Développement personnel : quelques excès et dérives

Le développement personnel est une affaire qui marche : à titre d'exemple, en faisant une recherche sur internet, vous ne trouverez pas moins de 70 000 livres traitant de ce sujet. Mieux : j'avoue faire partie des fautifs !

Au sein de ce grand mouvement cohabitent le pire (charlatanisme, promesses de miracles, dérives sectaires), mais aussi le meilleur. Le meilleur, ce sont de fort pertinentes grilles de lecture de nos comportements humains, mais aussi des outils efficaces pour mieux se connaître et surmonter nos difficultés.

Tout ceci m'a donné envie de verser modestement mon petit grain de sel au débat, et de vous livrer mon point de vue sur les limites et les pièges que recèle (à mes yeux) ce si bel outil que constitue le développement personnel, donc.<

Des détracteurs qui se braquent… et des personnes éclairées qui se fourvoient

Il me semble que trop de détracteurs du développement personnel se braquent, dans leurs interventions, sur les dangers qu'il recèle, quitte à gommer les bienfaits qu'il peut procurer. Pour ma part, je serai plus nuancé, mais après avoir passé pas mal d'années à user mes fonds de culottes dans toutes sortes de séminaires de développement personnel et en avoir retiré d'énormes bienfaits, je suis bien obligé de constater aujourd'hui ceci :

Si nombre de mes "camarades de jeu" ont connu un parcours de vie, disons plutôt épanouissant, d'autres – trop nombreux – se sont fourvoyés dans des impasses nettement plus problématiques, tirent le plus souvent des mines de six pieds de long qui ne respirent pas spécialement l'épanouissement, et ne semblent aujourd'hui donner crédit qu'à ce qu'ils (ou elles) appellent des "faits alternatifs"… Pourtant, comme me le rappelait une amie, ils disposent de tous les outils pour savoir de quoi il retourne. Essayons donc (autant que faire se peut) de décrypter tout cela :

Dieu est mort mais nous avons horreur du vide

À une époque pas si lointaine, il était courant de confier nos troubles métaphysiques (notamment nos questionnements sur le sens de la vie, sur l’accomplissement de soi) aux hommes d'église, censés nous guider dans la voie de la sagesse… Comme chacun le sait, les églises ont aujourd'hui perdu une grande partie de leur influence (à des degrés divers, car cela ne se produit pas de manière uniforme sur la planète). Mais nos doutes existentiels demeurent, et nous manquons parfois cruellement de soutien ou d'oreilles attentives pour ces questions-là. Autres temps autres mœurs, nous avons peu ou prou remplacé nos placides curés de campagne par des psychothérapeutes, des "livres qui font du bien" ou des séminaires de développement personnel… Et là, exactement comme avec nos bons vieux curés, il est facile de constater que le pire y côtoie le meilleur.

Croyons-nous en un monde surnaturel ?

S'agissant de Dieu, justement, beaucoup d'entre nous n'ont pas besoin de croire spécialement en Lui pour imaginer que, au-delà de la banalité du réel perceptible, il y a un monde proprement spirituel doté de forces qui nous échappent et qui pourtant infléchissent puissamment nos vies… Il n'y a certes pas là de quoi fouetter un chat mais il n'empêche : cela peut ouvrir la porte à bien des dérives.... Voyons cela :

L'univers et les énergies

Ce qu'on demandait jadis à Dieu, le développement personnel nous invite souvent à le demander à "la Vie", ou encore à "l'Univers", concepts un peu fourre-tout qui constituent à mes yeux une manière de ratisser super large question œcuménisme, puisque cela nous permet d'inviter à notre belle table les agnostiques et même les athées !

Voilà comment nous avons insidieusement remplacé l'idée que "Les voies du Seigneur sont impénétrables" par "Il y a sûrement une force supérieure qui dirige tout"… de là à percevoir des événements sans rapport entre eux comme liés par une obscure cause, là encore le pas est vite franchi. Ainsi, certains peuvent avoir tendance à percevoir des événements aléatoires comme ayant un lien de causalité entre eux ... Cela explique la fréquence de l’expression « ça ne peut pas être une coïncidence », qu'on peut lire sous la plume de certains complotistes, mais pas que.

Les énergies maintenant : d'après certains adeptes du développement personnel, tout n'est qu'énergie. À leurs yeux, l'univers serait une sorte de vaste champ magnétique dans lequel toutes sortes d'énergies, donc, sont en perpétuelle circulation. Avec le renfort de pseudosciences et de prétendues sagesses (orientales de préférence) nous pouvons en venir à croire que notre corps lui-même serait constitué d’ondes et d’énergies. Pour peu qu'on y associe un peu de pensée magique, il devient alors parfaitement possible de transmettre cette pseudo-énergie immatérielle d’un individu à un autre par l’intermédiaire de « fluides » et, partant, de soigner ainsi certaines affections. Les développements sont infinis, comme en témoigne "l'information" suivante, glanée au détour du net :

Tous les chats ont le pouvoir d'éliminer quotidiennement l'énergie négative accumulée dans notre corps… Dès que nous dormons, ils absorbent cette énergie [???]. S'il y a plus d'une personne dans la famille, et un seul chat, il peut accumuler une quantité excessive de négativité en absorbant l'énergie de toutes ces personnes…

(Trouvé sur une page Facebook...)

Peu importe que ce soit vraisemblable ou non, inutile de l'étayer par une démonstration ou des sources fiables, car la moindre fadaise de ce genre issue d'un esprit tourmenté rencontrera forcément un nombre conséquent d'adeptes, et ceci dès sa publication sur les réseaux sociaux, juste parce qu'ils auront trouvé cette idée séduisante, et hop, le tour est joué, emballez, c'est pesé !

Si par malheur vous en arrivez à vous convaincre par exemple que les états pathologiques comme les maladies infectieuses n’ont « pas d’autres causes que des problèmes énergétiques » puisqu’ils « ne peuvent se développer que si le terrain organique est en déficit d’énergies vitales » vous êtes le candidat idéal pour vous précipiter chez le moindre hurluberlu qui tiendrait un discours parfaitement assuré autour des "bonnes" énergies qu'il convient d'attirer, et des mauvaises, qu'il vous aidera à éliminer moyennant rétribution…

La nature déifiée et le mythe de l'âge d'or…

Autre biais courant : se sentir si proche de la nature (si malmenée de nos jours, il est vrai) qu'on peut en concevoir une forme de culpabilité. Là encore, tout cela paraît légitime, mais en poursuivant sur notre lancée, nous pouvons (c'est très courant) aller jusqu'à élever cette Sacro-Sainte Nature au rang de véritable déesse et, là encore, lui attribuer des pouvoirs surnaturels. C'est clairement le cas de nombreux adeptes du développement personnel. À la faveur du coronavirus, nombreux sont par exemple ceux qui sont allés jusqu'à affirmer que la planète " […] s’était vengée du mauvais comportement humain en matière d’écologie". Le corollaire étant le florilège de témoignages, réels ou inventés, sur nombre de peuplades (situées de préférence à une autre latitude et/ou époque que la nôtre) qui seraient soi-disant en bien meilleure santé que nous grâce à un contact direct avec les forces authentiques de la Nature (avec un grand N, s'il vous plaît), alors que nous-mêmes en sommes si éloignés… Là encore, les prétendus témoignages pullulent et la ficelle est si grosse qu'on ne sait s'il convient d'en rire ou d'en pleurer…

La pensée magique

Il s'agit de la croyance selon laquelle il suffit de croire suffisamment fort à quelque chose pour que ça marche. En gros, l'idée est que nous sommes tous des super-héros et que nous pouvons donc nous doter de superpouvoirs. Il s'agit là d'une croyance infantile bâtie autour de l'idée que nous aurions le pouvoir d’empêcher ou de faire advenir certains événements dans notre vie.

Cette manière d'être fonctionne très bien dans de nombreux esprits, notamment par le biais de la superstition. Elle peut aller jusqu'à nous conduire à vivre éternellement dans un état de rêve éveillé au lieu de vivre vraiment notre vie. Là encore, la pensée magique peut faire des miracles, mais aussi causer de nombreux dégâts.

Une fuite en avant

Pour le développement personnel, ce qui est souvent visé, c’est l’épanouissement complet de l’être. Si à la suite d'un livre, d'un séminaire ou d'une expérience dans ce domaine nous n’y parvenons toujours pas, si nous retombons dans nos "travers", nous pouvons en tirer la conclusion que nous n’avons pas assez bien travaillé. Il nous faut alors essayer de nouvelles techniques, encore et encore. Vous n'imaginez pas le nombre de personnes de ma connaissance qui, en quelque sorte, ont tout essayé en la matière, y compris aller à la rencontre des druides, des anges, et même des archanges…

Nous sommes ce que nous croyons… jusqu'à un certain point

En développement personnel, on nous enseigne le plus souvent que l’individu a une part de responsabilité dans ce qui lui arrive ou lui est arrivé. Très bien. Mais de là à affirmer qu'il est entièrement responsable, la limite est vite franchie. Veillons donc à nous garder du fantasme de toute-puissance, là aussi, car il est à double tranchant ("Si moi, depuis ma toute-puissance, je n'arrive pas à faire ce que je veux de ma vie, il y a là de quoi déprimer sec…").

La question de nos deux systèmes cognitifs (l'analytique et l'intuitif)

Nous disposons tous de deux modes de fonctionnement cognitif : l'analytique et l'intuitif. Et ces deux systèmes coexistent en chacun de nous, à des degrés divers. Leur importance relative fluctue en raison d'un certain nombre de facteurs.

Or, quantité de biais cognitifs dont nous sommes victimes résultent d’un accroissement de mode de fonctionnement intuitif au détriment du fonctionnement analytique.

Le système intuitif n’est pas mauvais en soi. Il a de multiples avantages adaptatifs car il permet d’atteindre fréquemment des solutions optimales (notamment dans les cas d'urgence). Mais lorsque le système intuitif procède seul, sans la participation du système analytique, les erreurs de raisonnement deviennent massives. Elles ouvrent un boulevard au domaine des croyances infondées, voire farfelues.

Conclusion : et si tout ceci n'était qu'une question de proportions…

Il suffit de garder à l'esprit que les techniques de développement personnel ne sont pas des méthodes infaillibles garantissant bonheur et sérénité, mais plutôt de simples propositions à tester et qui peuvent nous aider à gagner en mieux-être physique, émotionnel ou relationnel. C'est ce qu'on appelle « Mieux vivre avec soi et avec les autres ».

Tant que le développement personnel constitue une aide pour, à titre d'exemple, remplacer nos "ça ne marchera jamais" par des "pourquoi pas ?", il constitue une indéniable source de bienfaits. Mieux : lorsqu'il nous permet de déployer notre potentiel et de nous appuyer sur nos ressources, il peut jouer un rôle très bénéfique dans nos vies.

En général, c'est quand nous commençons à le prendre pour un outil miracle que les ennuis commencent.

Personnellement, j'ai vu trop de personnes y investir tout leur temps et toute leur énergie. À force d'étudier l’épanouissement de soi, certains oublient de s’épanouir vraiment…

Le développement personnel mène à tout... à condition d'en sortir !

Il est courant d'entendre ici ou là que l'enseignement est une chose qui mène à tout à condition d'en sortir, eh bien je me demande s'il ne serait pas tout aussi avisé d'affirmer que le développement personnel mène à tout... à condition d'en sortir ! 😀

Sachons donc y puiser ce qui est bon pour nous sans pour autant en faire un dogme régissant notre vie et notre destin.

Une courte vidéo d'explication, pour finir...

Si vous-même n'êtes pas spécialement familiarisés à ce secteur, je vous propose sous ces lignes une petite vidéo de présentation, en vous détaillant deux attitudes caricaturales sur le sujet , symbolisées par deux personnages : le Schtroumpf Grognon et le Ravi de la Crèche...

J'ai 100 mots à vous dire : le Développement personnel

PS : les différentes illustrations de cet article ont servi pour le clip de la chanson "Dans quel monde vivons-nous" dont j'avoue très humblement être l'auteur et le compositeur...

Sources :

https://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Epanouissement/Articles-et-Dossiers/Les-vraies-et-fausses-promesses-du-developpement-personnel

https://www.scienceshumaines.com/pourquoi-croit-on_fr_770.htm

https://theconversation.com/lirresistible-et-dangereuse-attraction-des-croyances-infondees-148557

https://www.brigitteandre.com/pieges-derives-4-bonnes-raisons-de-se-mefier-du-developpement-personnel/

https://alainorsot.fr/2021/03/06/le-developpement-personnel-nest-il-quun-fourre-tout-a-la-mode/


– Commentaires Facebook –

Le Petit Abécédaire...

"Un ouvrage bien documenté, écrit par quelqu'un qui sait de quoi il parle et qui le fait avec clarté humour et éthique. Les exemples et les conseils sont judicieux et très utiles. Je le recommanderai avec plaisir.."

Josiane de Saint Paul

Quel livre ! Un travail de moine. D'une grande originalité. J'ai à peine commencé à le parcourir et, déjà, je le savoure. Je vais d'ailleurs continuer à le déguster lentement. Bravo !

Serge Marquis


– Commentaires Facebook –

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *