question du développement personnel et des gourous. Il est évident que tout gourou qui se respecte (...façon de parler, hein ?) ira tôt ou tard s'intéresser aux techniques de développement personnel ! De là à en conclure que "ça marche dans les deux sens", c'est aller un peu vite en besogne. Mieux, même : Plus nous serons nombreux à connaître ces techniques-là, plus nous serons armés pour nous défendre (et défendre les nôtres) contre les manipulateurs et les gourous. Par exemple, je peux vous dire que lorsque l'occasion m'en est donnée, j'assiste toujours avec une joie sans mélange aux joutes oratoires auxquelles les hommes politiques aiment tant se livrer sur les médias audiovisuels... incontestablement, ils ont été abreuvés à des sources que je peux très souvent identifier, et je suis très heureux de pouvoir ainsi décrypter nombre de leurs mécanismes... Plus nous serons nombreux à le faire, et mieux ce sera, ne serait-ce que pour des "raisons démocratiques" !

Excès et dérives

empreinte de pied dans le sable

Bien entendu, le développement personnel connaît quelques excès et autres dérives. Dans certains cas on peut y voir une énorme porte d'entrée au charlatanisme, j'ai même écrit un article portant précisément sur cette question.

Mais enfin il serait caricatural de el résumer à ça. Et j'ai remarqué que parmi les pourfendeurs de développement personnel, peu me semblent véritablement savoir de quoi ils parlent.

Voilà. Si après ces lignes, vous êtes toujours tentés par la question de savoir comment vous initier à tout ça, je me propose de vous amener des billes sur cette question, mais aussi sur les points communs qu'on peut trouver  – du moins de mon point de vue – à la plupart des techniques de développement personnel, et ceci dans l'article suivant :


Le Petit Abécédaire...

"Un ouvrage bien documenté, écrit par quelqu'un qui sait de quoi il parle et qui le fait avec clarté humour et éthique. Les exemples et les conseils sont judicieux et très utiles. Je le recommanderai avec plaisir.."

Josiane de Saint Paul

Quel livre ! Un travail de moine. D'une grande originalité. J'ai à peine commencé à le parcourir et, déjà, je le savoure. Je vais d'ailleurs continuer à le déguster lentement. Bravo !

Serge Marquis



///////

Décidément, vous en avez une mémoire extraordinaire !

Les capacités d'un être humain sont en général bien supérieures à l'idée qu'on s'en fait. Exemple : Nous avons tous une mémoire extraordinaire. Cet article en apporte la preuve irréfutable.

Bonjour,

Il est bien connu que tout ce qui permet de tordre le cou aux croyances restrictives des apprenants sur leurs propres capacités est bon à prendre.

Ainsi, il y a quelque temps, il a été ici question d'un moyen infaillible pour booster notre mémoire. De fait, nous avons pu retenir durablement une liste de dix éléments. Et nous avons utilisé la forme des chiffres. Aujourd'hui voici un moyen d'en retenir… cent ! Continuer la lecture de « Décidément, vous en avez une mémoire extraordinaire ! »



///////

Vous avez une mémoire extraordinaire !

Les capacités d'un être humain sont en général bien supérieures à l'idée qu'on s'en fait. Exemple : Nous avons tous une mémoire extraordinaire. Cet article en apporte la preuve irréfutable.

Notre peur la plus profonde n'est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite. Nous nous posons la question "Qui suis-je moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ?". En fait, qui êtes-vous pour ne pas l'être ?

Marianne Williamson, écrivaine américaine
(paroles reprises par Nelson Mandela lors de son célèbre discours d'investiture. Texte complet ici).


Contrairement à ce que vous croyez peut-être, vous avez tous une mémoire extraordinaire, et je vous le prouve…

Continuer la lecture de « Vous avez une mémoire extraordinaire ! »


///////

La communication interpersonnelle (ressource pédagogique)

La communication interpersonnelle (le dialogue)

La communication interpersonnelle, c'est le processus qui est en œuvre lors d'un échange de propos entre deux personnes, ou plus. Sa forme la plus simple est le dialogue.

Au premier abord, ce processus nous paraît simple, voire simpliste, et en général, nous avons tous plus ou moins le sentiment de bien le connaître, et nous pouvons très bien nous dire qu'il n'y a rien de bien sorcier là-dedans.

Mais à y regarder de plus près, il donne toujours lieu à un certain nombre de phénomènes et mécanismes particuliers, que nous avons résumés pour vous dans une vidéo pédagogique.

Y sont abordés :

  • La notion "d’intention"…
  • Les 3 filtres d’émission
  • L’émission en elle-même…
  • Le bruit
  • Le message
  • La réception proprement dite…
  • Les 3 filtres post-réception
  • La notion "d’effet"…
  • Le feedback (en français : "rétroaction")...
  • Le contexte
  • Le canal.

...Bref, la plupart des notions abordées en communication interpersonnelle...

 

(Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo)

filet

 

Si cet article vous a plu, venez donc consulter d'autres articles du même style...



///////

///////

Les représentations (inclus une ressource pédagogique)

Aujourd'hui Bernard Lamailloux a choisi de commenter pour vous un des cent mots de son "Petit abécédaire de développement personnel à l'usage des formateurs et enseignants".
Dans une courte capsule vidéo, il nous parle du mot "Représentation(s)", au sens que lui donnent les psychologues : lorsque nous lisons ou entendons un mot, cela donne lieu à une image immédiate dans notre cerveau.

Le hic c'est que ces représentations peuvent notablement différer d'une personne à l'autre, et fonction d'un certain nombre de facteurs.

Dans cette vidéo, Bernard nous propose une activité simple et ludique qui permet de mettre en lumière cette différence de représentations.

Il s'agit là d' une véritable ressource pédagogique, sentez-vous à l'aise de l'utiliser avec vos groupes de participants ou d'étudiants.

De plus, cette activité ne vous demandera aucune préparation !




///////