Esprit de clocher, quand tu nous tiens…

Conseil municipal posant pour une "photo de classe" (si l'on peut dire) 🙂

Information importante

Cet article a été retranscrit depuis un de mes anciens blogs (année 2014)

Un village,
C´est la grande famille
Où les garçons, les filles
Se marient à vingt ans
Un village,
C´est chacun, sa chacune
Car, à la pleine lune
Le lit est bien trop grand...

Elections municipales, dites-vous ?


Ah, les élections municipales... c'est toujours un événement de taille dans mon village. Un peu plus de 4000 habitants, situé en région PACA, tout près de la "frontière" de quatre départements (04, 13, 13 et 84), côté Bouches du Rhône. Mon village n'a rien de bien particulier, si ce n'est la douceur de vivre que je ressens depuis le fond de ma petite pinède. Après avoir pas mal bourlingué sous des cieux moins cléments, sentir la caresse du soleil et respirer l'odeur des pins suffit amplement à mon bonheur. Et puis, à 3 kilomètres d'une agglomération, l'odeur des pins possède en général l'avantage de n'être pas contaminée par les effluves de ce qu'on appelle l'esprit de clocher. Quoi que...

Un village,
C´est la pauvresse en cloque,
Les sourires équivoques
De tout´s les "braves" gens
Un village,
C´est une fausse légende
Racontée par les grandes
Aux tout petits enfants...

Ah, quand on n'est "pas d'ici", c'est sûr...

Depuis 25 ans que je vis ici, je ne me suis jamais impliqué dans la vie locale de ce lieu qui revêt bien des aspects du célèbre "petit village gaulois" d'Astérix... La seule fois où j'ai vaguement essayé, peu après mon emménagement, un gars du cru m'a refroidi en deux phrases. La première était du style "Ah oui, mais avec vous c'est toujours pareil, vous ne faites jamais rien comme il faut…". La deuxième est venue tout de suite après, alors que je m'étonnais de ce que mon commensal me donne soudain du "vous", alors qu'habituellement on se disait tu. Il a alors eu cette phrase magnifique, véritable cri du cœur : "Oui, vous, les… aixois !".

"Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part", chantait le poète

Cela m'a fait sourire, enfin, sourire un peu jaune, moi qui suis né à Alger, ai grandi à Marseille, habité Paris, puis Rouen (...les hasards de la vie m'ont en effet amené à porter successivement mes valises "aux quatre coins de l'hexagone", expression d'ailleurs attribuée à un homme politique méridional), et même dans la plaine des Vosges ! Vu d'ici, Aix-en-Provence n'est que… disons la ville moyenne la plus proche. En y réfléchissant je me suis souvenu que j'y avais effectivement bien passé les trois premières années de ma vie d'étudiant, au milieu des années 1970… Mais jusqu'alors j'ignorais que cela avait laissé de telles traces !

Un village,
C´est le curé en chaire,
Le docteur et le maire
"Qui sont pas fiers pourtant"
Un village,
C´est la guerre et la haine,
Entre Albert et Eugène,
Pour un lopin de champ...

Dessin d'humour

Aux débuts de ma vie de néo-rural, j'avais également été frappé par un dessin d'humour, trouvé dans une feuille de chou locale, tenue (...déjà !) par une équipe d'opposition municipale, et qui faisait dialoguer deux vieux ossements qui venaient censément d'être exhumés par des archéologues aux abords du village. Le premier os déclarait "Je viens de subir une datation au carbone 14, je sais maintenant que je suis vieux de 4 millions d'années". Et le second lui répondait à peu près "Ah, c'est bien, désormais on peut dire que vous êtes presque d'ici, alors !"

"Laisse se pencher les autres"

Ces petits événements (avec quelques autres) m'ont bien vite convaincu de suivre le conseil que Raimu prodiguait à son fils dans la célèbre pagnolade Fanny, lorsqu'il lui écrivait "Quand tu vas commencer à mesurer le fond des océans, fais bien attention de ne pas trop te pencher, et de ne pas tomber par dessus bord et là où ça sera trop profond. Laisse un peu se pencher les autres". D'une certaine façon, j'ai moi-même pris le parti de "laisser se pencher les autres" pour ce qui concerne les questions de citoyenneté locale.

Un village,
N´en déplaise à Pagnol
Qui s´est payé not´ fiole
Avec son grand talent
Un village,
C´est Marius en vitrine,
C´est Fanny aux cuisines
Avec tous les enfants...

Les deux listes en lice

Bien m'en a pris, comme vous allez bientôt me constater ! La toute récente élection municipale a en effet vu s'opposer deux listes :

La première de ces listes est celle de l'équipe  sortante. Appuyée par ce qu'on pourrait appeler des féodalités locales qui savent depuis des lustres veiller au grain avec une ardeur consommée, elle fait notamment un tabac auprès du troisième âge… elle n'est installée que depuis une mandature, mais elle a succédé à une autre liste du même tonneau, qui elle-même... et ainsi de suite, depuis des temps qu'on devine immémoriaux. Les conseillers de feu le président Georges Pompidou avait inventé en leur temps une expression censée permettre à leur patron d'incarner ce phénomène aux yeux de son électorat :  "Le changement dans la continuité".

Baronnies locales

Eh bien chez moi, nous y sommes encore : les têtes de liste changent, mais on sent très nettement que dans la durée, les mêmes trois ou quatre baronnies locales continuent à tenir solidement les rênes, dans ce joli coin de "Douce France", à l'image de ce qui se passe dans tant d'autres petits bouts de paradis tricolore.

La deuxième liste, quant à elle,  est en majorité composée de personnes plus nouvellement implantées ici (un peu comme moi), et qui représentent une catégorie de population qui progresse (...en nombre, s'entend) lentement mais sûrement au fil des ans. C'est d'une certaine façon la nième vague de tentative de "poussée de sang neuf"... une histoire toute simple et toute prévisible de biodiversité sociologique, en quelque sorte.

Attention, ça devient incisif 🙂

Il n'y a rien d'étonnant à cela. Personnellement, je connais bien évidemment des personnes dans l'une et l'autre de ces listes, et suis bien placé pour savoir que dans chacune d'elles il existe des gens tout à fait estimables et dignes de foi, côtoyant d'autres individus dont les incisives me semblent avoir une fâcheuse propension à rayer obstinément les revêtements de sol les plus résistants…
_

Quand le meilleur côtoie le pire…

Mon impression sur la gestion de la commune  par ces équipes successives depuis que je suis là ? Eh bien là aussi je serais bien incapable de trancher. Au vu de leurs réalisations (...ou de ce que j'en perçois), j'ai un peu le sentiment que le pire y côtoie le meilleur. Pour ne citer que le meilleur, j'ai par exemple vu sortir de terre en 1998 une magnifique bibliothèque municipale. Pendant toute la durée des travaux, j'étais persuadé que des martiens se poseraient sur son toit le jour de l'inauguration, et en repartiraient formels en déclarant qu'il ne pourrait y avoir là aucune forme de vie...

Eh bien la suite m'a donné tort, puisque l'endroit en question est à mes yeux un des lieux les plus magiques, agréables et enrichissants que j'ai connus dans ma (déjà longue) vie. Qui plus est, cette bibliothèque est animée par une équipe composée de personnes plus que compétentes, et au cœur gros comme ça…

Un village,
C´est ces fêtes espagnoles
De violence et d´alcool
Pour les adolescents
Un village,
C´est les futures milices
Des chasseurs qui ratissent
Les lièvres et les gitans...

Alors ? On en pleure ou on en rit, Henri... ?

Ces toutes dernières élections municipales ont pourtant donné lieu à un de ces événements qui me manquent jamais de me déconcerter, et dont j'ai beaucoup de mal à savoir s'il faut en rire ou en pleurer : Il faut d'abord savoir que l'équipe sortante a remporté l'élection dès le premier tour. Apparemment, donc, le temps de la relève n'est pas encore arrivé jusque par ici. A franchement parler j'ignore ce que cela aurait donné. J'imagine simplement que ce sera pour une autre fois et que ce genre de relève est inéluctable. Juste une question de temps, donc. Ici, la nature a tout son temps, justement... J'imagine également que l'équipe sortante (et – donc – reconduite) a dignement fêté sa victoire. Chez certains partisans, la nuit a dû être longue, voire passablement arrosée (Quelqu'un connaît-il la chanson "Chasse, pêche et tire-bouchon" ? ...).

Une idée, euh, lumineuse...

C'est là que ça se passe : le lendemain je me suis aperçu de ce que quelques-uns de ces intrépides militants avaient eu une drôle d'idée… En effet, à l'image de beaucoup de mes concitoyens, j'ai eu la surprise de découvrir, dès le fameux "lendemain de la victoire", une espèce de guirlande composée de vieux vêtements accrochés à des cintres, guirlande stratégiquement implantée bien en face de la mairie, contre le monument aux morts. Inratable. De loin, j'ai trouvé l'idée excellente, me disant "Tiens, une espèce de happening, d'installation artistique, annonçant sûrement un quelconque événement culturel ...(exposition, pièce de théâtre… que sais-je encore ?)"._

Redescendons sur terre...

Quel naïf indécrottable je fais ! La vérité était beaucoup moins drôle, figurez-vous qu'il s'agissait juste d'une mise en scène au goût douteux, destinée uniquement à faire enrager les perdants au vu et au su de tous. L'idée aurait pu m'être sympathique… si elle n'avait été traitée de manière aussi... disons pesante. Imaginez : sur nombre de ces vêtements, nos joyeux animateurs de noces et banquets n'avaient pas trouvé mieux que d'accrocher des pancartes pour railler chacun des membres de la liste battue qui venait, donc, de "prendre une veste" (...on a l'humour qu'on peut). Et à chaque "vêtement de battu", donc, était accroché un papier où était écrit une plaisanterie oiseuse à partir de… son nom ! Tout comme dans les cours de récréation, on cherchait à l'évidence à atteindre l'autre là où ça le touche le plus, c'est-à-dire au niveau de son identité…

Un village,
C'est ce bloc unanime
A tirer grise mine
A l´étranger au clan,
Un village,
C´est l´idiot, que lapident
Les notaires placides
Qui passent en ricanant...

Le texte dit "C'est fait, je suis élu maire, oui mais de la salle des placards, et 6 ans c'est long..."

Very bad tripes...

On croyait rêver… mais sur un mode très nettement  "Very bad trip"… Je n'ai pas pu m'empêcher alors de penser à l'aphorisme attribué à Albert Einstein : "Il n’y a que deux choses qui soient infinies: l’univers et la bêtise humaine. Et encore, pour l’univers, je ne suis pas sûr". N'ayant pas les capacités de l'illustre quidam, j'ignore totalement pour ma part si la bêtise humaine est infinie ou pas... En revanche, quelque-chose me dit qu'elle est beaucoup plus insondable que les fonds des océans cités plus haut... Si j'avais eu les "auteurs" de cette pantomime en face de moi, je leur aurais peut-être fait part de ma consternation… et à la réflexion peut-être pas, tant j'aurais craint de m'entendre rétorquer… que je manque d'humour !

Depuis lors, j'ai appris que des comportements tout aussi affligeants s'étaient produits un peu partout dans d'autres communes, ici et là. Certains d'entre eux sont infiniment plus préoccupants que celui que je viens de rapporter ici, et d'une certaine façon je me réjouis (si l'on peut dire), disons "en creux", du côté "potache" et somme toute relativement inoffensif de cette blagounette aux allures de canular pour animateurs de noces et banquets. À la réflexion, je me demande carrément s'il en existe des municipalités de taille comparable ayant échappé à ce genre de manifestations si peu glorieuses, à l'occasion de ces élections toutes récentes…

Un village,
Pas plus qu´une ville,
N´est cet îlot tranquille
Que je croyais pourtant
Un village,
C´est, grossi à la loupe
Une harde ou un groupe
De petits commerçants...

Après tout, les comportements positifs, y'en a aussi...

Allons, ne soyons pas trop pessimistes. De plus en plus, un peu partout, dans le monde, des voix s'élèvent pour faire la promotion des comportements inspirés par la bienveillance et la coopération, et pour tenter de nous ouvrir les yeux sur l'inanité des comportements ayant pour base la malveillance et l'esprit de compétition (lorsque celle-ci prend tous les aspects d'une lutte à mort), en pointant du doigt ce qu'elles ont de plus délétère, tant pour les personnes visées, que pour les auteurs de ces comportements eux-mêmes, et pour finir pour l'humanité tout entière, à bien y réfléchir.

Mais bon... le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il y a encore du boulot, vous ne trouvez pas  ?

Plus vieux d'un an mais pas plus sage d'un poil pour autant

Pour ce qui me concerne, j'assume parfaitement n'être qu'un vieux gamin, surtout après l'avoir tant de fois clamé haut et fort dans ces lignes. En même temps, force m'est de constater avec désarroi qu'on ne peut être jeune qu'une fois… mais immature toute sa vie, comme en témoigne la photo du début 🙂

PS : Les incises sur fond bleu sont extraites de la chanson "Un village" d'Henri Tachan, dont on peut lire l'intégralité des paroles ici et entendre la musique .



– Commentaires Facebook –

Le Petit Abécédaire...

"Un ouvrage bien documenté, écrit par quelqu'un qui sait de quoi il parle et qui le fait avec clarté humour et éthique. Les exemples et les conseils sont judicieux et très utiles. Je le recommanderai avec plaisir.."

Josiane de Saint Paul

Quel livre ! Un travail de moine. D'une grande originalité. J'ai à peine commencé à le parcourir et, déjà, je le savoure. Je vais d'ailleurs continuer à le déguster lentement. Bravo !

Serge Marquis


– Commentaires Facebook –

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.