La pyramide d’apprentissage

Pyramide (ou cône) d'apprentissage
La pyramide (ou cône) d'apprentissage (version mise au point par les équipes d'HEC Montréal).

La pyramide (ou cône) d'apprentissage : késako ?

Le Cône d’Apprentissage d’Edgar Dale a été repris par les équipes d'HEC Montréal qui l'ont "transformé" en pyramide.

L'idée est la même : À chaque fois qu'on s'attache à mesurer le degré de rétention d'une information (en clair, que retenons-nous vraiment de ce que nous avons appris ?) après un délai, disons d'une à deux semaines, on s'aperçoit qu'il y a au moins deux paramètres déterminants :

Premier paramètre : le nombre de canaux

Rappelons que nos cinq sens (L'ouïe, l'odorat, le goût, le toucher et la vue) constituent pour ainsi dire les portes de notre perception du monde (ce que les PNListes appellent le "VAKOG"… N'hésitez pas à Googler cet acronyme pour en savoir plus).

La manière dont nous appréhendons le monde qui nous entoure, et en tirons nos propres lois générales, et en définitive tout ce qui parvient à notre cerveau le fait par l'intermédiaire d'au moins un de nos sens. Parfois de plusieurs. Partant, il est aisé de comprendre que plus vous multipliez les canaux simultanés d'entrée, plus vous avez de chances "d'imprimer" durablement ce que vous aurez perçu. Ainsi, la lecture d'un document (qui passe par la "porte d'entrée" de notre vision) aura "mécaniquement" moins d'impact qu'un document audiovisuel (qui passe simultanément par deux portes d'entrée, comme son nom l'indique).

Deuxième paramètre : le degré de participation (le curseur "actif / passif")

Plus je suis actif lors d'un apprentissage, plus j'ai de chances de retenir durablement les acquis. C'est ce que la sagesse populaire traduit habituellement par "Rien ne vaut l'apprentissage sur le tas". Pourquoi ? Parce que dans ces conditions-là il est quasi impossible pour votre cerveau de "décrocher". À l'inverse des situations où nous ne sommes "que" spectateurs.

Un exemple...

Ainsi, lors d'une lecture, chacun de nous a pu constater que nos yeux peuvent à l'occasion "tourner à vide" pendant plusieurs pages, en continuant à déchiffrer mécaniquement les caractères pendant que notre esprit fait l'école buissonnière. Il est beaucoup plus rare que cela se produise lors d'un événement auquel nous prenons une part active !

Conclusion

Comme l'explique très bien Marcel Lebrun dans ce clip vidéo, les pourcentages affichés sur cette pyramide ne sont pas à prendre au pied de la lettre, et ont été créés "au doigt mouillé" (ah, le problème de la "validité scientifique" !...). Mais l'esprit général reste tout de même pertinent.

En fait, il y aurait encore beaucoup à dire sur le sujet, mais nous espérons, même s'il n'est entré que par vos yeux, que cet article restera... durablement imprimé dans vos mémoires 🙂

Bien à vous.

“J’entends et j’oublie, Je vois et je me souviens, Je fais et je comprends.” (Confucius)


– Commentaires Facebook –

Le Petit Abécédaire...

"Un ouvrage bien documenté, écrit par quelqu'un qui sait de quoi il parle et qui le fait avec clarté humour et éthique. Les exemples et les conseils sont judicieux et très utiles. Je le recommanderai avec plaisir.."

Josiane de Saint Paul

Quel livre ! Un travail de moine. D'une grande originalité. J'ai à peine commencé à le parcourir et, déjà, je le savoure. Je vais d'ailleurs continuer à le déguster lentement. Bravo !

Serge Marquis


– Commentaires Facebook –

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.