Le “manque de sincérité des politiques”…

portrait François Sureau

En discutant avec des amis, j'ai toujours été étonné de les entendre fustiger la duplicité du personnel politique dans son ensemble. Ainsi, les hommes (et femmes!) politiques sont souvent dépeints comme des individus dénués de tout scrupule, prêts à vendre père et mère pour arriver au pouvoir, et à faire encore bien pire pour y rester. Bref, dans l'esprit d'un nombre de personnes apparemment croissant, ils seraient tous réduits au statut de machiavéliques escrocs passant leur temps à mentir comme des arracheurs de dents.

Mon propre sentiment à ce sujet est nettement plus nuancé. Mais il n'est pas simple à formuler. Or, il se trouve que récemment j'ai eu la chance d'entendre sur ce sujet un point de vue que je partage totalement, et qui est exprimé en des termes infiniment plus justes et précis que ce que je pourrais avancer de mon côté. C'était sur un podcast proposé par France Culture. Comme c'est rafraîchissant à mes oreilles en ces temps de grand n'importe quoi. Du coup j'ai eu l'idée de partager ça avec vous.

Voici donc sous ces lignes un extrait de l'entretien qu'a accordé François Sureau (c'est lui) à l'occasion de l'émission "A voix nue" diffusée le 25/12/2019.


Notre incurable naïveté…

Taxer les hommes politiques d'insincérité révèle notre incurable naïveté sur ce qu'est l'action politique. L'action politique consiste à faire entrer des passions populaires (les unes estimables, les autres non) à l'intérieur d'une boîte civilisée pour faire que tout le monde puisse continuer à vivre ensemble de manière raisonnable. Pour le faire, il faut ruser en permanence avec les discours, avec le réel, avec les intérêts, et présenter une parole politique qui permette un fonctionnement équilibré et stable, et qui d'une certaine manière sauve ce que Pascal appelait l'assentiment public aux institutions...


La civilisation consiste à bien des égards à tenir des discours insincères.

...Vous ne pouvez pas faire ça si vous dites en toute sincérité en permanence ce qui vous passe par la tête. En effet je préfère que les hommes publics à certains égards soient insincères parce que la civilisation (Freud l'a bien montré, quand même) consiste à bien des égards à tenir des discours insincères. Que penserait-on d'un ministre de la santé qui dirait "Les patients en veulent toujours trop, et les infirmières m'emmerdent" ?!

Ce qui ne va pas avec notre côté "tripal"

Peut-être serait-il sincère en le disant mais il aurait tort. Et d'une certaine manière il aurait tort même si c'est vrai. Parce que la politique consiste à présenter une forme d'adhésion au monde qui permette un fonctionnement civilisé normal, non violent, et ceci ne va pas avec notre côté tripal. Il y a dans cette société assez étrangement amoureuse des formes qui est la nôtre, une préférence pour la sincérité, le tripal, le transparent et le non médiatisé qui me paraît barbare au sens propre du terme, exactement comme quand les juges se mettent à faire de la morale au lieu de faire du droit.

Et si on s'interrogeait sur notre propre questionnement ?...

Donc quand on taxe les hommes politiques d'insincérité, je trouve que nous devrions questionner l'intelligence de l'imputation criminelle qu'on leur fait. Et nous ne la questionnons pas, nous en tant que citoyens, assez souvent. Maintenant, que les hommes politiques racontent n'importe quoi pour se faire élire, c'est une évidence et c'est à nous d'inventer ou de modifier les institutions de telle sorte qu'il y ait suffisamment de contrepoids. Je fais partie de ceux qui pensent qu'il n'y en a pas assez dans la cinquième République finissante, mais c'est à nous de leur inventer des contrepoids. Mais il ne sert à rien de les taxer d'insincérité générale.

Source :  https://www.franceculture.fr/emissions/a-voix-nue/francois-sureau-ecrivain-et-avocat-35-le-mouvement-de-la-litterature

Émission diffusée le 25/12/2019.

PS : Si vous souhaitez lire mes autres coups de coeur (ou coups de gueule...) c'est ici que ça se passe...


– Commentaires Facebook –
///////

Maro : une jeune compositrice et multi-instrumentiste portugaise qui promet…

"Littéralement, tu es ma chanteuse préférée dans le monde MERCI Maro" - Lennon Stella, Instagram, 31 janvier 2020

Ce n'est qu'à l'âge de 19 ans que Maro a réalisé qu'elle voulait se consacrer à plein temps à la musique. Elle est sortie diplômée de Berklee en 2017 et a alors pris la décision de déménager à Los Angeles au lieu de rentrer chez elle au Portugal. Au cours de sa première année à Los Angeles, Maro a sorti six albums auto-écrits et auto-produits. Pendant ce temps, les clips vidéo qu'elle a postés sur Instagram l'ont mise sur le radar de Jacob Collier, lauréat quatre fois primé aux Grammy Awards. Jacob a invité Maro à rejoindre sa première équipe de tournée en tant que chanteuse et instrumentiste vedette. On lui a également demandé de chanter en première partie des spectacles de Jessie J, Fatai, Téo et beaucoup d'autres. Avec des influences d'Elis Regina à Esperanza Spalding en passant par Rajery et Justin Bieber, Maro est enthousiasmée par ce qui est en train d'arriver.

À "surveiller de près"…

Ayant attiré l'attention de personnes comme Quincy Jones, Justin Timberlake, Jessie J, Tracy Chapman, Lennon Stella, The Paper Kites et de nombreux autres noms célèbres dans le monde entier, la multi-instrumentiste portugaise, chanteuse, productrice, arrangeuse et compositrice Maro fait sans aucun doute partie des artistes à "surveiller de près". Dès les premières secondes d'écoute, il est facile de comprendre pourquoi la voix inimitable de Maro et ses prouesses en matière d'écriture la distinguent de tous les autres sons présents sur le marché. Avec plus de trois millions de streams sur Spotify, Maro s'est construite une suite indéniable à elle seule, en moins de quatre ans. Rien qu'en 2018, Maro a publié six projets d'artistes (qu'elle a écrits et produits), mais ils ne font qu'effleurer la surface de la toile mélodique que cette immense artiste n'a pas encore peinte.

L'enfant prodige

Bien qu'elle n'ait commencé à pratiquer la musique professionnellement qu'à l'âge de 20 ans (elle est âgée de 24 ans à l'heure où nous écrivons ces lignes), elle a été immergée dans une formation de conservatoire classique dès l'âge de quatre ans. Elle a écrit sa première chanson à 11 ans, et à 12 ans, elle a appris la guitare en autodidacte (un instrument clé dans son processus de composition, avec le piano). Après des années de lutte pour s'adapter à la rigidité de sa formation académique formelle au Portugal, elle déclare avoir pris conscience de ce que la musique était sa vocation en écoutant "Cais" de Milton Nascimento lors d'un break d'une année en 2014, avant d'entrer à l'école vétérinaire. Sans hésitation, elle a immédiatement postulé au Berklee College of Music sur un coup de tête, avant même d'en parler à l'un des membres de sa famille ou à ses amis. Après une admission surprise (…et aussi après avoir été nommé récipiendaire de quatre des meilleures bourses, dont la bourse de la tournée européenne), elle se retrouva bientôt dans un avion pour Boston avec rien d'autre que sa guitare et une valise pleine de vêtements.

Dans un avion pour Boston avec rien d'autre que sa guitare et une valise pleine de vêtements.

Dans l'idée de ne pouvoir rester qu'un semestre, en raison de finances limitées, elle a ensuite planifié et exécuté un concert de collecte de fonds à guichets fermés qu'elle a mené à l'Auditorio Sra Boa Nova, avec des artistes invités tels que Rui Veloso et Pedro Moreira. Après avoir réussi à retourner à Boston, elle a continué avec son groupe de folk progressif nouvellement créé, BAERD, dans lequel elle a ensuite sorti deux projets, et dont elle reste actuellement membre à part entière.

Berklee People : chaîne YouTube informelle

Dans l'intention de créer un environnement favorable (et non compétitif) pour ses camarades de Berklee, Maro a lancé une chaîne YouTube informelle en 2016. Appelée Berklee People qui consiste en des enregistrements live (et sans répétitions) des arrangements de chansons de couverture de Maro, lesquels ont attiré une attention considérable en ligne.

Direction Los Angeles

Après avoir obtenu son diplôme en 2017, elle a pris une décision importante pour sa vie en déménageant de façon permanente à Los Angeles, seule, sans le moindre soutien financier, dans le but de poursuivre activement son activité musicale. Au premier semestre de 2018, elle a sorti son premier album solo en trois volumes distincts : Maro, Vol.1, 2, et 3. Toutes les chansons, écrites entre les âges de 12 à 22 ans, sont présentées par ordre chronologique dans l'ordre dans lequel elles ont été composées, et sont chantées en portugais et en anglais. À la suite de Maro, Vol.1, 2, & 3, elle a publié trois autres projets : un en solo et deux en collaborations d'artistes : Mistake to Be Learned, Sorti au troisième trimestre de 2018, est une collaboration EP de quatre chansons avec la productrice américaine BLANDA [Khalid, Free Spirit] qui a su mettre en valeur sa polyvalence en tant qu'artiste pop-soul et RnB. Toujours en 2018, Maro a sorti son cinquième projet de l'année, Maro & Manel, une collaboration captivante avec Manuel Rocha, jeune guitariste et auteur-compositeur, ce qui a donné lieu à une fusion de sons d'influence portugaise.

En tournée avec Jacob Collier

It's OK, la sixième et dernière sortie de Maro en 2018, est un album solo de neuf titres qui vous emmène dans un voyage émotionnel et auditif, avec un accent acoustique. Entre temps, les clips vidéo qu'elle a postés sur Instagram lui ont permis de figurer sur le radar du désormais célèbre artiste Jacob Collier (dirigé par Quincy Jones, et deux fois lauréat d'un Grammy). Après quelques échanges de correspondances, Maro a été invitée à rejoindre le premier groupe de tournée de Collier en tant que chanteuse et instrumentiste vedette, ce qui est encore le cas aujourd'hui. On lui a également demandé de se produire en ouverture de Fatai en tournée en 2018, ainsi que pour Téo sur sa première tête d'affiche Americano Columbiano tournée en 2019.

Une fusée sur orbite…

La jeune femme a déjà joué dans certains des lieux les plus importants du Portugal, le Centro Cultural de Belém, le Teatro Capitólio et la Casa da Música, le festival Vodafone Mexefest, ainsi que divers lieux autour de de Boston, New York, Los Angeles, San Francisco. En continuant à de produire un peu partout dans le monde, ainsi que sur Rádio Comercial en direct en tant qu'invitée de la chanteuse portugaise Carolina Deslandes, Maro continue de se faire un nom à l'échelle mondiale. De plus, elle est sur le point d'enregistrer avec le célèbre musicien espagnol Pablo Alboran. Et elle est actuellement en studio pour écrire avec et pour des artistes en tête des palmarès du magazine Billboard. Nouvellement désignée dans la liste légendaire de Quincy Jones, Maro s'est révélée être non seulement une musicienne à part entière, mais aussi une personne qui considère que la bonne musique ne peut pas être confinée à un genre spécifique.

Pour écouter Maro...

Sur YouTube
Sur Spotify

...Et pour la suivre :

Facebook: https://www.facebook.com/maro.mus/
Twitter:
https://twitter.com/itsameeemaro
TikTok: https://www.tiktok.com/@maro.musica

Article librement traduit depuis paradigmagency.com/music/maro/


– Commentaires Facebook –
///////

Étienne Klein à France Inter : “Le pouvoir politique, ça n’est pas de la médecine appliquée”

Étienne Klein à France Inter en juillet 2020

Bonjour, je voudrais vous parler de l’interview d’une vingtaine de minutes qu’a donnée le physicien et philosophe des sciences Étienne Klein à France Inter . C'était le 2 juillet dernier à l’occasion de la parution de son dernier opus : « Le goût du vrai ». Vous en trouverez quelques extraits ci-dessous. Continuer la lecture de « Étienne Klein à France Inter : “Le pouvoir politique, ça n’est pas de la médecine appliquée” »


– Commentaires Facebook –
///////

L’homme objet (une chanson de Marc Bourthoumieu)

Encore une chanson de Marc Bouthoumieu, auteur compositeur et musicien de talent.

La chanson s'appelle L'homme objet, elle comporte un pont d'inspiration jazzy exécuté à l'aide de deux vocoders.

Les percussions sont assurées par un instrument inattendu... Si vous prêtez l'oreille et que vous écoutez jusqu'à la fin, vous devinerez peut-être ce que c'est...

Pour écouter ça cliquez simplement sur l'image ci-dessous...

 

...Et pour la liste des chanson de Marc que j'ai reprises, c'est par ici...


– Commentaires Facebook –
///////

On ne dit jamais assez (de Louis Chedid)

Connaissez-vous le Vocoder ?

Ce fut un mini synthétiseur, fabriqué par Korg en 1978. Sa particularité : Il comportait un microphone dans lequel on pouvait chanter bien sûr... tout en jouant (en plaquant des accords, principalement) sur le clavier du synthé... lequel nous restituait toutes les notes jouées, et ceci en reproduisant le timbre de notre voix (ou de n'importe quoi d'autre) captée en direct par le microphone. Le plus souvent, quand on y parvient, cela donne un effet "chœur de voix archi synchrones", à la limite du robotique diront certains...

On ne compte plus les artistes ayant expérimenté cette technique (parmi eux Kraftwerk , Herbie Hancock, Alan Parsons Project, Tangerine Dream, Frank Zappa, Electric Light Orchestra, Mike Oldfield ou Joe Zawinul).

Aujourd'hui je me suis efforcé de dompter un Vocoder virtuel (enfermé dans mon PC, si on veut).

On peut entendre sous ces lignes le résultat sur une chanson de Louis Chedid que j'ai adaptée à ma sauce. En plus j'adore ce monsieur, ainsi que tout ce qu'il fait, et ceci depuis  une sacrée lurette...

Le clip ci-dessous a été tourné le 20 mai 2020 dans le parc du château de la Roche-Jagu (Ploëzal,Côtes-d'Armor).

 


– Commentaires Facebook –
///////

Deux chansons le même jour…

Une chanson peut en cacher une autre :-)

Bonjour à tou(te)s

Une question que je me suis toujours posée : d'où vient l'inspiration ? Comment cela fonctionne-t-il ?

Composer sur commande ? ...Connais pas

J'ai toujours admiré les compositeurs capables de travailler "sur commande". On leur dit "je voudrais une musique comme-ci ou comme ça" et hop ! Ils s'exécutent ! Eh bien je leur dis chapeau ! Pour ce qui me concerne, les chansons (au nombre de 90 à ce jour) me sont toujours venues sans prévenir, déboulant dans ma vie sans tambour ni grosse caisse, dans les moments les plus variés… et pas forcément les plus commodes, d'ailleurs 🙂 Continuer la lecture de « Deux chansons le même jour… »


– Commentaires Facebook –
///////

Bavures de confinement

chouettes hésitant à se déconfiner
Ma compagne et moi, lorsqu'on nous
demandera de nous dé-confiner...

Les épidémies, ça craint aussi au niveau comportemental

Un sociologue est venu rappeler récemment à la radio que chaque épidémie favorise une polarité des comportements, tout à la fois vers des actes héroïques (type résistance pendant la 2e guerre mondiale) mais aussi particulièrement égoïstes, voire infâmes (type collaboration ou marché noir, toujours pour prendre le même exemple). Au point qu'en pareil cas on a – paraît-il – déj vu des "mauvais garçons" se comporter en héros en temps de crise, sans transition, pour reprendre leurs activités crapuleuses par la suite – sans plus de transition là aussi, curieusement.

Continuer la lecture de « Bavures de confinement »

– Commentaires Facebook –
///////

Quand une phrase commençant par “Nous nous sommes fixés une règle” sort miraculeusement d’un chapeau…

Se fixer une règle...

Il m'est arrivé à plusieurs reprises d'entendre quelqu'un me dire "non" tout en motivant son refus d'un "Nous nous sommes fixés une règle [...]". À chaque fois ce fut pour la personne qui parlait un moyen (commode à mes yeux) de ne pas dire "Je vous dis non, tout simplement parce que j'en ai le pouvoir et que j'en ai décidé ainsi"… Depuis lors, je les vois arriver de loin ces "pseudos fixations de règles". Comme autant de fausses barbes aux allures de lois d'exception.

La toute première fois… en toute mauvaise foi 🙂

La première fois qu'on m'a fait le coup, c'était à la fin d'une année universitaire que j'avais suivie "sur le tard", alors que j'avais 50 ans bien tassés. Apparemment, mon mémoire de fin d'études était plutôt réussi (à l'heure où j'écris ces lignes il totalise près de 24000 vues sur la pateforme SlideShare…). Pourtant, lors de la soutenance, le Directeur des Études m'a expliqué sans rire qu'il avait trouvé mon mémoire très intéressant, mais qu'hélas lui-même ne pouvait pas s'approprier le résultat de mon travail dans le cadre de ses recherches. Aussi, poursuivit-il, il avait décidé d'attribuer à ce travail une note très correcte, tout en ajoutant…

Continuer la lecture de « Quand une phrase commençant par “Nous nous sommes fixés une règle” sort miraculeusement d’un chapeau… »

– Commentaires Facebook –
///////

Que je “prenne conscience” ?… Merci, sans façons !

" La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. " Aldous Huxley

 

Je suis frappé de voir à quel point tout le monde donne son avis partout, sur tout, en toutes circonstances, en particulier sur les réseaux sociaux.

Le COVID 19 fait aussi des dégâts dans les esprits…

Crise du coronavirus : La Terre ne s’arrête pas de tourner, mais elle cesse de vivre normalement. Et nous continuons tous à faire ce que nous savons faire.

"Les effondristes annoncent l’effondrement, les souverainistes le retour de la souveraineté, les intervenionnistes plus d’intervention, les écologistes l’avènement de la sobriété, les nationalistes le retour des nations, les Européens la nécessité de l’Europe…"

(Édito de Libération, Laurent Joffrin, 13 mars 2020).

Mais pourquoi diable veut-on à tout prix "me mobiliser" ?

Je ne sais plus qui a écrit "Un militant c'est un militaire qui porte son costume à l'intérieur"...

Ce que je sais, en revanche, c'est que nombre d'entre eux m'inondent de messages sur les réseaux sociaux, m'appelant à "prendre conscience", à "me mobiliser", et pendant que nous y sommes, "…partager cette information cruciale avec tous mes contacts" (ben voyons !). Continuer la lecture de « Que je “prenne conscience” ?… Merci, sans façons ! »


– Commentaires Facebook –
///////

Une chanson écrite pendant le confinement m’a valu les honneurs de la presse !

Bonjour,

Il se trouve que pendant la fameuse "période de confinement (mars 2020) j'ai eu l'idée d'écrire une chanson dédiée à un "confiné speedé" imaginaire.

Elle est intitulée "Sans jamais t'arrêter", vous pouvez la voir et l'écouter ici.

Ce que j'ignorais totalement en l'écrivant, c'est qu'elle me vaudrait "les honneurs de la presse", comme on dit. 🙂

Vue de l'article Le Télégramme du 3 avril 2020 consacré à la chanson de Bernard Lamailloux dédiée à un "confiné speedé"
Waouw ! "Différentes scènes du monde"... Ils y sont allés un peu fort, mais je leur pardonne bien volontiers... Et puis, c'est peut-être prémonitoire ? 🙂

Avec tous mes remerciements à M. Claude Simon du journal Le Télégramme.


– Commentaires Facebook –

///////